Fleury sur le point de rejoindre Roy au 2e rang de l’histoire pour les victoires

Marc-André Fleury a grandi en étant un fervent admirateur de Patrick Roy. « Oh oui. J’étais un grand partisan du Canadien de Montréal », se remémore Fleury.

Des décennies plus tard, le natif de Sorel est sur le point de rejoindre le gagnant de quatre coupes Stanley au deuxième rang pour les victoires dans la LNH.

 

Dernier gardien repêché premier au total (les Penguins, en 2003), Fleury n’est qu’à une victoire d’égaler Roy avec 551 gains.

« Je suis très chanceux d’avoir joué aussi longtemps et avec plusieurs bonnes équipes », confie le gardien du Wild, âgé de 39 ans.

Vainqueur de trois coupes Stanley, Fleury a une fiche de 550-320-91 et deux matches nuls, en 998 matches de saison régulière. Il est donc sur le point de rattraper Roy. Loin au sommet se trouve Martin Brodeur, auteur de 691 victoires.

 

« Tellement d’années de constance, a déclaré Fleury à propos de ces légendaires gardiens québécois. Ils ont toujours trouvé un moyen. »

Entre Pittsburgh et le Minnesota, Fleury a fait un passage mémorable avec les Golden Knights, menant Vegas à la ronde ultime lors de la première saison de l’organisation. Il a aussi porté l’uniforme des Blackhawks de Chicago.

« Marc-André est l’un des meilleurs gars que j’ai rencontré », a déclaré l’ailier des Maple Leafs Ryan Reaves, qui a joué aux côtés de Fleury avec Pittsburgh, Vegas et le Minnesota.

L’entraîneur-chef des Canucks, Rick Tocchet, était adjoint chez les Penguins quand Fleury a aidé le club à gagner la coupe en 2016 et 2017. « Un des meilleurs joueurs à côtoyer, a dit Tocchet, au sujet du gagnant du Vézina en 2021. C’est un être humain exceptionnel. »

Le défenseur des Hawks Seth Jones a confié que Fleury, qui a aussi remporté la coupe en 2009 avec Pittsburgh, a laissé sa marque lors d’une demi-campagne dans la Ville des vents.

« Vous entendez parler de comment il peut animer un vestiaire et d’à quel point il travaille fort, a dit Jones. Mais le voir par soi-même, c’est quelque chose. Il est un meneur né. »

« C’est très rare qu’un gardien soit un premier choix au total, a ajouté le capitaine des Leafs, John Tavares. C’est beaucoup de pression, mais c’est incroyable à quel point il l’a bien gérée. »

L’attaquant du Wild Frederick Gaudreau, de Bromont, apprécie grandement de cheminer aux côtés de Fleury.

« Il a une aura, il dégage de l’énergie positive, a dit Gaudreau. Je suis très reconnaissant de l’avoir comme coéquipier. »

Gaudreau mentionne que Fleury donne l’exemple juste avec la façon dont il mène ses journées.

« C’est très important pour les athlètes professionnels de garder le coeur jeune, a dit Gaudreau. On a commencé à jouer parce que c’était amusant de tirer ou de faire un arrêt, ajoute l’attaquant. Il faut garder cet esprit-là. Oui il y a un côté “affaires”, mais au coeur de tout ça, il devrait toujours y avoir le plaisir de jouer. »

Le Wild va rejouer samedi à 14 h, à Winnipeg. La formation va ensuite accueillir les Jets le lendemain, toujours à 14 h.

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author