Djokovic travaille dur pour passer au tour suivant

Avant d’affronter le champion en titre des Internationaux d’Australie, Novak Djokovic, au Rod Laver Arena, dimanche, Dino Prizmic n’avait jamais pris part à un match en Grand Chelem.

Le qualifié croate de 18 ans, qui est né sept mois après que Djokovic eut fait ses débuts en Grand Chelem en 2005, a fait durer le suspense le plus longtemps qu’il a pu.

Il a dérangé le gagnant de 24 titres majeurs en simple avant que Djokovic mette fin au débat en quatre manches de 6-2, 6-7 (5), 6-3, 6-4.

 

Djokovic s’est bâti un record aux Internationaux d’Australie qu’aucun homme ne peut égaler, soit 10 titres à Melbourne pendant sa carrière. Il a plus tard dit qu’il « ne se sentait pas bien » depuis quatre ou cinq jours, mais il a donné du crédit au talent de Prizmic.

La première manche s’est déroulée comme prévu. À partir de là, les choses ont été bien différentes.

Prizmic a remporté la deuxième manche et il a pris les devants par un bris en troisième manche. Le numéro un mondial a récupéré ce bris et il a finalement enlevé la manche.

 

Prizmic tirait de l’arrière 4-0 à la quatrième manche, mais il n’a pas abandonné. Il a sauvé une balle de bris et il a lui-même brisé Djokovic. Le Croate a ensuite sauvé trois balles de match à 5-3 pour forcer Djokovic à servir pour la victoire. Cette dernière a été acquise non sans peine, après quatre heures et une minute de jeu.

« Il a mérité chaque applaudissement et tout le crédit ce soir, a dit Djokovic. Il a connu une performance extraordinaire pour un jeune de 18 ans qui n’avait pas d’expérience sur une grande scène du sport. Bravo à lui. »

Le premier de trois dimanches – une journée de plus a été ajoutée à Melbourne Park pour tenter de réduire le nombre de matchs dépassant minuit – n’a pas vraiment eu l’effet escompté.

Andrey Rublev, la cinquième tête de série, a eu besoin de quatre heures pour vaincre Thiago Seyboth Wild 7-5, 6-4, 3-6, 4-6, 7-6 (6).

 

Taylor Fritz (no 12) a eu besoin d’un temps d’arrêt médical à la deuxième manche pour se faire enrubanner la cheville gauche et il est venu à bout de Facundo Diaz Acosta 4-6, 6-3, 3-6, 6-2, 6-4, dans un autre duel de quatre heures.

Frances Tiafoe (no 17) a éliminé Borna Coric en quatre manches de 6-3, 7-6 (7), 2-6), 6-3 et en trois heures et demie alors que Daniel Elahi Galan a eu besoin de près de cinq heures pour battre l’Australien Jason Kubler 2-6, 6-3, 7-6 (3), 4-6, 7-6 (8).

Il n’y a que l’Italien Jannik Sinner qui ne s’est pas vraiment éternisé sur le terrain.

Sous les drapeaux italiens à Melbourne, Sinner a amorcé les Internationaux d’Australie avec une victoire de 6-4, 7-5, 6-3 contre Botic van de Zandschulp.

La quatrième tête de série a eu besoin de 2h35 pour mettre un terme à son duel contre le 59e au monde. Il s’agit de la première victoire de Sinner depuis le mois de novembre, au cours duquel il avait signé un gain mémorable contre Djokovic qui a aidé l’Italie de remporter la Coupe Davis.

« Ça signifie beaucoup pour moi de commencer [la saison] avec une victoire, a lancé Sinner. Physiquement, je me sens bien. Je suis ici en bonne forme. Je pense que je peux être satisfait aujourd’hui. »

Plusieurs partisans de Sinner, surnommés les « Carota Boys » et maintenant célèbres pour leur déguisement de carotte, étaient présents dans les estrades. Sinner n’a pas caché sa surprise quant à leur présence.

« C’est bien de les voir dans les estrades, a-t-il déclaré. Ils deviennent lentement plus célèbres que moi. Peut-être que leur appui me donne de la confiance supplémentaire lors des moments clés, qui sait ? Voyons comment ça se passe ici. Mais je suis heureux qu’ils soient là. »

Un autre Italien, soit Matteo Arnaldi, a battu Adam Walton 7-6 (5), 6-2 et 6-4. 

Le premier match à se rendre en cinq manches a été remporté 3-6, 6-3, 6-4, 2-6 et 6-2 par Francisco Cerundolo (no 22), contre l’Australien Dane Sweeny.

Marin Cilic, finaliste en 2018, a été vaincu 6-1, 2-6, 6-2 et 7-5 par le Hongrois Fabian Marozsan.

 

Chez les dames, le long match de Djokovic a forcé la championne en titre, Aryna Sabalenka, à patienter jusqu’à 23h41, heure locale, pour amorcer son match. La deuxième tête de série n’a pas perdu de temps, montrant la porte de sortie à la jeune de 18 ans Ella Seidel en 53 minutes, après avoir triomphé 6-0, 6-1.

Maria Sakkari (no 8) a poussé un soupir de soulagement en venant à bout de la Japonaise Nao Hibino 6-4, 6-1. C’était sa première victoire en Grand Chelem depuis les Internationaux d’Australie de l’année dernière.

« J’ai perdu trois fois en première ronde lors des trois derniers tournois du Grand Chelem, a-t-elle dit. Pour moi, c’était un match difficile émotivement. Je suis heureuse d’avoir fait le travail et d’avoir joué une bonne deuxième manche. »

Brenda Fruhvirtova a signé sa première victoire lors d’un tournoi majeur. La Tchèque de 16 ans a vaincu la Roumaine Anna Bogdan 2-6, 6-4, 6-3.

Lesia Tsurenko (no 32) est venue de l’arrière pour vaincre Lucia Bronzetti 3-6, 7-5, 6-3 et la Russe Maria Timofeeva a eu le dessus 6-2, 6-4 contre la Française Alizé Cornet. Cette dernière prenait part à un 68e tournoi du Grand Chelem consécutif, un record chez les femmes. Finalement, Amanda Anisimova a surpris Liudmila Samsonova (no 13) en deux manches de 6-3, 6-4.

Le premier tournoi majeur de la saison s’étirera sur 15 jours – la première ronde est étalée sur trois jours – et commençait un dimanche pour la première fois.

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author