être remboursé après une tempête dépend d’une petite ligne du contrat

3 min read

Les assurances le cachent : être remboursé après une tempête dépend d'une petite ligne du contrat

Les garanties en cas de sinistre sont à lire dans les moindres détails.

Météo-France a prévenu : ça va souffler fort en France. La tempête Ciaran touche les côtes hexagonales et des rafales de vent sont attendues, faisant craindre des dégâts, particulièrement sur le littoral. De nombreux logements pourraient être touchés.

Chutes d’arbres, branches brisant des vitres, tuiles envolées… Pour réparer les ravages de Dame Nature, mieux vaut être bien assuré et connaître les petites lignes de son contrat. Toutes les compagnies l’annoncent clairement : elles vous assurent en cas de tempête. Mais derrière les gros titres se cache une disposition qui peut faire s’envoler toute indemnisation.

Les assureurs ont en effet inscrit dans les conditions générales des contrats d’habitation qu’une vitesse minimum du vent doit avoir été enregistrée pour enclencher le processus de prise en charge des dégâts. 

L’étude de divers contrats permet de lister les assurances mettant clairement en avant cette particularité. Il s’agit, au moins, de :

  • Axa
  • Caisse d’épargne
  • Crédit mutuel
  • Gan
  • Generali
  • GMF
  • Matmut
  • MMA
  • Swiss Life

Dans le document, les compagnies stipulent que la “garantie tempête” n’est déclenchée que si la personne sinistrée présente une attestation indiquant que la vitesse du vent dépassait 100km/h au moment des dégâts. Chez Axa, ce minimum est plus bas, à 90km/h.

D’autres compagnies n’indiquent pas de vitesse minimum du vent pour ouvrir les droits aux indemnités. Elles parlent simplement d’un “phénomène d’une intensité exceptionnelle” ou “d’une intensité telle qu’ils détruisent, brisent ou endommagent un certain nombre de bâtiments de bonne construction dans votre commune ou les communes avoisinantes.” Il s’agit notamment d’Allianz, du Crédit agricole, de Groupama, la Macif ou encore la Maaf.

Pour prouver cela (vitesse du vent ou intensité exceptionnelle selon les contrats), l’assuré est sommé de demander le document adéquat à la station météo la plus proche, également appelé “certificat d’intempérie”. Il est possible de l’obtenir directement sur le site de Météo-France. Mais cela a un coût : plus de 60€ le document.

Par ailleurs, les contrats prévoient que “ces phénomènes doivent avoir une intensité telle qu’ils détruisent ou détériorent des bâtiments de bonne construction dans la commune où se situent les biens assurés ou dans les communes avoisinantes.”

Pour les habitants qui vont être frappés par Ciaran, aucune inquiétude n’est à avoir quant à l’indemnisation d’éventuels dégâts. Selon les prévisions météo, les vents seront de l’ordre de 100 à 150km/h durant le passage de la tempête.

You May Also Like

More From Author