La Russie a lancé sa « Tesla killer » qui fait bien rire tout le monde

L’Amber représente un sacré pari pour l’industrie automobile russe, en particulier pour l’usine Avtotor de Kaliningrad. Jadis constructeur de voitures pour les marques BMW, Ford, KIA ou encore Hyundai, l’usine a dû se réorienter à la suite des sanctions occidentales prises après l’invasion de l’Ukraine. Ce pivot vers la production de véhicules électriques est perçu comme une nécessité stratégique, bien que les réactions du public russe (et du reste du monde) oscillent entre l’horreur et la moquerie. Beaucoup considérent ce changement comme un signe des difficultés persistantes de l’industrie automobile du pays.

Please kill me

Le design de l’Amber, qualifié de disproportionné et aux lignes jugées ridicules, a particulièrement attiré l’attention. Beaucoup comparent le véhicule au maudit Multipla de Fiat avec qui il partage une certaine familiarité… Mais malgré ces critiques, l’Université Polytechnique de Moscou insiste sur le fait que chaque composant de l’Amber, y compris le moteur, l’onduleur et les batteries, est de fabrication russe. Une affirmation qui soulève bien des questions, notamment sur la dépendance historique de la Russie aux composants chinois pour sa production automobile…

L’Amber, dont la production de masse est prévue pour 2025, a l’ambition de devenir la voiture électrique abordable pour les consommateurs russes. L’Université Polytechnique a annoncé que les batteries, potentiellement fournies par Rosatom, pourraient être louées pour réduire les coûts du véhicule. Toutefois, le scepticisme demeure quant à la capacité de l’industrie russe à développer une technologie de pointe en un temps aussi court. Surtout qu’elle est privée des technologies occidentales…

Outre l’Amber, Avtotor a aussi annoncé le développement d’autres véhicules : un quad, un fourgon sans toit et un minibus, tous sous la marque Amber. Une diversification tous azimuts attendue de pied ferme par tous les internautes mauvaises langues : ces nouveaux modèles risquent bien de se transformer eux aussi en risée du web !

L’industrie automobile russe, aux prises avec les sanctions internationales, doit absolument trouver les moyens de son émancipation et de son autonomie si elle veut survivre. Face aux innombrable moqueries dont elle fait l’objet, aussi bien en Russie que dans le reste du monde, le projet Amber tel qu’il a été présenté paraît bel et bien mort-né.

You May Also Like

More From Author