Course contre-la-mort pour retrouver des survivants après le séisme à Taïwan

Les sauveteurs multiplient les efforts jeudi à Taïwan pour dégager des dizaines de personnes bloquées dans des tunnels routiers après un puissant séisme la veille qui a détruit des routes et provoqué de nombreux éboulements sur l’île.

Dix personnes ont été tuées et 1067 ont été blessées, selon un nouveau bilan annoncé par l’agence de gestion des catastrophes, dans le tremblement de terre de magnitude 7,4 survenu mercredi, le plus puissant à frapper l’île depuis 25 ans.

De nombreux habitants de la ville de Hualien, la plus touchée, sur la côte est de l’île, ont passé la nuit dehors, fuyant des appartements encore secoués par de nombreuses répliques tandis que d’importants travaux étaient en cours pour réparer les routes endommagées et consolider des bâtiments dangereusement inclinés.

Une vidéo spectaculaire diffusée par le centre des opérations de secours de l’île montre un hélicoptère extraire six mineurs piégés dans une carrière de gypse proche de Hualien, non loin de l’épicentre situé en mer.

Les sauveteurs ont localisé des dizaines d’autres personnes piégées dans un réseau de tunnels construits dans cette zone de montagnes et de falaises se jetant dans la mer, d’ordinaire appréciée des touristes.

Des centaines d’autres se sont réfugiées dans un hôtel de luxe et un centre d’activités pour jeunes près du parc national de Taroko, après que les routes menant à ces deux établissements ont été bloquées par des glissements de terrain.

« J’espère que nous pourrons mettre à profit le temps dont nous disposons aujourd’hui pour retrouver toutes les personnes bloquées ou disparues et les aider à récupérer », a déclaré jeudi le premier ministre Chen Chien-jen après un briefing dans un centre de secours à Hualien.

Les autorités sont en contact avec quelque 600 personnes bloquées au total, dans des tunnels, des zones isolées ou des hôtels, mais ne peuvent entrer en communication avec 38 autres personnes, qu’elles considèrent néanmoins saines et sauves.

Vers 16 heures locales, une autoroute menant au parc national de Taroko a pu être dégagée. Un petit groupe de personnes bloquées depuis près de 30 heures a émergé, accueilli par des secouristes qui leur ont distribué de l’eau et ont dirigé certains vers la tente des premiers secours.

« C’est bon d’être en vie ! », a déclaré l’un d’entre eux, David Chen, employé de l’hôtel de luxe Silks Place Taroko situé en zone montagneuse.

300 répliques depuis le séisme

L’île a été secouée par plus de 300 répliques depuis le premier tremblement de terre de mercredi, et le gouvernement a mis en garde la population contre les glissements de terrain et les chutes de pierres.

« Ne vous rendez pas dans les montagnes, sauf en cas de nécessité », a prévenu la présidente Tsai Ing-wen dans un message, alors que débute jeudi Qingming, deux jours fériés lors desquels les familles se rendent habituellement sur les tombes de leurs ancêtres.

À Hualien, un bâtiment en verre penché à 45 degrés après que la moitié de son premier étage s’est effondrée est devenu une image emblématique du séisme.

« Lorsque le tremblement de terre s’est produit, nous avons immédiatement évacué les clients […] et leur avons demandé de partir », raconte à l’AFP Wang Zhong-chang, 55 ans, propriétaire d’un hôtel voisin.

« Je suis resté dans cette zone, je ne suis pas parti. Il n’y a pas grand-chose à craindre. J’en ai déjà fait l’expérience auparavant […] mais cette fois-ci, c’était plus grave ».

Plus d’une centaine de personnes dans la ville ont dormi sous des tentes installées à proximité d’une école primaire mercredi soir, alors que les répliques sismiques se poursuivaient.

« Nous craignons qu’il soit très difficile pour nous d’évacuer une fois de plus, surtout avec le bébé, lorsque les grandes répliques se produiront », souligne Hendri Sutrisno, 30 ans, un professeur indonésien de l’Université de Donghua.

Avec sa femme et son bébé, ils se sont cachés sous une table lorsque le tremblement de terre a frappé, avant de fuir leur appartement. « Nous avons tout ce qu’il faut, des couvertures, des toilettes et un endroit pour nous reposer », assure-t-il.

Les réseaux sociaux ont été inondés de vidéos et d’images spectaculaires du séisme venant des quatre coins de l’île. Dans un extrait, on voit un homme se débattre pour sortir d’une piscine sur un toit parmi de fortes vagues provoquées par la secousse.

Situé à la frontière de plusieurs plaques tectoniques, Taïwan est régulièrement touché par des séismes, mais des réglementations strictes en matière de construction et une bonne préparation aux catastrophes naturelles semblent avoir permis d’éviter une catastrophe majeure sur l’île.

En septembre 1999, un séisme de magnitude 7,6 avait fait 2400 morts, la pire catastrophe de l’histoire moderne de Taïwan.

Deux Canadiens parmi un groupe bloqué par des éboulements

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author