Antony Blinken dit vouloir éviter à tout prix une extension du conflit

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, en route pour une nouvelle tournée au Proche-Orient, a insisté samedi en Grèce sur la nécessité d’éviter à tout prix une extension du conflit à Gaza, en particulier à la frontière entre Israël et le Liban.

« Nous devons nous assurer que le conflit ne se propage pas », a-t-il affirmé à l’issue d’un entretien avec le premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis à La Canée (île de Crète) où il a effectué une visite-éclair après un déplacement à Istanbul et un entretien avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.

« L’une des véritables préoccupations est la frontière entre Israël et le Liban et nous voulons faire tout notre possible pour nous assurer qu’il n’y ait pas d’escalade », a-t-il ajouté avant de quitter la Crète pour la Jordanie.

Après cette brève escale en Crète, M. Blinken doit se rendre en Jordanie puis en Israël, en Cisjordanie occupée et dans d’autres pays de la région pour tenter d’éviter un embrasement régional, trois mois après le début de la guerre entre Israël et le Hamas.

Les opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza ont fait 22 600 morts, en majorité des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Israël a juré de détruire le Hamas après son attaque inédite sur le sol israélien le 7 octobre, fatale à 1 140 personnes, essentiellement des civils, selon un décompte de l’AFP à partir du bilan israélien.

Influences et liens

« Une grande partie des conversations que nous aurons au cours des prochains jours avec tous nos alliés et partenaires portera sur les mesures qu’ils peuvent prendre en utilisant l’influence et les liens dont ils disposent pour s’assurer que ce conflit ne se propage pas », a souligné Antony Blinken.

Il veut appeler ses interlocuteurs à user de leurs canaux de communication avec l’Iran pour faire entendre que les États-Unis ne cherchent pas l’escalade, mais qu’ils défendront leurs intérêts quand ils sont attaqués, selon un responsable américain s’exprimant sous couvert d’anonymat.

En Syrie et en Irak, les attaques contre des bases militaires américaines ont augmenté ces dernières semaines et les rebelles Houthis du Yémen, soutenus par l’Iran, multiplient les attaques en mer Rouge contre les navires commerciaux, afin d’entraver le trafic maritime international en « soutien » aux Palestiniens.

À Istanbul, l’entretien entre MM Blinken et Erdogan, dans l’une des résidences présidentielles sur le Bosphore, a duré plus de 75 minutes, selon des sources diplomatiques américaines, après une première rencontre de M. Blinken avec son homologue turc Hakan Fidan.

Ce dernier, selon une source diplomatique, a plaidé pour « un cessez-le-feu immédiat » dans le territoire palestinien de Gaza.

M. Erdogan, qui dénonce le soutien des États-Unis à Israël et qualifie ce dernier d’État « terroriste », avait boudé la précédente visite à Ankara de M. Blinken en novembre.

Les échanges avec le président turc ont porté sur la situation à Gaza et sur l’entrée de la Suède dans l’OTAN, selon un communiqué du Département d’État.

Victimes civiles

M. Blinken a insisté auprès de son hôte sur « la nécessité d’empêcher le conflit de s’étendre, d’accroître l’aide humanitaire, de réduire le nombre des victimes civiles, de travailler à une paix régionale durable et d’avancer vers l’établissement d’un État palestinien ».

Par ailleurs, selon le bref communiqué, le responsable américain a appelé à « finaliser [le processus] d’adhésion de la Suède à l’OTAN », à laquelle manquent toujours l’accord de la Turquie et de la Hongrie.

De son côté, en Crète, le chef du gouvernement grec Kyriakos Mitsotakis a insisté dans un communiqué sur « l’excellent niveau » des relations gréco-américaines et assuré que « d’autres avancées positives seront enregistrées dans le domaine de la coopération en matière de défense ».

La Grèce cherche à acheter aux États-Unis des jets F-35 plus perfectionnés afin de contrer ce qu’elle considère comme une menace turque.

Athènes a vivement contesté la possible vente d’avions de combat américains F-16 à Ankara en raison des différends territoriaux qui l’opposent depuis longtemps à la Turquie dans la région de la Méditerranée orientale, riche en ressources énergétiques.

Le gouvernement américain n’est pas hostile à la vente des F-16 mais le Congrès s’y est opposé jusqu’ici, selon une source au département d’État, en la conditionnant à l’entrée de la Suède dans l’OTAN.

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author