Chez les indés, l’argent du Xbox Game Pass et de l’Epic Games Store ne coule plus à flots – Actu

6 min read

« J’ai parlé à au moins cinq petites équipes de moins de 35 personnes, pendant la GDC, et elles parlent toutes de coupes, de financements annulés et de discussions annulées alors qu’elles duraient depuis un an. On dirait que c’est la merde. Nous sommes vraiment très privilégiés de pouvoir nous autofinancer. Sinon, j’aurais très, très, très peur en ce moment », a déclaré Casey Yano, cofondateur du studio Mega Crit, bien connu pour Slay the Spire, au micro du site PC Gamer. Son de cloche similaire pour Chris Bourassa, réalisateur de Darkest Dungeon chez Red Hook Studios, selon qui les propositions de Microsoft pour intégrer un jeu dans l’abonnement Game Pass ont « nettement baissé » par rapport aux précédentes années.

« Il en va de même pour Epic », ajoute Chris Bourassa en faisant référence à l’argent qu’un studio peut toucher en échange d’une exclusivité temporaire ou d’un passage parmi les jeux gratuits de l’Epic Games Store, comme pour Darkest Dungeon 2. « La ruée vers l’or est terminée. La ville d’où je viens, dans le Nord-Ouest, a été construite sur l’or, puis on a trouvé des diamants plus loin. Peut-être qu’un autre changement de paradigme nous attend, mais je pense vraiment que l’ampleur des contrats dont j’entends parler est nettement inférieure à ce qu’elle était à l’époque de la ruée vers l’or. Il est clair que nous avons conclu notre accord avec Epic au bon moment. »

Le plafonnement des abonnements

Ce n’est pas la première fois qu’il est question d’une baisse d’intérêt de la part des fournisseurs d’abonnements. Dans un bilan financier publié en septembre dernier, Devolver Digital avait annoncé avoir décliné des offres d’abonnement jugées trop basses. « Après une période de forte croissance des contrats d’abonnement en 2021 et 2022, nous nous attendons à ce que la tendance à la réduction des revenus provenant des contrats d’abonnement se poursuive en 2024. Nous prévoyons de continuer à refuser des propositions d’accords d’abonnement qui sous-évaluent la valeur des titres et les opportunités de revenus en 2023 et 2024 », expliquait le label texan. « Les chèques provenant de Sony et de Microsoft ne sont tout simplement plus aussi importants qu’avant. Et cela crée des problèmes si vous comptez beaucoup sur ce segment du marché », affirmait au même moment Patrick O’Donnell, analyste chez Goodbody.

La baisse de générosité de la part des contrats d’abonnements semble aller de pair avec la diminution (ou la stagnation) du nombre d’abonnés aux services en question. Aux États-Unis, Mat Piscatella de Circana note depuis un moment que le secteur des abonnements a cessé de croître. « La croissance des abonnements s’est stabilisée et les services d’abonnement sur consoles et PC ne représentent que 10% du total des dépenses de contenu des jeux vidéo aux États-Unis » avait-il posté sur son compte X au terme de l’année 2023, sachant que l’argent généré par les abonnements avait encore reculé début 2024. En France, le bilan de l’année 2023 publié par le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs propose une statistique éloquente : les abonnements ont chuté de 39% par rapport à 2022. Ceux-ci représentent 96 millions d’euros, soit 6% du chiffre d’affaires software de l’année passée.

Au milieu des licenciements de masse, les investisseurs calment le jeu

Dans un podcast du site Games Industry discutant notamment de la situation de Microsoft, le journaliste Christopher Dring a rapporté avoir eu vent d’une baisse de l’importance du Xbox Game Pass chez Microsoft, bien que ce sentiment ne se reflète pas vraiment de l’extérieur pour le moment. « Je regardais le podcast de Michael Pachter et il parlait de l’importance du Game Pass pour la Xbox, pourtant j’ai entendu dire que Microsoft mettait moins l’accent sur le Game Pass », a-t-il confié. La tendance est en revanche bien visible du côté de l’Apple Arcade, qui a changé de cap depuis ses débuts en favorisant désormais les jeux familiaux et les licences populaires. Une enquête du site mobilegamer.biz a récemment souligné la baisse claire et nette des investissements d’Apple.

« Lors du lancement d’Apple Arcade en 2019, les paiements initiaux étaient très généreux. La plupart, sinon la totalité, des jeux sortis au cours des premières années d’Apple Arcade ont été rentables dès le premier jour et le service a été une bouée de sauvetage pour de nombreux studios qui produisaient des jeux de type premium. C’est aux alentours d’octobre 2020 que les paiements d’Apple aux développeurs ont commencé à diminuer. Un tournant important a également eu lieu au printemps 2021, saison durant laquelle Apple a annulé un tas de projets et énervé beaucoup de gens », expliquait l’enquête.

S'il ne s'agit pas d'un investissement externe de la part de Microsoft, Diablo 4 est la sortie événement de la semaine pour les abonnés Xbox Game Pass.
S’il ne s’agit pas d’un investissement externe de la part de Microsoft, Diablo 4 est la sortie événement de la semaine pour les abonnés Xbox Game Pass.

Microsoft a passé deux années sans communiquer l’évolution du nombre d’abonnés Xbox Game Pass, avant d’annoncer finalement en début d’année le chiffre de 34 millions d’adhérents, contre 25 millions en janvier 2022. Une progression notable qui inclut toutefois les anciens abonnés Xbox Live Gold requalifiés automatiquement en abonnés Xbox Game Pass Core en septembre dernier. De son côté, après avoir longtemps plafonné dans une fourchette comprise entre 45 et 48 millions d’abonnés, Sony Interactive Entertainment a cessé de communiquer l’évolution du nombre de membres PlayStation Plus, comme il le faisait à chaque bilan trimestriel.

Au-delà des abonnements, l’industrie du jeu vidéo se trouve actuellement dans un environnement peu propice aux investissements. Max Hoberman, le patron du studio Certain Affinity qui vient d’annoncer ses premiers licenciements en 17 ans d’existence, a également déploré le climat de frilosité actuel de la part des investisseurs. « Le facteur le plus important est le ralentissement du financement des nouveaux projets de développement et de co-développement dans l’ensemble du secteur et la réticence des investisseurs tiers à financer des jeux ou des sociétés de jeux. Il est donc extrêmement difficile de signer de nouveaux contrats ou d’obtenir d’autres formes de financement », a-t-il dit. Selon les estimations, 8 500 travailleurs du jeu vidéo ont perdu leur emploi en 2022, 10 500 en 2023 et déjà plus de 8 000 rien que pour le premier trimestre 2024.

You May Also Like

More From Author