CCP – Le Project Awakening de CCP Games : faire la démonstration de la pertinence des jeux Blockchain

7 min read

CCP Games travaille sur un jeu blockchain, le Project Awakening. Selon Hilmar Pétursson, les technologies décentralisées assureront la pérennité des mondes virtuels sur le modèle des sagas islandaises, indépendamment de la survie de leurs créateurs. 

Hilmar Petursson

En mars dernier, le studio CCP Games (EVE Online) annonçait avoir levé 40 millions de dollars pour concevoir son Project Awakening, un nouveau titre reposant sur les technologies de la blockchain. Le projet était très diversement accueilli par les joueurs, notamment parce que les jeux reposant sur la blockchain suscitent à l’évidence une certaine suspicion – ils visent davantage à monétiser leur contenu qu’à concevoir des mécaniques de jeu réellement ludiques.

En sera-t-il de même pour le Project Awakening de CCP Games ? Bien malin qui pourrait répondre dans la mesure où on ignore encore tout ou presque du contenu du jeu ou de ses mécaniques. On ignore même le genre auquel le jeu appartient.

Pérenniser les mondes virtuels pour les siècles des siècles

Pour autant, dans un long entretien accordé à Rock Paper Shotgun, l’Islandais Hilmar Veigar Pétursson (le patron de CCP Games) explique la genèse de ce Project Awakening – qui consiste peu ou prou assurer une forme de pérennité aux productions du studio.

Il part d’un constat. Un musée de Reykjavik expose notamment une copie de l’Edda de Snorri, une saga islandaise inscrite sur un morceau de cuir. Hilmar Veigar Pétursson précise que cette saga « a été écrite il y a mille ans, mais en tant qu’Islandais, [il peut] encore lire et comprendre ce qu’elle raconte ». C’était une façon efficace de stocker des données et de s’assurer qu’elles passent les suffrages du temps. Quid aujourd’hui ? Si vous envoyez une clé USB mille ans dans le futur, trouverez-vous encore un ordinateur et la connectique nécessaire pour accéder aux données ? Sans doute pas.

Plus prosaïquement, CCP Games existe depuis 26 ans, mais combien de studios peuvent se targuer de vivre ne serait-ce que quelques décennies ? « Tout le monde n’est pas Nintendo et selon les standards actuels, CCP est déjà un vieux studio de développement ». Et qu’advient-il d’un jeu (en ligne) quand son créateur disparait ? Quid des bases de données qui assurent la persistance d’EVE Online si demain, CCP Games ferme ses portes ? Un monde (virtuel) et sa population (de joueurs) disparaitraient. Le jeu vidéo est une industrie très éphémère, que Hilmar Pétursson entend manifestement pérenniser.

La puissance de la décentralisation

On comprend son cheminement de pensée : la blockchain et ses technologies décentralisées pourraient être un moyen de pérenniser les jeux en ligne (ou au moins leurs bases de données) et de faire en sorte que des jeux survivent indépendamment de l’existence de leurs créateurs. Un système décentralisé est par définition plus tolérant aux pannes et résiliant qu’un système centralisé – et de prendre l’exemple de la DARPA ayant conçu un Internet décentralisé capable de rester fonctionnel même en cas de guerre nucléaire.

Havoc

Même approche en termes de monétisation. Selon Hilmar Pétursson, « nous vivons dans un monde où une grande proportion des expériences ludiques sont co-créées par des joueurs qui jouent, mais avec des modèles économiques qui ne sont pas inclusifs ». Il poursuit : « les meilleurs initiatives à ce jour reposent sur des sociétés qui prennent l’ensemble des revenus et ensuite les redistribuent via divers accords », comme c’est le cas des programmes Roblox Creator Hub ou Fortnite Creator Portal – Roblox et Epic centralisent les revenus générés par les créateurs, avant de les redistribuer. « Ce n’est pas un mauvais système, mais ce n’est pas super novateur ». Avec son Project Awakening, Hilmar Pétursson imagine un modèle économique décentralisé dans lequel les joueurs créateurs pourraient monétiser eux-mêmes leurs créations.

Une technologie mal-aimée

Au-delà de la théorie plutôt convaincante, l’examen concret des jeux blockchain reste néanmoins peu flatteurs pour le genre : les tokens des jeux blockchain ont pour la plupart perdu l’essentiel de leur valeur, les transactions en marge des jeux sont réduites à portion congrue, la technologie souffre d’une perte de confiance et selon DappGambl, 95% des NFT qui suscitaient tant d’enthousiasme encore récemment ne valent aujourd’hui plus rien.

Hilmar Pétursson en est conscient. Raison pour laquelle le Project Awakening est un projet indépendant (les technologies blockchain n’ont pas vocation à être intégrées dans EVE Online) et qu’il est financé sur un budget spécifique levé auprès d’investisseurs tiers, indépendant du chiffre d’affaires généré par EVE Online. Pour autant, selon le patron, la technologie n’est pas en cause : « on fait des choses stupides avec tout et n’importe quoi. Au 18e siècle en Hollande, certains ont spéculé sur les bulbes de tulipes, les tulipes sont-elles pour autant intrinsèquement mauvaises ? Ce sont les spéculateurs qu’il faut blâmer. Les gens font des choses stupides ou néfastes avec les nouveautés, mais des gens font aussi des choses très cools et parfaitement saines. Je ne m’intéresse pas aux choses que de mauvaises personnes ont faites avec la blockchain dans le passé. Si des gens me détestent pour quelque chose qu’ils supposent que je vais faire et que je ne fais pas, ce n’est pas mon problème, c’est le leur ».

Havoc

De même, « pérenniser » un univers virtuel pourrait être réalisé sans avoir recours à la blockchain. Là encore, Himar Pétursson en convient : « vous pouvez utiliser de vieilles technologies pour faire la plupart des choses. On n’avait pas besoin de moteur à réaction pour fabriquer des avions. On peut toujours utiliser des hélices et cela fonctionne très bien, mais les avions équipés d’un moteur à réaction sont plus puissants. On s’interroge toujours : “Avons-nous besoin de voitures ? Les chevaux suffisent”. Oui, je peux faire beaucoup de choses avec des bases de données. Et je peux le faire en langage assembleur. Pourquoi avons-nous besoin de C++ ou de Python ? Pourquoi avons-nous besoin de l’IA ? Pourquoi avons-nous besoin de toutes ces choses ? Je peux bricoler un monstre de Frankenstein à partir de diverses technologies. Bien sûr, je l’ai fait un peu. Je travaille dans le domaine des logiciels depuis 30 ans. Je veux faire quelque chose de plus cool que cela, et nous allons utiliser ce dangereux morceau de folie que tout le monde déteste, et montrer au monde qu’on peut faire des choses étonnantes avec cette technologie ».

On ignore encore tout du Project Awakening. Rendez-vous néanmoins dans quelques années pour découvrir si le projet  de CCP sera un jeu blockchain de plus qui perdra l’essentiel de sa valeur en quelques mois, ou s’il se révélera suffisamment « cool » pour révolutionner le genre en posant les bases de nouvelles interactions entre joueurs et développeurs.

You May Also Like

More From Author