BCE supprime 4800 emplois et vend 45 stations de radio, dont 7 au Québec

BCE supprime 9 % de ses effectifs, soit environ 4800 emplois. L’entreprise annonce aussi la vente de 45 de ses 103 stations de radio à travers le pays, dont 7 au Québec. 

Selon nos informations, la division Bell Média compte pour environ 10 % des coupes au sein du conglomérat. Parmi les compressions annoncées jeudi matin, Bell annonce se départir de ses antennes dans le Bas-Saint-Laurent, dans le Centre-du-Québec, ainsi que de ses fréquences Boom FM en Montérégie. Ces sept stations seront transférées à Arsenal Média, déjà propriétaire de plusieurs stations de radio en région. 

Ces nouvelles coupes s’ajoutent à celles annoncées en juin. Le géant des télécommunications et des médias avait alors supprimé 1300 postes et vendu six stations de radio. Ces compressions avaient à l’époque touché presque uniquement le Canada anglais.

Dans une lettre ouverte, le président et chef de la direction de BCE, Mirko Bibic, a justifié ces décisions difficiles en soulignant que « le contexte économique demeure très difficile ». Il a également décrié un ensemble de décisions réglementaires et politiques qui alourdissent le fardeau qui pèse sur l’entreprise.

« Celles-ci compromettent les investissements dans nos réseaux, ne soutiennent pas nos activités médiatiques en temps de crise et tardent à assurer une concurrence équitable avec les géants mondiaux de la technologie », peut-on y lire. 

Bell est plombé par le déclin du marché de la téléphonie traditionnelle, alors que l’entreprise prévoit une perte de revenus de 250 millions de dollars dans ce secteur cette année. 

Ses activités dans le domaine des médias subissent également de plein fouet l’exode des annonceurs vers les grandes plateformes, à l’instar de l’ensemble de l’industrie. En 2023, les revenus publicitaires engendrés par Bell Média ont fondu de 140 millions de dollars par rapport à l’année précédente. Qui plus est, l’exploitation de services de nouvelles dans l’ensemble du pays a engendré une perte annuelle de 40 millions, et ce même si CTV demeure le réseau le plus écouté au Canada anglais. 

Dans les derniers mois, la plupart des grands joueurs dans l’industrie des médias ont procédé à des compressions majeures. TVA s’apprête à éliminer 547 postes, ce qui représente près du tiers de ses effectifs. CBC / Radio-Canada compte éliminer 800 postes dans la prochaine année, soit 10 % des emplois au sein du diffuseur public. 

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author