Aya Nakamura va-t-elle chanter aux JO ? Emmanuel Macron donne enfin son avis !

3 min read
Crédits photo : Bestimage

Mais que s’est-il vraiment passé le 19 février dernier ? Selon nos confrères de L’Express, c’est à cette date qu’Emmanuel Macron aurait rencontré Aya Nakamura à l’Elysée pour lui demander de participer à la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024, et de reprendre du Edith Piaf. Depuis, si l’information n’a jamais été confirmée ou démentie, l’affaire a enflammé la société française. Si 63% des Français se disent contre sa venue, de nombreux politiques sont montés au créneau pour critiquer ou défendre la chanteuse francophone la plus écoutée dans le monde. Cible d’attaques racistes, l’interprète de “Baby” a tenu à répondre aux critiques sur les réseaux sociaux puis sur son dernier single “Doggy” où elle clame : « J’ai pas d’ennemis moi, c’est eux qui m’aiment pas / Un tas d’ennemis mais j’les connais même pas ».

Le player Dailymotion est en train de se charger…

“Elle a tout à fait sa place”

Mais qu’en pense Emmanuel Macron ? Après la réponse devenue virale d’Amélie Oudéa-Castera citant les titres d’Aya Nakamura, le président de la République a tenu à réagir ce jeudi midi lors de son déplacement à Saint-Denis pour l’inauguration du centre aquatique olympique. Face aux questions des journalistes, le Chef d’Etat a rappelé qu’Aya Nakamura est « une des artistes les plus streamées parmi les artistes francophones » : « Elle parle à bon nombre de compatriotes et je pense qu’elle a tout à fait sa place dans une cérémonie d’ouverture ou de clôture des jeux ». S’il ne veut pas dévoiler les détails, Emmanuel Macron estime que sa possible participation à l’événement mondial est « une bonne chose » : « Parce que ces Jeux et ces cérémonies doivent nous ressembler. Elle participe de la culture française, de la chanson française ».

A LIRE – Aya Nakamura aux JO 2024 ? Les héritiers d’Édith Piaf montent au créneau

Alors que ce choix, toujours au stade de rumeur, a été très critiqué notamment par l’extrême droite, Emmanuel Macron a tenu à apaiser les tensions et mettre les choses au clair : « Je veux défendre ces choix et le fait qu’il doit y avoir une liberté artistique. Il ne faut pas faire de politique. Derrière cette liberté artistique, il doit y avoir la volonté, que je veux protéger, d’être libre, de choisir les artistes qui se produiront, s’assurer qu’ils représentent la France dans sa diversité et son rayonnement ». Rendez-vous le 26 juillet sur la Seine ?

You May Also Like

More From Author