Final Fantasy 7 Rebirth se donne en spectacle et lance sa démo jouable – Actu

5 min read

C’est avec un regard à la fois fasciné, nostalgique, amoureux et soucieux que nombre de fans de FF7 guettent chaque nouvelle image et information sur FF7 Rebirth. Car si FF7 Remake se permettait déjà des écarts narratifs inattendus avec le mythe de 1997, FF7 Rebirth laisse entrevoir des changements tout aussi significatifs. Yoshinari Kitase, Tetsuya Nomura, Naoki Hamaguchi et les autres semblent plus que jamais décidés à prendre par surprise ceux qui connaissent par cœur la mythologie FF7 et on le comprend dès la somptueuse bande-annonce de 4 minutes qui lance ce State of Play en dévoilant de nombreux éléments. Sans doute trop au goût de certains qui attendront sagement le 29 février sans avoir besoin d’en voir davantage. Les autres n’ont pas fini de pointer du doigt les références ou les surprises, comme l’irruption de Gilgamesh ou la présence de Cissnei, une membre des Turks issue de l’univers étendu de FF7 (Before Crisis, Crisis Core).

S’ensuit une présentation détaillée de ce qui attend les joueurs désomais libérés de l’enceinte de Midgard. Au programme de la carte du monde, plusieurs régions interconnectées : la région des Grasslands, dont les vallées luxuriantes accueilleront Cloud et ses compagnons au début du jeu, la région de Junon, la région de Corel (incluant la station balnéaire Costa del Sol, le Gold Saucer ainsi qu’une tragédie liée à Barret), la région de Gongaga (village natal de Zack), la région de Cosmo Canyon (les racines de Red XIII) ou encore la région de Nibel, si importante pour comprendre le passé de Cloud et Séphiroth. L’exploration de l’océan central est aussi au programme grâce au Tiny Bronco de Cid qui fera office d’embarcation de fortune, même si on commencera par maîtriser des véhicules terrestres comme le buggy, sans oublier les chocobos qui permettront d’aller chercher des trésors inaccessibles.

L’exploration du monde et des points d’intérêt de la carte sera motivée par les rapports d’exploration de Chadley, jeune scientifique qui développera de nouvelles matérias en échange des trouvailles que l’équipe prendra le temps de lui fournir, notamment des artéfacts rares nommés protoreliques. Un système de petits boulots vient enrichir le jeu, certains en référence au jeu d’origine et d’autres entièrement originaux, mais toujours dans le but de s’imprégner de chaque région et de ses habitants. Les mini-jeux du Gold Saucer ont été modernisés tandis que d’autres seront inédits, là encore. Square Enix insiste sur un tout nouveau jeu de cartes, Queen’s Blood, dont on collectionnera les cartes tôt dans l’aventure.

L’histoire, qui s’étendra jusqu’à la Capitale oubliée, où se jouera le destin d’Aerith, sera mise en valeur par un plus grand nombre de cinématiques que dans FF7 Remake. Côté technique, on retrouve le choix entre le mode performance pour viser les 60 images par seconde ou le mode graphismes pour voir la vie en 4K, mais dans les deux cas les chargements ne seront jamais bien longs grâce au SSD. Durant l’exploration, les personnages se distinguent par différentes interactions : Barret peut tirer sur des objets pour les activer, Tifa utilise un pistolet-grappin, Yuffie se balance au-dessus du vide, Red XIII peut grimper sur certains murs, Cait Sith projeter des objets lourds et Aerith manipuler les courants de mako.

Pas de présentation de FF7 sans parler musique. Square Enix avait déjà tout donné pour FF7 Remake et on s’attend au même jusqu’au-boutisme dans les arrangements de cette suite, qui revendique 400 pistes (!). Les choix de dialogue proposés au cours de l’aventure ne seront pas à prendre à la légère si vous ne voulez pas avoir de mauvaise surprise lors de l’emblématique moment du rendez-vous nocturne au Gold Saucer.

Place ensuite aux combats qui laissent toujours le choix entre le temps réel et la pause active. Ici, la principale nouveauté repose sur les attaques synchronisées entre les personnages. Mais avant d’avoir accès à toutes les possibilités des combats, encore faut-il développer le niveau d’équipe pour débloquer de nouvelles compétences dans les codex de chaque personnage.

Disponible sans plus attendre sur le PlayStation Store, la démo jouable de 48 Go (!) comprend le flashback de Nibelheim et permet de jouer Cloud et Séphiroth. Fait notable, la démo sera mise à jour le 21 février pour permettre aux joueurs de remettre ça en explorant une partie de la région de Junon retravaillée spécialement pour la démo. Ceux qui auront bouclé le flashback de Nibelheim auront d’ailleurs la possibilité de zapper ladite séquence dans le jeu complet. Jouer à la démo débloquera en outre deux objets bonus dans le jeu complet : un charme Kupo (augmente le nombre de ressources extraites) et un kit de survie (une sélection d’objets de soin).

You May Also Like

More From Author