L.E.J reprend “Je suis malade” de Serge Lama dans un clip poétique

3 min read
Crédits photo : YouTube

Actuellement en tournée dans toute la France, L.E.J se produisait le 25 novembre sur la scène du Trianon à Paris, et de multiples dates auront lieu dans les mois à venir. Lucie, Elisa et Juliette partiront à la rencontre du public jusqu’en juin 2024 pour défendre leur dernier album “Volume II”, paru en décembre dernier et constitué de 10 reprises dont elles ont le secret. « C’est un peu un retour aux sources pour nous. On avait envie de revenir à la base même de LEJ. Donc, le violoncelle, les voix, les harmonies. C’est des chansons qu’on a accumulées au fil des années. Que des chansons qui sont des classiques que nos parents nous ont fait écouter. C’est aussi des chansons qui nous ont beaucoup influencé et nourri pour nos compositions » atteste le trio auprès de RIFFX, imprégné des textes vibrants de “La bohème”, “L’aigle noir” ou “Foule sentimentale”, revisité dans un mash-up avec “La vie en rose”.

Le player Dailymotion est en train de se charger…

“Je ne rêve plus, je ne fume plus…”

Comme toujours, L.E.J prend soin d’incorporer à ces créations une touche de symphonie. « Encore aujourd’hui, quand on fait de la musique, on a quand même une grosse influence classique, mais surtout de la période baroque au niveau des dissonances vocales qu’on aime beaucoup faire, et je pense que ça vient vachement du “Stabat Mater” de Pergolèse » explique la bande, formée à un cursus musical au conservatoire de Saint-Denis et à la Maîtrise de Radio France. Il n’est donc pas étonnant de retrouver cette approche sur le nouveau single de L.E.J, une reprise léchée du titre culte “Je suis malade” de Serge Lama qui arrive quelques mois après le “Summer 2023”. Initialement sortie en 1973, cette chanson d’amour déchirante se base sur la véritable histoire impossible entre le chanteur et Michèle Potier, car tous deux déjà mariés. La mélodie, que fredonneront Dalida ou Lara Fabian sur les décennies suivantes, est signée Alice Dona, et tout le monde connaît encore les paroles par coeur : « Je suis malade / Complètement malade / Comme quand ma mère sortait le soir / Et qu’elle me laissait seule avec mon désespoir ».

Dans son nouveau clip, L.E.J a pris soin de mélanger l’aspect mélodramatique de la chanson à son goût pour le cinéma fantastique, et notamment l’univers du réalisateur américain Tim Burton, derrière les films “Edward aux mains d’argent”, “Sleepy Hollow” ou “Dark Shadows”. A la fois poétique et inquiétante, la réalisation nous entraîne au coeur d’une maison juchée sur un rocher, battu par les vagues déchaînées. Alors que la tempête s’intensifie, les murs de la frêle bicoque en bois craquellent et bientôt, la mer brise tout sur le passage de sa colère.

You May Also Like

More From Author