James Cameron révèle les secrets de ses plus grands films dans une exposition superbe, uniquement visible en France

4 min read

James Cameron révèle les secrets de ses plus grands films dans une exposition superbe, uniquement visible en France

James Cameron est à l’honneur d’une exposition exceptionnelle à voir à La Cinémathèque française de Paris. L’occasion de découvrir, à travers ses dessins, esquisses et objets inédits, les secrets derrière Titanic, Avatar ou encore Terminator.

C’est un événement que les cinéphiles ne devraient surtout pas rater. La Cinémathèque française propose de plonger, à partir de ce jeudi 4 avril, dans l’esprit de l’un des cinéastes les plus novateurs de son époque. “L’art de James Cameron” est une exposition consacrée au réalisateur d’Avatar, Titanic, Terminator ou encore Abysse

Le cinéaste y dévoile ses secrets, des anecdotes inédites sur la préparation de ses films, mais également ses sources d’inspiration, qui auront de quoi passionner les cinéphiles, mais également tous ceux qui ont pu découvrir les blockbusters du  roi du box-office. L’exposition retrace six décennies de l’oeuvre de James Cameron : au total, ce sont plus de 300 œuvres qui sont rassemblées, dont 280 originales et 250 de la main du réalisateur lui-même.

James Cameron. Portrait de rose, avril 1992, 22,80 x 35 x 5 cm Crayon graphite sur papier © Avatar Alliance Foundation © James Cameron

L’exposition rassemble notamment de nombreux dessins préparatoires du cinéaste (et notamment toutes les oeuvres de Jack dans Titanic, dont le portrait de Rose, qui ont été dessinées par le réalisateur lui-même), mais aussi des accessoires (affiches, bustes de Na’Vi), des costumes (le fameux attirail de Schwarzenegger dans Terminator), des photographies de tournage ou encore des dispositifs pour plongée. Une immersion dans son univers artistique, de ses premières idées d’enfant à ses réalisations d’adulte. Avec un objectif : comprendre les obsessions du réalisateur et ses thèmes récurrents, pour que son oeuvre fasse sens au public, qui connaît pourtant bien ses films. En prenant son temps (et s’il n’y a pas beaucoup de monde), il est possible de voir l’exposition en 1h30.

Horaires et tarifs de l’exposition

“L’art de James Cameron” est l’exposition temporaire de la Cinémathèque française, dans le 12e arrondissement de Paris, du 4 avril 2024 au 5 janvier 2025. Il est possible de la visiter en semaine (sauf le mardi) de 12h à 19h et le week-end, vacances scolaires et jours fériés de 11h à 20h (fermeture annuelle le 1er mai, le 25 décembre, et du 22 juillet au 27 août inclus).

L’accès à l’exposition est néanmoins payante et coûte, plein tarif, 14 euros par personne. Le tarif réduit est fixé à 11 euros, tandis que les moins de 18 ans y ont accès pour 7 euros. Des visites guidées sont également organisées (16 euros plein tarif) les samedis et dimanches à 16h30. Il est conseillé de réserver à l’avance ses tickets sur le site de la Cinémathèque pour s’assurer une visite dans de meilleures conditions.

Un cinéaste à part

James Cameron est définitivement un cinéaste à part dans le cinéma mondial. Réalisateur, scénariste et producteur canadien, il est l’esprit qui a imaginé certains des plus grands classiques du cinéma récent depuis les années 1980, et notamment ceux listés plus hauts. Avec Titanic, qui a remporté 11 Oscars, il détient pendant onze années le plus gros succès au box-office mondial. Il sera dépassé pour la première fois en 2009 par… lui-même. A cette date, Avatar, son 10e long-métrage en tant que réalisateur, devient le film le plus populaire de tous les temps. Aujourd’hui, seul Avengers : Endgame a réussi à se hisser entre les deux films Avatar, qui figurent respectivement à la première et deuxième place du classement des plus gros succès du box-office mondial, juste devant Titanic.

Un tel succès s’explique non seulement par la créativité de son génie artistique, mais également par les prouesses techniques qu’il a cherché à réaliser de film en film. James Cameron a d’ailleurs créé sa propre société de production, Lightstorm Entertainment, et a créé la société d’effets spéciaux Digital Domain. Lorsqu’il ne crée pas des films, il explore les fonds marins et s’engage pour les questions environnementales. Par ailleurs, ses longs-métrages sont souvent précurseurs dans leurs messages, comme les réflexions écologistes d’Avatar, ou encore la réflexion sur l’IA et le rôle des machines dans Terminator.

You May Also Like

More From Author