Ces 116 villes seront bientôt grignotées par la mer. La Bretagne, la Normandie et la Nouvelle-Aquitaine sont les plus touchées

3 min read

Voici la liste complète des villes qui vont être menacées par la mer dans les prochaines années.

Les effets du changement climatique et de l’érosion côtière se font ressentir sur le territoire français. 116 nouvelles communes ont été identifiées comme des Zones Exposées au Recul du Trait de Côte (ZERTC). La Bretagne, la Normandie et la Nouvelle-Aquitaine se démarquent comme étant les régions les plus touchées. Elles s’ajoutent aux 126 villes déjà concernées, ce qui fait 242 villes françaises en tout menacées.

Bretagne en première ligne

La Bretagne est incontestablement la région la plus touchée. Des communes telles que Erquy, Lannion et Saint-Brieuc en Côtes-d’Armor ou encore Concarneau, Morlaix et Pont-Aven en Finistère figurent parmi la liste des zones à risque. Ille-et-Vilaine et Morbihan ne sont pas en reste, avec des villes comme Dinard et Quiberon également concernées. Voir la liste complète.

Normandie : la menace se précise

La Normandie, notamment le département de la Manche, voit une augmentation significative de ses communes en ZERTC. Cherbourg-en-Cotentin, Granville ou encore Agon-Coutainville sont des villes à surveiller de près. Dans le Calvados, Courseulles-sur-Mer et dans la Seine-Maritime, Dieppe sont également sur la liste. Voir la liste complète.

La Nouvelle-Aquitaine face à l’érosion

Les communes de la Nouvelle-Aquitaine, en particulier sur le littoral atlantique, sont particulièrement exposées. La Charente-Maritime et la Gironde, avec respectivement La Rochelle, Saint-Georges-d’Oléron et Arcachon, Lacanau, sont des zones particulièrement sensibles. Voir la liste complète.

D’autres régions concernées

Outre ces trois principales régions, d’autres zones en France sont touchées. En Occitanie, des communes comme Sète, Frontignan en Hérault ou encore Collioure dans les Pyrénées-Orientales sont concernées. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, Antibes et Marseille sont en alerte. Même les territoires d’outre-mer, comme la Guadeloupe avec Sainte-Anne et la Martinique avec leurs communes côtières, ne sont pas épargnés.  Voir la liste complète.

Les ZERTC sont des zones clairement définies dans les plans locaux d’urbanisme comme étant à risque d’érosion côtière. Ces délimitations prennent en compte deux horizons distincts : une échéance à 30 ans et une autre s’étalant entre 30 et 100 ans. Les réglementations varient selon la période estimée. Pour les zones exposées à l’horizon de 30 ans, les constructions et installations sont soumises à une liste restreinte d’activités autorisées. Dans les espaces déjà urbanisés, certaines conditions doivent être respectées, comme le caractère démontable des constructions. Pour la zone à horizon de 30 à 100 ans, des obligations de démolition et de remise en état des terrains sont encadrées, surtout quand la sécurité des habitants est compromise. De plus, une anticipation financière des coûts liés à ces démolitions est exigée.

La menace de l’érosion côtière, accentuée par le changement climatique, oblige les autorités locales à repenser l’urbanisme des zones à risque. Les ZERTC sont un outil pour mieux anticiper et gérer cette menace. Il est crucial de prendre des mesures préventives pour protéger les habitants et les infrastructures tout en préservant les côtes françaises.

You May Also Like

More From Author