Dans son bilan de la session parlementaire, François Legault affirme que 2023 n’a pas été sa meilleure année

Après une année marquée par des controverses qui ont fait baisser sa popularité, le premier ministre François Legault affirme que 2024 sera meilleure et maintient qu’il sera candidat aux prochaines élections.

En dressant le bilan de l’action de son gouvernement, avant l’ajournement des travaux parlementaires pour le temps des Fêtes, M. Legault ne s’est pas étendu sur ses difficultés des derniers mois.

« Il y a eu beaucoup de controverses en 2023, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. Je pense que 2022 a été meilleure que 2023, mais je pense que 2024 va être une des meilleures. »

Malgré cette année difficile, et les mauvais sondages, M. Legault a répété qu’il a toujours l’intention d’être candidat à sa réélection en 2026.

« Je ne suis pas en politique pour gagner un concours de popularité, a-t-il dit. Je suis en politique pour amener des changements. »

La défaite lors de l’élection partielle de Jean-Talon, que le Parti québécois (PQ) a arrachée à la Coalition avenir Québec, a donné le ton aux travaux parlementaires cet automne.

Confronté cette semaine à un nouveau sondage montrant que le PQ est en tête dans les intentions de vote, le chef caquiste avait admis que ses décisions sur le troisième lien, qu’il a ressuscité, et le financement de matchs de la Ligue nationale de hockey, lui ont nui.

Devant les journalistes, M. Legault n’a pas fait référence directement à ces décisions. Mais en présentant ses traditionnels voeux de Noël, sur un ton humoristique, le premier ministre ne s’en est pas privé.

« J’ai commencé l’année en étant pour le troisième lien, vers le mois d’avril, je suis devenu contre le troisième lien et, au mois d’octobre, je suis redevenu pour le troisième lien, a-t-il dit. Je suis en train de planifier mon année 2024 et, pour tout vous dire, j’ai demandé au père Noël d’avoir une boussole pour Noël. »

Il est revenu également sur l’annonce du ministre des Finances, Eric Girard, d’une subvention de 5 à 7 millions de dollars pour accueillir les Kings de Los Angeles à l’amphithéâtre de Québec.

« On va avoir un petit peu de congés pendant le temps des Fêtes, le ministre des Finances et moi, on pourra regarder en paix un peu de hockey », a-t-il dit.

« Ça va brasser »

M. Legault mise sur les changements amorcés dans les réseaux de la santé et de l’éducation pour s’imposer à nouveau dans l’opinion publique.

 « Je pense que ce qui va être déterminant, c’est ce qu’on est en train de faire en santé et en éducation, parce que c’est ce qu’il y a de plus prioritaire pour les Québécois, d’améliorer les services en santé et en éducation », a-t-il déclaré.

Pendant que les travaux parlementaires touchaient à leur fin, vendredi, des grévistes représentés par les syndicats du Front commun du secteur public défilaient dans les rues autour de l’Assemblée nationale. Leurs représentants ont brandi vendredi la menace d’une grève générale illimitée si aucune entente n’est conclue d’ici au 19 décembre.

M. Legault a affirmé que l’option d’une loi spéciale pour forcer le retour au travail n’est pas encore envisagée, mais il s’est montré résolu à obtenir des concessions sur l’organisation du travail.

« Ça va brasser au cours des prochaines semaines », a-t-il dit.

Le premier ministre veut plus de flexibilité, notamment dans l’affectation des enseignants et des infirmières.

Sur le plan législatif, le gouvernement a fait adopter jeudi le projet de loi 23, qui augmente notamment les pouvoirs du ministre de l’Éducation en lui permettant d’annuler des décisions des centres de services scolaires.

Autre volet de ces changements souhaités par M. Legault, la réforme de la santé retardera l’ajournement des travaux parlementaires. Le gouvernement s’est résolu à recourir à une procédure d’exception pour adopter le projet de loi 15, même si son étude n’est pas terminée.

Les débats entourant le « bâillon » doivent commencer vendredi après-midi et l’adoption se fera d’ici samedi.

Des réponses à venir au PLQ

Une année de hauts et de bas pour QS

Le PQ n’exclut pas le dollar canadien

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author