Des accointances entre la Coordination rurale et le Rassemblement national ?

5 min read

Des accointances entre la Coordination rurale et le Rassemblement national ?

Deuxième syndicat agricole en France, la Coordination rurale n’hésite pas à s’afficher avec des députés RN. De quoi raviver les critiques à destination d’un mouvement contesté, notamment pour ses positions anti-écolo et ses actions violentes.

Depuis les premiers blocages paysans, vous avez sûrement aperçus leur signe de ralliement : le bonnet jaune siglé “CR”, pour “Coordination rurale”. Le deuxième syndicat agricole français, derrière la FNSEA et devant la Confédération paysanne s’est joint aux revendications du monde agricole depuis deux semaines. Si le syndicat n’est pas bien connu du grand public, il entretient une réputation anti-écolo, souverainiste, et parfois proche de certains partis positionnés sur la droite de l’échiquier politique français.

Des actions violentes

Alors que le principal syndicat agricole, Le FNSEA, a décidé de se montrer à l’écoute du gouvernement, notamment par l’intermédiaire de son président Arnaud Rousseau, la stratégie n’est pas la même pour la Coordination rurale et sa présidente, Véronique Le Floc’h qui a plusieurs fois appelé à poursuivre le mouvement. Un bras de fer qui semble être une habitude.

Deux ans en arrière, un membre de la CR avait tenté de passer un militant du mouvement Bassines non merci ! par dessus la balustrade d’un pont, dans le cadre d’un rassemblement contre les mégabassines dans les Deux-Sèvres. Rebelote deux mois plus tard au salon de l’Agriculture. Le stand de la Confédération paysanne est pris à partie, trois personnes de la CR profèrent alors des insultes sur place, dont le président de la section Lot-et-Garonne. Deux plaintes ont été déposées.

Des liens étroits avec le Rassemblement national 

Si la coordination rurale n’en est pas à son coup d’essai en matière de violence, elle n’hésite pas à s’afficher avec les membres du Rassemblement national (RN). Le président du RN Jordan Bardella s’était notamment rendu dans le Médoc, dans une exploitation au tout début de la gronde des agriculteurs. Plusieurs membres de la Coordination rurale étaient alors présents. Et à cinq mois des élections législatives, les votes de la Coordination rurale ont forcément de quoi séduire.

Dans le Lot-et-Garonne, le fils de Serge Bousquet-Cassagne (président de la chambre d’agriculture du Lot-et-Garonne), a longtemps été une figure du parti de Marine Le Pen. Il s’était présenté lors de législatives partielles de 2013 pour le RN. De plus, plusieurs élus RN sont déjà passés par la Coordination rurale comme Christophe Barthès (Aude) et Philippe Loiseau (ex-eurodéputé).

La présidente de la CR, elle, se défend pourtant de toute étiquette face à certaines accusations de proximité avec le RN. Son syndicat est “apolitique”. Un avis partagé par Maxime Colar, animateur régional de la Coordination rurale dans la Somme : “on est apolitique, c’est une réalité, mais tant mieux si certains reprennent nos propositions” déclarait-il sur BFMTV le 2 février 2024.

Justement, le Rassemblement national reprend bien les propositions de la CR. Le syndicat lutte depuis ses débuts contre la PAC. “On veut vivre des fruits de notre travail, des prix que versent les Français pour se nourrir, pas des primes” poursuit Maxime Colar. Un discours proche de celui de Marine Le Pen lors de la dernière campagne présidentielle. À l’époque, elle entendait vouloir “garantir des prix respectueux, basés sur leur travail”.

Les agriculteurs votent “plus à droite”, mais pas pour le RN

“Comme tous les Français, je partage 80 % des idées du RN” clamait Serge Bousquet-Cassagne en janvier 2022 dans les colonnes de Libération. Alors, même si une “spécificité des exploitants” à voter “plus à droite que le reste des Français” existe selon les dires du sociologue Bertrand Hervieu sur BFMTV, un plébiscite aura-t-il lieu dans les urnes en juin ? À en croire les sondages, pas forcément. Un sondage Ifop pour la FNSEA révèle qu’en 2022, à quelques semaines de l’élection présidentielle, 30 % des agriculteurs français envisageaient de voter pour Emmanuel Macron, “seulement” 11 % pour Marine Le Pen.

Le RN bénéficie d’un solide ancrage dans les zones rurales

Une composante de la représentation politique française est aussi à garder en tête : les députés du Rassemblement national sont majoritairement élus dans les territoires ruraux. Plusieurs élus du RN ont même fait visiter l’Assemblée nationale aux agriculteurs de la Coordination rurale jeudi 1er février. Au sein du syndicat, on se défend de tout rapprochement avec le RN : “Ce sont les politiques qui se raccrochent à nous et pas l’inverse” indique Edouard Legras, président de la Coordination rurale du Loir-et-Cher. Si la Coordination rurale est accusée de “rouler” pour le RN, le parti de Jordan Bardella est régulièrement pointé du doigt pour tenter de “draguer” la CR. Une histoire sans fin.

You May Also Like

More From Author