Borne sur le départ ? Son bilan en un an et demi à Matignon

3 min read

Borne sur le départ ? Son bilan en un an et demi à Matignon

Les rumeurs se font de plus en plus persistantes autour d’une démission d’Elisabeth Borne. Donnée partante, la Première ministre a pourtant survécu à de nombreuses crises à Matignon.

Moult fois menacée, Elisabeth Borne s’accroche à son poste à Matignon malgré les rumeurs de remaniement, en défendant son bilan et en se projetant la nouvelle année qui débute. Première ministre en sursis, elle a déjà survécu à des législatives ratées il y a plus d’un an, puis au 49.3 utilisé pour faire passer la très contestée réforme des retraites au printemps, l’adoption controversée de la loi immigration, et à de multiples dissonances avec le président de la République qui ont relancé les spéculations sur son avenir. Si les rumeurs de remaniement ont repris de plus belle avec l’annulation du Conseil des ministres, mercredi 3 janvier, les heures de la Première ministre semblent cette fois bien comptées. 

Faute de solution idéale qui aurait permis d’obtenir une majorité absolue à l’Assemblée nationale, la Première ministre a tenté de poursuivre sa feuille de route. Au moment de se retourner pour faire le bilan d’Elisabeth Borne à Matignon, deux grandes séquences ont marqué les esprits : l’adoption au forceps de la réforme des retraites et la fameuse loi sur l’immigration.

Un record en guise d’héritage

Après le vote du texte sur l’immigration, durci par la droite et soutenu par l’extrême droite, Elisabeth Borne a reçu peu de soutien au sein de la majorité et un ministre a démissionné. D’autres membres du gouvernement issus de l’aile gauche lui ont exprimé leur désaccord. Sans états d’âme, elle avait dit sur France Inter avoir “le sentiment du devoir accompli” après le vote d’un texte qui à ses yeux “respecte nos valeurs”, même si plusieurs mesures seraient inconstitutionnelles. 

La crise une nouvelle fois a fragilisé à son poste, comme après la douloureuse séquence des retraites, à l’issue de laquelle elle avait échappé de justesse à la censure. Pour les retraites, la Première ministre devait “élargir la majorité”, une mission impossible. Elisabeth Borne a eu recours au 49.3 pour faire passer le texte : une des motions de censure qui ont suivi a été rejetée à seulement 9 voix, attisant la tension dans les cortèges des opposants. En cas de départ, Elisabeth Borne laissera un record : la Première ministre a utilisé 23 fois cette disposition constitutionnelle depuis son arrivée à Matignon.

You May Also Like

More From Author