Attal officiellement Premier ministre, deux discours très attendus

10 min read

Gabriel Attal est nommé Premier ministre et succède Elisabeth Borne à Matignon. La passation de pouvoir est attendue avec deux discours qui seront scrutés : les aurevoirs de Borne et l’entrée du politique de 34 ans qui doit désormais composer son gouvernement.

L’essentiel

  • Le remaniement est lancé. Gabriel Attal est le nouveau Premier ministre nommé ce mardi 9 janvier, au lendemain de la démission d’Elisabeth Borne.
  • Un remaniement plus vaste avec la composition d’un nouveau gouvernement pourrait suivre rapidement, peut-être sous quelques jours.
  • Avec le remaniement, quelques ministres pourraient être poussés vers la sortie. Les ministres opposés à la loi immigration, comme Clément Beaune ou Rima Abdul-Malak, seraient sur un siège éjectable. De même qu’Agnès Firmin Le Bodo nommée par intérim à la Santé. D’autres cas comme celui d’Olivier Dussopt (Travail) et Gérald Darmanin (Intérieur) interrogent.

En direct

13:11 – Pour Manuel Bompard, “la macronie se replie sur elle-même” avec la nomination de Gabriel Attal

Comme ses collègues de La France insoumise, Manuel Bompard a réagi à la nomination du nouveau Premier ministre en appelant à un vote de confiance à l’Assemblée. “Déjà minoritaire, la macronie se replie sur elle-même”, a estimé le coordinateur de LFI. Pour ce dernier, avec Gabriel Attal, Emmanuel Macron promeut le “responsable du fiasco « parcoursup », camoufleur de l’affaire Benalla et ministre de l’austérité budgétaire.”

13:04 – Un petit-déjeuner entre Macron et Attal ce matin

Gabriel Attal s’est entretenu avec Emmanuel Macron ce mardi matin, pour un petit-déjeuner qui a duré deux heures selon les informations de BFMTV. Durant cette réunion, le chef de l’Etat aurait évoqué les sujets chauds du moments et ceux à venir face à son nouveau chef de gouvernement. Les deux hommes auraient également échangé sur les grandes lignes de la politique à mener ces prochains mois alors que d’importants défis attendent l’exécutif, à commencer par les élections européennes et l’organisation des Jeux olympiques.

12:59 – François Ruffin redoute une action “au profit des puissants”

“Une vingtaine de 49.3, une réforme des retraites à marche forcée contre les citoyens, contre les syndicats, contre l’Assemblée : Elisabeth Borne a bien rempli sa fonction. À Gabriel Attal de poursuivre l’œuvre Macroniste, toujours au profit des puissants, contre la vie des gens. Mais rappelons nous : tous les supplices, mêmes les plus longs, ont toujours une fin” a réagi le député de la France Insoumise dans un tweet.

12:56 – Premier ministre à 34 ans, un record sous la Vème République

Alors qu’il était déjà le benjamin du gouvernement; Gabriel Attal arrive à Matignon à seulement 34 ans. Il devient ainsi le plus jeune Premier ministre de la Vème République et fait tombe le record que détenait Laurent Fabius entré à Matignon à 37 ans en 1984 sous François Mitterrand.

12:50 – Eric Ciotti demande à Gabriel Attal de mettre un terme au “en même temps”

Le patron des Républicains a félicité Gabriel Attal après sa nomination à Matignon mais il souhaite assister à un changement de politique avec ce nouveau gouvernement qui, selon lui, doit marquer “la fin du en même temps”. “La France a un besoin urgent d’action : elle a besoin d’une autre méthode. La communication permanente doit laisser place à une politique de clarté et de fermeté” a-t-il ajouté sur X.

12:47 – Pour le RN, Attal est nommé à Matignon “grâce à Bardella”

“Nommé Premier-ministre parce que, et grâce à, Jordan Bardella. Le gouvernement Attal est le dernier chapitre, l’épilogue d’un double quinquennat qui restera comme une perte de temps cruciale pour la France et les Français. L’après-Macron a commencé”, vient de poster sur X la porte-parole du Rassemblement national Laure Lavalette.

12:44 – Le message de Macron à son nouveau Premier ministre

Alors que la nomination de Gabriel Attal a été faite par communiqué, Emmanuel Macron a officialisé l’événement sur X en adressant un message à son Premier ministre.

12:40 – Renaissance se réjouit de la nomination de Gabriel Attal

Joie chez Renaissance. Sylvain Maillard, le président du groupe du parti présidentiel à l’Assemblée national se réjouit de la nomination de Gabriel Attal à Matignon. “Je suis sûr que tu sauras porter fidèlement notre projet et incarner les valeurs qui sont les nôtres”, a-t-il écrit sur X. Et l’élu d’ajouter : “Les députés Renaissance seront des alliés loyaux et exigeants pour répondre aux défis de notre pays et continuer à réformer, pour les Français”.

12:37 – Attal signe la fin des nominations de haut-fonctionnaires à Matignon

Après Edouard Philippe, Jean Castex et Elisabeth Borne, Gabriel Attal est le premier locataire de Matignon de l’air Macron à ne pas avoir une carrière de haut-fonctionnaire derrière lui. Il tranche ainsi avec le profil très technique qu’avait ses précédents chefs du gouvernement et est le signe que le chef de l’Etat a opté pour un profil plus politique. Le trentenaire a effectivement gravi les échelons au fil des élections en devant conseiller municipal et député avant d’intégrer le gouvernement à différents postes et en passant de secrétaire d’Etat à ministre et désormais Premier ministre.

12:33 – Jean-Luc Mélenchon cible le jeune âge du Premier ministe

Jean-Luc Mélenchon a réagi à la nomination de Gabriel Attal ce mardi, sur le réseau social X : “Attal retrouve son poste de porte-parole. La fonction de premier ministre disparaît. Le monarque présidentiel gouverne seul avec sa cour. Malheur aux peuples dont les princes sont des enfants”, a écrit le leader de la France Insoumise, après l’officialisation de Gabriel Attal comme Premier ministre.

12:30 – Gabriel Attal et le casse-tête du gouvernement

Gabriel Attal qui est désormais à la tête du gouvernement doit former son équipe gouvernementale dans les prochaines heures. Plusieurs questions se posent déjà : qui lui succédera à l’Education nationale ? Gérald Darmanin et Bruno Le Maire vont-ils quitter l’exécutif, se plier à la direction du jeune politique ou déménager dans des ministères plus autonomes ?

12:17 – Gabriel Attal officiellement nommé Premier minisre

Gabriel Attal est nommé Premier ministre. Le communiqué de l’Elysée va être publié dans les prochaines minutes. La nomination du ministre de l’Education nationale était le choix évident depuis hier après-midi.

12:12 – Une nomination qui tarde

Attendue d’abord tôt ce matin avant 9 heures, puis en fin de matinée, la nomination du Première ministre tarde encore à venir à la mi-journée. Cette attente pourrait être due à des derniers désaccords sur le nom de Gabriel Attal, toujours favori pour s’installer à Matignon. Si le ministre de l’Education a le soutien de la plupart des élus de la majorité, il ne jouirait pas du soutien des patrons de la macronie et de deux ministres importants, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin. Toutefois l’annonce doit être officialisée avant les journaux de 13 heure selon l’AFP.

12:05 – S’il s’installe à Matignon, Attal ne sera plus ministre de l’Education

C’était une des hypothèses évoquées hier soir : la possibilité que le ministre de l’Education nationale Gabriel Attal conserve ces fonction même en cas de nomination en tant que Premier ministre comme l’indiquait Europe 1. Un scénario toutefois écarté par l’Elysée selon des sources de BFMTV. Le politique de 35 ans à la tête du ministère de l’Education depuis seulement six mois ne cumulera donc pas les casquettes, soit il restera à son poste, soit – hypothèse la plus probable – il nommera son successeur après s’être installé à Matignon.

11:50 – Le Maire et Darmanin opposés à la nomination d’Attal à Matignon ?

Les patrons du MoDem et d’Horizons, François Bayrou et Edouard Philippe, ainsi que le secrétaire général de l’Elysée Alexis Kohler ou encore l’ancien président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand, ne seraient pas les seuls à avoir tenté de s’opposer la nomination encore hypothétique de Gabriel Attal à Matignon. Selon des journalistes de LCI et TF1, les ministres Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, deux poids lourds faisant partie des rares figures de la macronie, auraient également fait blocage à cette hypothèse. Une opposition démentie par les entourages respectifs des deux membres du gouvernement.

LIRE PLUS

En savoir plus

Qui va s’installer à Matignon ?

Après une semaine de rumeurs sur le départ de la Première ministre, Elisabeth Borne a bien remis sa démission à Emmanuel Macron en fin de journée le lundi 8 janvier. Un départ qui ne semble pas être voulu par la sexagénaire mais plutôt impulsé par le président de la République comme le laisse entendre sa lettre de démission : “Monsieur le Président de la République, vous m’avez fait part de votre volonté de nommer un nouveau Premier ministre”.

Elisabeth Borne ayant quitté ses fonctions, l’heure est à la nomination de son remplacement. Dans le soirée du dimanche 7 janvier et plus sérieusement le 8 janvier, l’hypothèse d’une nomination de Gabriel Attal à Matignon tient la corde. Le ministre de l’Education est présenté comme le favori devant les noms précédemment cités du ministre des Armées Sébastien Lecornu et de l’ancien ministre de l’Agriculture Julien Denormandie. Si d’autres rumeurs ont circulé, comme celle sur la nomination de Richard Ferrand, elles ont été écartées.

Qui sont les ministres sur la sellette ?

Du côté des ministres en danger figurent ceux surnommés les “frondeurs” pour leur opposition à la loi immigration : Clément Beaune (Transports), Rima Abdul-Malak (Culture), Patrice Vergriete (Logement), Sylvie Retailleau (Enseignement supérieur) et Roland Lescure (Industrie). Il faut aussi citer la ministre de la Santé Agnès Firmin Le Bodo nommée par intérim après la démission d’Aurélien Rousseau qui est visée par une enquête pour avoir reçu des cadeaux de laboratoire pharmaceutique sans les déclarer dans le cadre de sa profession de pharmacienne. Catherine Colonna installée au Quai d’Orsay serait également sur la sellette selon Le Parisien.

Le cas du ministre du Travail, Olivier Dussopt, interroge. L’homme doit être jugé dans le cadre de son procès pour favoritisme le 17 janvier. Le chef de l’Etat pourrait vouloir s’en séparer sans attendre le verdict ou au contraire garder le ministre, qui bénéficie de la présomption d’innocence, au sein du gouvernement, au risque de devoir le remplacer fin janvier.

Quels ministres pourraient changer de portefeuille ?

Quelques ministres pourraient rester au sein de l’exécutif, mais atterrir à des fonctions différentes. Au jeu de chaises musicales Sébastien Lecornu est en tête puisqu’il pourrait, selon des rumeurs persistantes, passer de ministre des Armées à Premier ministre. L’hypothèse est également évoquée pour le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

Au ministère de l’Intérieur, un autre que Gérald Darmanin pourrait prendre la relève selon quelques bruits de couloir. Le “premier flic de France”, fragilisé après le vote de la loi immigration, voudrait quitter Beauvau pour le Quai d’Orsay. Mais un remplacement à l’Intérieur parait difficile à quelques mois des Jeux olympiques de Paris.

S’il reste au gouvernement Olivier Dussopt pourrait également déménager, lui qui serait intéressé par le ministère des Armées d’après Le Parisien.

You May Also Like

More From Author