Interstellar rencontre Mass Effect dans ce très prometteur jeu spatial

3 min read

Exodus, un jeu aux faux semblants d’Interstellar, a été présenté aux Game Awards par nul autre que Matthew McConaughey.

Plus le temps passe et plus les stars de cinéma débarquent en pagaille aux Games Awards. À tel point que certains se joignent aux réjouissances de façon assez aléatoire, comme Al Pacino ou Timothée Chalamet, venus remettre des prix sans trop savoir ce qu’ils fichent ici. Cette année, Matthew McConaughey fut le premier comédien d’Hollywood à venir sur scène. Mais pour le coup, il n’est pas venu les mains vides.

L’acteur est en effet venu présenter en première mondiale un jeu vidéo de science-fiction aux allures assez ambitieuses. Il y joue lui-même un rôle central et, ironiquement, plutôt proche de sa partition dans Interstellar. La question de l’espace, de la relativité du temps et de la perte des proches semble en effet au coeur de la bande-annonce révélée… mais sous un prisme un peu plus bourrin que le film de Nolan, malgré tout. Il s’agit d’Exodus, et ça fait envie pour plus d’une raison. 

 

 

le vrai retour de mass effect ?

Outre les similarités assez flagrantes avec Interstellar, c’est aussi Mass Effect que le jeu nous évoque rapidement. Que ce soit par les aliens, les technologies (serait-ce un relais cosmodésique l’on aperçoit ?) ou même le gameplay à la troisième personne, on a une grosse sensation de déjà-vu. Et ce n’est clairement pas un hasard puisque Exodus est le premier jeu d’Archetype Entertainment, le studio dirigé James Ohlen, un ancien vétéran de Bioware ayant bossé sur les premiers Baldur’s Gate, Dragon Age Origins et Mass Effect.

Et il est bien accompagné puisque sa compagnie est littéralement née de la fuite des cerveaux de Bioware (et d’autres studios) qui se sont réunis pour réaliser des jeux dans de bien meilleures conditions et raviver leur passion. Exodus est donc un RPG façonné par des gens très talentueux, à qui l’on doit parmi les meilleurs jeux de l’âge d’or de Bioware. Et il nous propose un space opera tragique au gameplay bien nerveux et aux dilemmes cornéliens. Bon. Difficile de ne pas être intéressé.

 

Exodus : photoDes adieux qui font mal

 

McConaughey a notamment expliqué que chaque joueur devrait avoir une relation différente avec le personnage qu’il incarne. En tant que voyageur spatial, nos choix auront un impact sur la temporalité des évènements du jeu et donc sur nos expériences auprès des PNJ.  On imagine bien qu’à l’instar de Mass Effect, Exodus nous offrira ainsi quelques compagnons avec qui nous battre et partager cette aventure.

Avec eux, on aura aussi notre lot d’amitiés et d’amours, et peut-être de sacrifices déchirants, comme le laisse entrevoir la bande-annonce. On se réjouira d’ailleurs que le jeu semble emprunter la voie d’une narration sérieuse tout en assumant ses inspirations. On a toutefois vu encore trop peu de choses du jeu pour s’enflammer encore trop. Mais on a bien envie d’y croire. Plus que dans l’avenir de Starfield ou dans le lointain Mass Effect 4 de Bioware, en tout cas.

You May Also Like

More From Author