La Chine exclut le Canada des pays que ses touristes peuvent visiter

L’économie canadienne est privée de revenus substantiels liés au tourisme, alors que la Chine a décidé de ne pas inclure le Canada dans la liste des pays que ses touristes peuvent visiter — une décision qu’elle justifie en raison de l’attitude d’Ottawa dans le dossier de l’ingérence étrangère.

Les agences de voyages chinoises peuvent recommencer à organiser des voyages de groupes dans de nombreux pays, dont les États-Unis et l’Australie, mais il leur est toujours interdit de planifier des activités au Canada.

Le ministère chinois de la Culture et du Tourisme a annoncé la semaine dernière qu’il mettait fin aux restrictions sanitaires qui empêchaient les agences d’organiser des voyages pour les touristes chinois.

Ces agences peuvent maintenant reprendre leurs activités dans 70 pays de plus partout à travers le monde, mais le Canada a discrètement été écarté de cet allègement.

Cette décision s’explique par le fait que l’ingérence alléguée de la Chine au Canada a beaucoup retenu l’attention dans la sphère politique ces derniers mois, comme l’a d’abord révélé CBC / Radio-Canada.

« Récemment, le clan canadien a beaucoup fait la promotion des théories concernant une présumée ingérence chinoise », a soulevé l’ambassade de la Chine à Ottawa dans une déclaration transmise à La Presse canadienne.

« Environnement sécuritaire et accueillant »

L’ambassade a également dénoncé ce qu’elle décrit comme une hausse des actes et des propos anti-asiatiques et discriminatoires.

« Le gouvernement chinois accorde beaucoup d’importance à la sécurité et aux droits des citoyens chinois lorsqu’ils se trouvent à l’étranger, et souhaite qu’ils puissent voyager dans un environnement sécuritaire et accueillant. »

Les allégations concernant une possible ingérence de la Chine dans les activités politiques canadiennes ont mobilisé l’attention à Ottawa ce printemps, surtout lorsque des médias ont révélé que la Chine aurait tenté de s’ingérer dans les deux dernières élections fédérales.

Depuis plusieurs semaines, les partis d’opposition et le gouvernement fédéral tentent de s’entendre sur la forme que prendrait une éventuelle enquête publique sur l’ingérence étrangère.

Avant d’ouvrir la porte à une telle enquête, le premier ministre Justin Trudeau avait nommé l’ancien gouverneur général David Johnston en tant que rapporteur spécial pour enquêter sur cet enjeu. M. Johnston a cependant démissionné peu de temps après la publication de son rapport préliminaire, citant le climat politique autour de son travail.

Assouplissements

 

La Chine a graduellement commencé à assouplir ses restrictions liées aux voyages qu’elle avait instaurées pendant la pandémie.

En janvier, les voyages organisés ont pu reprendre pour un premier groupe de pays, qui incluait notamment la Thaïlande et la Russie. Plus de 40 pays ont été ajoutés à la liste en mars, dont la France et le Brésil.

Le Royaume-Uni, le Japon et l’Allemagne font partie des pays qui ont reçu les autorisations la semaine dernière.

En 2019, les touristes chinois ont dépensé plus que ceux de n’importe quel autre pays au Canada.

Les visiteurs chinois ont passé en moyenne 44 nuits au Canada lors de leur séjour, selon les données de Destination Canada.

 

Les visiteurs qui voyageaient uniquement pour le loisir, par opposition à ceux qui rendaient visite à des amis ou à de la famille, avaient tendance à passer en moyenne 15 nuits au Canada. Les circuits et les forfaits tout inclus sont des choix très répandus.

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author