Cet ours polaire isolé sur un iceberg interpelle, voici la petite histoire derrière la photo choc qui vient de gagner un prix prestigieux

3 min read

Cet ours polaire isolé sur un iceberg interpelle, voici la petite histoire derrière la photo choc qui vient de gagner un prix prestigieux

Cette photo lauréate du prix du public du Wildlife Photographer of the Year illustre une terrible prophétie.

Le Musée d’histoire naturelle de Londres a dévoilé le lauréat du prix du public du Wildlife Photographer of the Year. Le concours de photographie de nature annuel, l’un des plus prestigieux au monde développé et produit par l’incontournable musée londonien, dévoile chaque année des images stupéfiantes, tantôt légères tantôt lourdes de sens, de photographes du monde entier. Parmi 49 957 candidatures provenant de 95 pays, cette photo s’est retrouvée dans la short list des 25 photos du jury international d’experts avant de remporter le vote du public ce mercredi 7 février 2024. 

Intitulée “Ice Bed” (“Lit de glace” en français), la photo lauréate de Nima Sarikhani suscite de vives émotions. Devant l’objectif du photographe londonien se déroule cette scène incroyable d’un ours polaire lové sur un iceberg au large de l’archipel norvégien du Svalbard. Si le spectacle fascine les touristes, il illustre les conséquences du réchauffement climatique en Arctique, où les ours polaires sont confrontés à la réduction, à la fragmentation voire à la disparition de leur habitat naturel : la banquise. L’Arctique est une des régions qui se réchauffe le plus rapidement dans le monde, à un rythme deux fois plus élevé que la moyenne mondiale, selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM). “Cette image poignante nous permet de voir la beauté et la fragilité de notre planète”, a commenté le directeur du Muséum d’histoire naturelle, Douglas Gurr. 

“Lit de glace” © Nima Sarikhani, Wildlife Photographer of the Year

Le photographe londonien lauréat raconte la petite histoire derrière le cliché : “Après avoir passé trois jours à chercher désespérément des ours polaires dans un épais brouillard à l’extrême nord de l’archipel norvégien du Svalbard, le navire d’expédition à bord duquel je me trouvais a décidé de changer de cap pour faire demi-tour et se diriger vers le sud-est, où il y avait encore de la glace de mer. C’est là que nous avons rencontré un jeune mâle et un autre plus âgé. Nous avons observé les deux ursidés pendant les huit heures qui ont suivi. Juste avant minuit, le jeune ours polaire a grimpé sur un petit iceberg et, à l’aide de ses puissantes pattes, l’a griffé pour se tailler un lit avant de s’endormir. C’est à ce moment-là que je l’ai photographié”.

La fonte accélérée des glaces polaires causée par le réchauffement climatique dû à l’effet de serre réduit fortement la population des ours blancs. En effet, la diminution progressive la surface de la banquise a un impact sur la capacité de ce grand mammifère omnivore à trouver ses proies, essentiellement des phoques, bélugas et morses. La fragmentation de leur habitat naturel oblige les ours polaires à migrer de plus en plus loin pour survivre… D’après une étude scientifique parue en 2020 dans la revue Nature Climate Change, l’augmentation des gaz à effet de serre pourrait signer l’extinction de presque toutes les populations d’ours polaires à l’horizon 2 100… “J’espère que cette photographie inspire également de l’espoir ; il est encore temps de réparer le désordre que nous avons causé”, a tout de même souligné le photographe lauréat.

You May Also Like

More From Author