avant Man of Steel, la trilogie démente que voulait réaliser Matthew Vaughn

6 min read

Avant que Zack Snyder ne lance son univers DC, Matthew Vaughn (Kick-Ass, Kingsman, Argylle) a imaginé une trilogie Superman à l’ambition démesurée.

« Ce serait un film intéressant… » Quand BroBible lui parle de Superman : Red Son, le réalisateur britannique Matthew Vaughn cache difficilement son enthousiasme. Il a déjà largement apporté sa contribution à la prise de pouvoir des super-héros dans les années 2010. En 2006, il quittait la production chaotique de X-Men 3. En 2010 justement, il réalisait Kick-Ass, comédie qui tournait déjà le genre en ridicule. Enfin, en 2011, il prenait sa revanche avec X-Men : Le Commencement, qui a débuté une nouvelle ère pour les mutants au cinéma.

Mais il a toujours voulu faire s’envoler Superman. Et d’ailleurs, Hollywood lui a à deux reprises donné l’occasion de rêver de slip rouge. Retour sur des projets de franchise ambitieux, avant et après le Man of Steel de Zack Snyder.

 

 

De X-Men à Superman

En 2006, près de 20 ans après le super-nanar Superman 4, qui a mis la franchise dans le coma, la Warner veut produire un nouveau Superman. Cela fait des lustres que l’Homme d’acier essaye de faire son grand retour en vain, notamment dans une version supervisée par Tim Burton qui a fait couler beaucoup d’encre (et qui fera pleurer beaucoup de sang en 2023). Mais au début des années 2000, les hommes en collant ont de nouveau la cote, et le studio n’hésite pas à embaucher l’un des hommes qui a redoré leur blason, Bryan Singer, lequel quitte de fait la production de X-Men : L’affrontement final

Tandis qu’il conçoit cet hommage appuyé au film de Richard Donner intitulé Superman Returns, c’est Matthew Vaughn qui lui succède à la barre du troisième X-Men. Mais très vite, les délais intenables et la perspective de déménager loin de sa famille convainquent le réalisateur de se faire la malle à son tour. Une décision risquée pour sa carrière encore naissante, mais qui pourrait s’avérer stratégique étant donné le score décevant de Returns au box-office : un peu plus de 400 millions de dollars de recettes pour un budget maous de 270 millions.

 

Superman Returns : photo, Brandon RouthSuperman Returns, la sortie de Routh

 

Dès lors, l’objectif de Warner est non plus de mettre en chantier une suite, mais de rebooter la saga. Plusieurs pitchs sont proposés, notamment de la part d’auteurs de comics pas très satisfaits par le précédent volet, comme Grant Morrison et Geoff Johns, selon MTV. Un autre auteur tente sa chance : Mark Millar, dont le Wanted vient d’être adapté au cinéma. Il s’associe avec un réalisateur, dont il refuse alors de révéler l’identité.

Il raconte chez Den of the Geek en juillet 2008 : « Ce réalisateur m’a téléphoné il y a un mois et m’a dit : “Écoute, je n’ai absolument pas l’autorisation de Warner, parce que Warner ne cherche personne en particulier, mais je veux avoir toutes les cartes en main, juste au cas où.” Il m’a dit : ” je veux complètement relancer la franchise Superman. Je sais que ça te passionne et le buzz autour de Wanted est super.” Je crois que c’était le week-end avant la sortie de Wanted. »

 

Wanted : choisis ton destin : photo, Angelina JolieLe turbo-crétin Wanted : Choisis ton destin

 

Bien plus tard, Vaughn avouera, au micro de Happy Sad Confused, par exemple, qu’il était ce réalisateur, venu se refrotter au genre après X-Men. Une association logique, puisque les deux artistes concrétiseront, quelques années à peine après ça, Kick-Ass, tiré d’un comics de Millar. Bien que très fantasmé, le projet est resté à l’idée de pitch : « On a pitché comment faire une trilogie de films Superman » raconte le metteur en scène. « Warner a dit qu’ils n’étaient pas intéressés. Ça n’est pas allé plus loin. »

 

X-Men, l'affrontement final : Photo Vinnie JonesComment fuir la production de X-Men 3

 

De Superman à Man of Steel

Il faut dire que ledit pitch est particulièrement ambitieux. Il s’agit bien d’une trilogie longue de huit heures, pensée comme celle du Seigneur des Anneaux, couvrant l’intégralité des aventures du super-héros, de sa naissance au moment où il reste le dernier être vivant sur Terre. « J’aurais fait une version moderne du film de Donner » raconte Vaughn, toujours au micro de Happy Sad Confused. « Notre grosse idée, c’était que Krypton n’explose pas tout de suite. Le père avait raison, sauf sur le timing. Donc quand Superman grandit, soudainement, il y a un exode de masse et tout part en vrille. »

En termes de méchants, il doit affronter Zod, Brainiac et Lex Luthor, trois des antagonistes les plus iconiques de l’univers Superman. « Lex Luthor est le méchant principal jusqu’à ce que Krypton explose, et puis tous les autres arrivent. » Pour incarner Kal-El, ils pensent à Charlie Cox, à l’époque tout juste sorti de Stardust, le mystère de l’étoile, réalisé par Vaughn, et futur Daredevil. « [Matthew Vaughn] disait “Il a juste l’air sympathique” et “Je sais qu’il n’est pas grand et Superman est toujours grand” – Charlie fait seulement 1m75 ou un peu plus – “Il ressemble un peu au Superman de l’Age d’or, quand il avait davantage l’air d’une personne normale » détaille Millar chez The Aspiring Kryptonian.

 

The Defenders : Photo Charlie Cox, The Defenders saison 1De la vue surdéveloppée à la cécité

 

Une version qui n’a donc pas dépassé le stade de la proposition balancée aux exécutifs de Warner. Millar lui-même tient à préciser qu’il n’a jamais écrit quoi que ce soit et qu’il n’a jamais vraiment précisé ses idées à son ami. Il y a fort à parier que l’ampleur d’une telle fresque, ainsi que leur approche fidèle à Donner, aient laissé les pontes de la firme de marbre après l’échec de Returns. Leur vision a néanmoins permis au cinéaste de rester dans les petits papiers du studio. En mars 2017, à l’époque où le DCEU tenait encore debout, une source de Collider affirmait qu’il était le premier choix de Warner pour réaliser Man of Steel 2 et que des discussions avaient eu lieu à ce sujet. Ironique.

Plus d’un an plus tard, il annonçait à Polygon que ça n’allait « officiellement » pas arriver. Il aurait voulu réinvestir des éléments de sa trilogie dans cette suite, mais le chaos qui a progressivement gagné cette Krypton cinématographique a probablement rattrapé le projet. Vaughn n’a donc cessé de flirter avec Superman. Peut-être le nouvel univers DC organisé par James Gunn et Peter Safran a-t-il une place pour lui. En tous cas, il ne dit pas non : « Ne jamais dire jamais », a-t-il lâché dans l’interview avec BroBible« Jamais deux sans trois », serait-on tenté d’ajouter.

You May Also Like

More From Author