Catherine Vautrin succède finalement Agnès Firmin-Le Bodo

3 min read

Nouveau ministre de la Santé : Catherine Vautrin succède finalement Agnès Firmin-Le Bodo

Alors que des noms déjà cités lors de précédents remaniements étaient à nouveau en lice, Catherine Vautrin a finalement été désignée pour succéder à Agnès Firmin-Le Bodo jeudi soir.

Après 21 jours passés à la tête du ministère de la Santé, à la suite de la démission d’Aurélien Rousseau au moment du psychodrame de la loi immigration en décembre dernier, Agnès Firmin-Le Bodo (Horizons) n’a pas été reconduite. C’était attendu. C’est désormais officiel. Et c’est une figure de la droite et ex-ministre de Jacques Chirac qui lui succède : Catherine Vautrin. À 63 ans, la présidente du Grand Reims, un temps pressentie en mai 2022 à Matignon, se retrouve aujourd’hui propulsée à la tête d’un ministère élargi, rassemblant Travail, Santé et Solidarités.

Proche de Jean-Louis Borloo, Catherine Vautrin a, par le passé, occupé le poste de secrétaire d’État à l’Intégration et à l’Égalité des chances dans le gouvernement Raffarin II, puis celui de Secrétaire d’État aux Personnes âgées, toujours sous Raffarin, et le poste de ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité, dans le gouvernement Villepin. Dans ces trois cas, elle était toujours rattachée à Jean-Louis Borloo, alors ministre. 

Avant la nomination de Catherine Vautrin, des rumeurs tenaces

Agnès Firmin-Le Bodo étant elle-même membre d’Horizons, deux noms de philippistes sortaient notamment du lot parmi les rumeurs  qui ont précédé l’officialisation de Catherine Vautrin comme nouvelle ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités : celui de Frédéric Valletoux, député de Seine-et-Marne, et celui d’Arnaud Robinet, maire de Reims et président de la Fédération hospitalière de France (en succession de Frédéric Valletoux d’ailleurs). L’un comme l’autre étaient déjà cités parmi les hypothèses les plus probables pour prendre la relève à la Santé lors du remaniement de juillet 2023, avant d’être éclipsés par Aurélien Rousseau.

Une députée Renaissance était également citée : la députée Renaissance Astrid Panosyan-Bouvet, comme évoqué par Le Figaro. Cette macroniste de la première heure s’est notamment illustrée en prenant position sur l’un des sujets phares à venir dans le domaine de la santé : la fin de vie. Elle a en effet signé une tribune publiée en septembre dans L’Express, et également soutenue par Frédéric Valletoux, pour défendre la distinction entre l’aide à mourir et les soins palliatifs et à ne pas confondre les deux dans un même texte.

You May Also Like

More From Author