Faut-il vraiment éteindre sa box internet la nuit pour faire des économies ?

3 min read

L’enquête de l’Autorité de régulation des postes et des télécoms souligne que 95 % de la consommation électrique d’une box est invariable, quel que soit l’usage effectif des appareils connectés. De ce fait, la désactivation des box lorsqu’elles ne sont pas utilisées apparaît comme une démarche simple et efficace pour réduire la consommation d’énergie.

Un impact non négligeable sur la consommation d’énergie

Les fabricants et opérateurs télécoms ont commencé à intégrer des fonctionnalités pour désactiver manuellement ou automatiquement des box, ce qui leur permet au passage de promouvoir leur performance énergétique. Cependant, Laure de La Raudière, la présidente de l’Arcep, souligne la nécessité de vérifier l’exactitude de ces affirmations et d’évaluer l’impact réel de ces dispositifs sur la consommation énergétique.

Enquete Pns 2024 06
© Arcep

L’Arcep encourage également à explorer d’autres voies pour minimiser l’empreinte énergétique des équipements numériques. Parmi celles-ci, l’écoconception des appareils et le développement de technologies permettant une mise en veille profonde semblent prometteurs. Ces initiatives s’inscrivent dans une perspective plus large de réflexion sur les enjeux environnementaux du secteur numérique, ce qui inclut la fabrication, l’utilisation et le recyclage des dispositifs.

Le régulateur relève aussi que « la consommation énergétique des réseaux fixes et box internet est peu dépendante de la croissance du trafic internet associé alors que celle des réseaux mobiles progresse notamment avec la croissance des usages ». Autrement dit, réduire l’utilisation du Wi-Fi à la maison n’a pas vraiment de sens, alors qu’il y aurait un intérêt de limiter l’usage des réseaux cellulaires.

« Le volume de données consommées par abonnement internet fixe est nettement supérieur à la consommation de données d’un abonnement mobile » explique encore l’Arcep. « En retenant un volume consommé de 200 Go par mois par abonnement internet fixe, (contre 12 Go (4) en moyenne par abonnement mobile), la consommation énergétique annuelle par gigaoctet de données sur les réseaux mobiles est cinq fois supérieure à celle des réseaux fixes (0,24 kWh contre 0,05 kWh) ».

Les utilisateurs qui veulent réduire leur impact environnemental ont plusieurs options qui se présentent à eux. La désactivation du Wi-Fi durant les périodes d’inactivité et l’extinction complète des box pourraient entraîner des économies d’énergie assez importantes. À titre d’exemple, la désactivation du Wi-Fi pendant 8 heures par jour peut permettre une réduction de la consommation énergétique annuelle de 7 %.

De plus, privilégier l’achat d’appareils reconditionnés ou recyclés représente une alternative intéressante qui contribue à diminuer la demande en équipements neufs et, par conséquent, l’impact environnemental lié à leur production.

L’Arcep envisage d’intégrer ces problématiques dans sa prochaine feuille de route stratégique. L’objectif est de promouvoir une approche globale englobant l’ensemble des acteurs du secteur numérique afin de favoriser le développement de pratiques et de technologies plus respectueuses de l’environnement. La transition vers un numérique plus durable exige une collaboration entre les opérateurs, les fabricants, les utilisateurs et les instances régulatrices.

🟣 Pour ne manquer aucune news sur le Journal du Geek, abonnez-vous sur Google Actualités. Et si vous nous adorez, on a une newsletter tous les matins.

You May Also Like

More From Author