des milliers d’autres pourraient bientôt la recevoir

3 min read

Très peu d'étudiants touchent cette prime : des milliers d'autres pourraient bientôt la recevoir

Tous les mois, de nombreux jeunes pourraient bénéficier d’une aide financière supplémentaire.

Pour des dizaines de milliers de jeunes, se lancer dans les études supérieures rime avec tomber dans la précarité. Nombre d’entre eux ne disposent pas des moyens financiers nécessaires pour vivre correctement. Si les aides versées par l’Etat permettent surtout de se loger, les repas, eux, sont maigres, quand ils ne sont pas sautés. Et difficile de s’octroyer des loisirs.

Pour faire rentrer un peu d’argent sur le compte en banque, 1,2 million d’étudiants ont, chaque année, un job en parallèle de leurs études. Cela représente 40% des 3 millions de jeunes inscrits dans le supérieur. Après une journée de cours, entre deux passages en amphis ou le week-end, ils sont nombreux à aller faire du baby-sitting, mettre en rayon dans les supermarchés, passer derrière le comptoir d’un café, préparer des commandes ou encore faire des livraisons.

En moyenne, ces étudiants travaillent un peu plus de 10 heures par semaine, en plus de leur cursus universitaire. Généralement, ces postes sont payés au Smic. Entre le temps de travail et la rémunération, environ 400€ sont perçus chaque mois par ces jeunes au planning bien chargé. De quoi tout juste amortir un peu le passage des finances dans le rouge. Mais alors que plusieurs aides financières existent déjà, une nouvelle pourrait entrer en vigueur.

Créée en 2015, la prime d’activité est versée en complément du salaire aux travailleurs les plus modestes. En moyenne, entre 150 et 200€ supplémentaires sont octroyés chaque mois. Un dispositif auquel la plupart des étudiants qui travaillent n’a pas droit. Et pour cause. Pour en bénéficier, il faut toucher, au moins, chaque mois, 78% du Smic, soit 1091€ net par mois depuis le 1er janvier.

Ce minimum de rémunération pourrait être abaissé à 65% du Smic dans les prochains mois, soit 909,15€ net par mois. La proposition a été faite par le député Les Républicains Stéphane Viry. L’Assemblée nationale étudiera son texte dans quelques semaines. Pour l’élu, “il est essentiel que la Nation reconnaisse les efforts accomplis par ces étudiants qui trouvent la force de travailler tout en poursuivant leurs études.”

Cependant, ce nouveau seuil, s’il venait à être appliqué, ne permettrait pas à la majorité des étudiants qui travaillent de toucher la prime d’activité. 62% des 19-24 ans qui étudient et travaillent touchent moins de 1000€ par mois, dont près de 40% ne gagnent pas plus de 500€ mensuels. L’impact d’une telle mesure serait donc très limité car seuls environ 10% des étudiants-travailleurs entreraient dans le dispositif avec cet abaissement du minimum requis.

You May Also Like

More From Author