cette demande déplacée à Olivia Ruiz après la “Star Academy”

3 min read
Crédits photo : TF1

Huit ans après “À nos corps-aimants”, deux romans et le spectacle “Bouches cousues”, Olivia Ruiz revient à son premier amour, la chanson, sur l’album “Le sel”, disponible depuis le 1er mars. « J’avais envie de retrouver les palpitations de l’énergie qu’il peut y avoir dans un projet musical, et les tournées qui vont avec. J’ai eu les palpitations au ventre et l’envie de mouvoir mon bassin ! Et je me suis retrouvée en studio » confie dans une interview à Purecharts l’artiste et ancienne candidate de la “Star Academy”, qui a eu à coeur de mélanger ses influences multiculturelles, comme la musique traditionnelle espagnole, sur ses nouvelles compositions comme “La réplique” : « C’est quelque chose qui s’est fait très naturellement sur à peu près la moitié des chansons. Les mots en espagnol sont venus à certains moments pour servir la narration d’une façon un peu plus globale. Le fait d’avoir fait “Bouches cousues” à 70% en espagnol, d’avoir sorti un de mes romans en Espagne, d’avoir pu faire pas mal de rencontres là-bas… Tout ça me rapproche de mon hispanité. Elle s’invite de plus en plus chez moi ».

Le player Dailymotion est en train de se charger…

“Le manque de respect quand même…”

Si Olivia Ruiz est fière de mettre en avant ses racines, elles ont pu être perçues comme un obstacle lors de ses premiers pas dans l’industrie de la musique. C’est ce que la chanteuse, invitée mercredi matin de l’émission “Bonjour !” présentée par Bruce Toussaint, a raconté à Christophe Beaugrand lorsqu’il lui a demandé si sa maison de disques de l’époque avait tenté de « gommer son accent ». « Absolument » a confirmé l’interprète de “La Chica Chocolate”, perturbée à l’époque par ce que traduisait cette requête. « On m’a demandé de changer mon accent. On m’a dit : “Il faut que t’arrêtes avec tes moinsss”. J’étais là : “Ce sera moinsss mais ce sera sans toi !”. Le manque de respect quand même… Ça et le snobisme, c’est un truc qui peut me faire partir » a avoué la musicienne, née à Carcassonne.

“Ce n’est pas un choix, c’est une identité”

Pour Olivia Ruiz, cette volonté de lisser ses origines relève d’un « a priori ». « Moi je n’imaginais pas depuis mon petit village du Sud que le Parisien pouvait avoir une forme de mépris pour les gens du Sud. Enfin, certains Parisiens ! C’est loin d’être généralisé et heureusement » a-t-elle nuancé dans la matinale de TF1. Cette expérience a néanmoins laissé une trace dans son esprit. « Je me le suis pris pleine tête ça en arrivant. Le côté “ton accent c’est ridicule, arrête”. Mais ce n’est pas un choix ! C’est une identité. Est-ce que tu dis “Arrête d’être espagnol” ? Ça n’a pas de sens » déplore-t-elle avec le recul. Et la chanteuse, comédienne et romancière d’ajouter : « Cet attachement à ce lieu, à ce village, c’est lié au fait que j’y ai rencontré les personnes les plus riches, celles qui m’ont le plus appris ». « Peut-être que je fais du snobisme à l’envers ! » a-t-elle réalisé dans un éclat de rire.

You May Also Like

More From Author