La comédie «Ailleurs si j’y suis» met en vedette Jérémie Renier et Suzanne Clément

En théorie, tout devrait bien aller pour Mathieu, qui a un gros boulot, une grosse maison et est marié à Catherine, avec qui il a une fille à présent adulte, Léa. Or, en pratique, rien ne va plus. En effet, Mathieu contemple, comme paralysé, la fin prochaine de son mariage, tandis qu’au travail, c’est l’enfer. À cela s’ajoute son père hypocondriaque, qui en est à construire son propre cercueil. Et il y a son meilleur ami, qui n’en finit plus de jouer les adulescents, et son patron, qui attend l’impossible… Alors que tout semble s’écrouler autour de lui, voici que Mathieu s’enfonce un jour dans la forêt, dans un état second. Se perdre pour mieux se retrouver ? C’est un peu l’idée derrière la comédie fantaisiste Ailleurs si j’y suis, de François Pirot, qui met en vedette Jérémie Renier et Suzanne Clément.

Une comédie fantaisiste, donc, Ailleurs si j’y suis se colore très rapidement de notes insolites. En effet, dès les premières minutes, François Pirot installe une atmosphère et un ton suggérant que la réalité de son film est quelque peu décalée.

De là, les choses ne font que gagner en étrangeté, mais une étrangeté plus bienveillante qu’inquiétante.

Tandis que Mathieu, dans son petit éden sylvestre, recouvre une forme d’émerveillement et d’innocence, tous ses proches suivent un parcours similaire au sien. En cela que tout un chacun vit sa propre crise existentielle jusqu’au bout, avant de rejoindre Mathieu dans les bois, faute d’une autre voie désormais. 

Appelons l’endroit « la forêt des mal lunés ».

Et c’est ainsi que, à tour de rôle, ces personnages diversement confus, en colère ou malheureux, vont d’introspection en illumination, une fois égarés loin de la civilisation.

Cocon verdoyant

Tous les interprètes sont au diapason de la proposition, Jérémie Renier en tête. L’acteur vu dans La promesse et Potiche est savoureux en Mathieu, passant avec aisance de l’accablement maussade à la désinvolture enjouée. Idem pour Suzanne Clément, pleine de nuances comiques et toute d’envies inassouvies dans le rôle de Catherine…

François Pirot met le tout en scène avec juste ce qu’il faut de stylisation (quelques plans évocateurs lors de passages clés). De fait, le cinéaste ne surligne pas la démonstration en donnant dans le baroque ou dans le flamboyant. Sa manière est plus subtile et efficace. 

Par exemple, lorsqu’on est avec Mathieu dans la nature, le ratio de l’image rétrécit, comme pour suggérer un petit monde clos à l’intérieur d’un autre, plus grand, plus vaste.

D’ailleurs, Mathieu ne pourra demeurer pour toujours dans ce cocon verdoyant, comprend-on en définitive. François Pirot atteint à cet égard un bel équilibre à la fin, entre espoir et expectative.

Ailleurs si j’y suis

★★★ 1/2

Comédie fantaisiste de François Pirot. Avec Jérémie Renier, Suzanne Clément, Samir Guesmi, Jean-Luc Bideau, Jackie Berroyer, Gwen Berrou, Amélie Peterli. France, Luxembourg, Suisse, 2022, 103 minutes. En salle.

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author