« C’est inquiétant », dit François Legault à propos de la fusillade dans le Maine

La tuerie qui a coûté la vie à au moins 18 personnes à Lewiston, dans le Maine, cette semaine, a mis en lumière de nombreux problèmes de société auxquels il est difficile de rester insensible, a avoué le premier ministre François Legault vendredi.

« C’est inquiétant », a reconnu le premier ministre lorsque des journalistes lui ont demandé comment il a réagi lorsqu’il a appris la nouvelle, en marge d’un événement portant sur un autre sujet à L’Épiphanie, dans Lanaudière.

« Il y en a trop de ce genre de problèmes et il y a beaucoup de choses là-dedans. Il y a l’accessibilité aux armes, il y a toute la question de la violence, de la santé mentale… C’est trop tôt, pour moi en tout cas, de dire ce qui est arrivé exactement dans le Maine, mais c’est inquiétant », a ajouté M. Legault.

Vendredi, près de 48 heures après la fusillade mortelle, le suspect de la tuerie qui a eu lieu mercredi soir dans un salon de quilles et dans un bar demeurait introuvable. Les autorités tentaient toujours de localiser Robert Card, un réserviste de l’armée américaine, qui aurait abattu les 18 victimes, en plus d’en blesser 13 autres.

Jeudi, au lendemain de la fusillade, M. Legault a écrit à Janet Mills, la gouverneure du Maine, pour partager sa tristesse avec la population de cet État situé juste au sud-est du Québec.

« C’est tellement triste ce qui est arrivé là-bas, a-t-il ajouté vendredi matin. Puis c’est inquiétant aussi parce qu’on n’a pas trouvé le responsable. »

À ce sujet, au fédéral, le premier ministre Justin Trudeau avait confirmé jeudi que la sécurité a été renforcée à la frontière avec le Maine le temps que la chasse à l’homme se poursuit aux États-Unis.

« Je peux vous assurer que notre ministre des Services publics est en contact avec nos homologues aux États-Unis pour s’assurer que tout le monde soit sain et sauf », a déclaré M. Trudeau lors d’un point de presse à Ottawa.

Une minute de silence en Nouvelle-Écosse

 

D’autres provinces canadiennes ont aussi réagi à la tuerie.

En Nouvelle-Écosse, l’Assemblée législative a observé une minute de silence, vendredi, en mémoire des victimes de la fusillade de Lewiston.

Le premier ministre Tim Houston a également lu une résolution exprimant sa solidarité avec la population du Maine à la suite de cette « fusillade de masse insensée et tragique » qui, selon lui, a laissé des personnes en deuil dans deux pays.

M. Houston évoquait ainsi la tuerie d’avril 2020 dans sa province, qui a fait 22 morts. Selon lui, la Nouvelle-Écosse sait trop bien ce que c’est que de vivre une tragédie inimaginable.

M. Houston a également salué la consule générale des États-Unis à Halifax, Lyra Carr, qui se trouvait dans la tribune du public en tant qu’invitée de l’Assemblée législative.

« Alors que le choc et le chagrin de cet événement peuvent rouvrir des plaies profondes et douloureuses pour ceux qui ont vécu des événements similaires, et que malheureusement notre province n’est pas à l’abri de ces sentiments, il est donc résolu que tous les membres de cette législature se tiennent aux côtés de la population du Maine, alors qu’elle traverse ces jours très sombres », a souligné M. Houston dans sa résolution.

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author