C’est l’année de l’IA générative au Consumer Electronics Show

L’année 2024 démarre sur les chapeaux de roues pour le secteur technologique. Littéralement, alors que des constructeurs d’automobiles et tout plein d’autres fabricants n’ont qu’une expression en tête pour vanter leur présence au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas : intelligence artificielle générative.

Dans la ville du péché, le CES n’a pas encore officiellement débuté qu’on a déjà adopté massivement l’expression anglophone « GenAI » pour parler de cette nouvelle vague d’applications animées par des algorithmes informatiques s’apparentant de près ou de loin aux systèmes de compréhension et de génération automatisées du langage naturel comme ChatGPT, de la société californienne OpenAI.

GenAI, comme dans « Generative AI », ou IA générative, donc. Elle est partout au CES en ce début janvier. Par extension, elle se répandra dans les prochains mois, aussi bien dans les magasins nord-américains que dans les publicités des fabricants d’à peu près tout ce qui se branche dans une prise électrique.

Télé 8K propulsée par l’IA

Par exemple, la société coréenne Samsung mène la charge du côté des téléviseurs grâce à une nouvelle gamme d’appareils surdimensionnés, dont la résolution n’a de comparable que celle des écrans géants dans les stades et les arénas. Ses téléviseurs les plus spectaculaires font 140 pouces de diagonale. Il n’existe presque plus rien sous les 70 pouces. 

La blague semi-sérieuse qui circule dans les allées du Centre des congrès de l’hôtel-casino Caesars où Samsung a établi son poste de commandement cette semaine est qu’il faudra désormais acheter un téléviseur, se le faire livrer dans un camion capable de transporter une si grosse dalle, puis construire sa maison autour, puisque ça ne passe pas dans les corridors.

Et ces téléviseurs, évidemment, ont beaucoup de pixels à activer. On a vu la télé passer à la HD il y a quinze ans, puis à l’Ultra HD il y a cinq ans. Cette année, c’est la 8K qui fait son apparition plus généralisée. La résolution d’image 8K est quatre fois supérieure à l’Ultra HD, aussi appelée 4K. Elle contient un peu plus de 32 millions de pixels, contre 8 millions environ pour la 4K. 

Le hic, c’est qu’il n’existe pratiquement aucune source de contenu 8K disponible pour le grand public. Alors, qu’est-ce que proposent les fabricants ? D’intégrer dans leurs appareils une technologie de rehaussement de l’image capable de convertir un signal télévisuel HD ou Ultra HD en une image de pleine résolution 8K.

Et c’est là qu’entre en scène l’IA générative : elle doit interpréter une image de moindre résolution et « générer » les pixels manquants pour leurrer l’oeil du téléspectateur et lui faire croire que son énorme téléviseur n’a pas été acheté en vain.

Bonjour, voiture !

On trouve au CES une poussette autonome conduite par une IA qui permet à la maman de marcher avec un latté et un téléphone dans ses mains sans perdre de vue son précieux bébé. On trouve des électroménagers, comme un barbecue électrique et un réfrigérateur pour chaussures, dont le comportement est optimisé plusieurs fois chaque seconde par de savants algorithmes.

On trouve aussi plusieurs constructeurs d’automobiles. Si BMW a volé le spectacle en janvier 2023 avec son concept de véhicule dont la carrosserie pouvait changer de couleur toute seule, cette année, c’est son rival Mercedes-Benz qui semble parti pour la gloire.

Le constructeur de Stuttgart, en Allemagne, a dévoilé en ouverture de l’édition 2024 du CES une série de nouvelles applications, dont un assistant virtuel animé par une IA générative, qui seront ajoutées au système multimédia de ses futurs véhicules. 

Mercedes-Benz, comme la plupart des autres grands constructeurs, espère d’ici la fin de la décennie empocher quelques dizaines de milliards de dollars chaque année grâce à des applications et à des services vendus par abonnement aux propriétaires de voitures. Pour que ces services fonctionnent, il lui faut un système multimédia évolutif. Ce sera le rôle de son système MB.OS, tout juste présenté à Las Vegas. MB.OS devrait être mis en marché d’ici 2025.

Ce système développé à l’interne s’accompagne d’un assistant d’IA générative qualifiée « d’empathique » qui peut adopter certaines émotions, selon comment le conducteur se comporte derrière son volant, et générer des réponses plus étoffées à ses questions, pour l’aider à mieux se rendre à destination. Mercedes-Benz teste déjà depuis quelques mois aux États-Unis une version de ChatGPT, d’OpenAI, dans certaines de ses voitures.

Grâce à une collaboration avec l’artiste américain will.i.am, Mercedes-Benz introduit aussi une fonction de lecture musicale automatisée qui adaptera son tempo à la conduite. Tout ça ouvrira la voie à une flopée de nouveaux services informatifs ou de divertissement que le constructeur espère vendre à ses clients sous forme d’abonnements mensuels, une tendance forte de l’industrie automobile ces jours-ci.

Tout le monde… ou presque

C’est la Consumer Technology Association américaine qui organise le CES. Cette année marque le 100e anniversaire de cet événement annuel. On s’attend à des records d’assistance : plus de 130 000 visiteurs, plus de 4000 exposants, plus de 1200 jeunes pousses technos. 

Pourtant, le principal nom entendu sur place boude le CES : Apple. Le fabricant de l’iPhone et du casque de réalité mixte Vision Pro n’est pas ici, mais cela n’empêche pas plusieurs exposants de proposer en si grand nombre des accessoires pour ses produits, ou des technologies rivales, qu’on ne serait pas surpris de croiser sur place le p.-d.g. de l’entreprise, Tim Cook.

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author