La STM augmente la surveillance dans le métro avec ses «ambassadeurs de sûreté»

Le nombre d’interventions des constables spéciaux de la Société de transport de Montréal (STM) dans le métro a connu une importante hausse l’an dernier. Dans l’espoir de rassurer les usagers du réseau souterrain préoccupés par leur sécurité, la STM a commencé le déploiement d’« ambassadeurs de sûreté ».

En 2023, la société de transport a recensé 47 000 appels et interventions de la part de ses constables spéciaux contre 42 000 l’année précédente, soit une hausse de près de 12 %. Et c’est presque deux fois plus qu’avant la pandémie de COVID-19 puisqu’en 2017 et 2018, la STM enregistrait autour de 25 000 interventions dans le métro.

C’est dans cette perspective que la STM a mis en place un programme d’ambassadeurs de sécurité, inspiré du modèle adopté à Los Angeles, San Francisco ou Philadelphie. Il s’agit d’employés dont le mandat est d’accompagner la clientèle dans ses déplacements et de faire des signalements auprès des constables spéciaux, qui ont le statut d’agents de la paix, ou des policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) lorsque des situations potentiellement dangereuses surviennent. « On est dans une nouvelle réalité qui fait en sorte qu’on a besoin de plus de spécialités dans le réseau du métro, autant des spécialités orientées du côté social que des spécialités orientées du côté sûreté. Les ambassadeurs sont un outil de plus pour accompagner les clients et signaler des incidents », a expliqué jeudi Jocelyn Latulippe, directeur Sûreté et sécurité incendie de la STM.

Les ambassadeurs, qui sont au nombre de six à l’heure actuelle, ont reçu une formation de 80 heures et ils patrouillent l’ensemble des stations de métro. Leur uniforme bleu et noir est facilement reconnaissable pour la clientèle, estime la STM. Ce programme, implanté au coût de 600 000 dollars, vient compléter l’offre de service comprenant les constables spéciaux, les policiers, l’Équipe métro d’intervention et de concertation (EMIC) et l’Équipe mobile de médiation sociale (EMMIS). La société de transport, qui a embauché 16 constables spéciaux de plus en décembre, souhaite recruter 20 ambassadeurs en 2024.

Le président du conseil d’administration de la STM, Éric Alan Caldwell, estime que la présence physique d’employés supplémentaires avec une plus grande visibilité sur le terrain est susceptible d’apaiser les inquiétudes des usagers. « Il y a un million de déplacements par jour dans notre réseau et plus de 500 000 dans le métro. Le métro est somme toute sécuritaire », avance-t-il. « Ceci dit, il y a des enjeux et des situations. Il y a des personnes, on le comprend très bien, qui parfois ont peur de prendre le métro pour plein de raisons. C’est pour ça qu’on intervient à plusieurs niveaux. »

La partie n’est cependant pas gagnée. Ce n’est pas tant dans le métro qu’autour des stations que les usagers ressentent une certaine insécurité en raison de la présence d’itinérants et de personnes intoxiquées, souligne Jean-Yves Querry, croisé à la station Place-des-Arts. « Je ne me sens pas nécessairement en danger dans le métro. Je trouve que c’est pire sur la rue », dit-il en relatant qu’il arrive fréquemment que des flâneurs et des itinérants bloquent l’entrée de l’atelier où il travaille. « La police ne fait rien. »

De son côté, l’opposition à l’hôtel de ville déplore que l’administration de Valérie Plante ait réduit de 20 % les effectifs policiers dans le réseau de la STM. « Pour moi, c’est une déconnexion totale de ce qu’il fallait faire », souligne le conseiller d’Ensemble Montréal Abdelhaq Sari, porte-parole de l’Opposition officielle en matière de sécurité publique.

Selon lui, les mesures mises en place par la Ville et la STM, dont l’embauche d’ambassadeurs, sont du « colmatage » compte tenu de l’ampleur de l’inquiétude des usagers du métro. Les ambassadeurs ne sont ni formés ni équipés pour intervenir comme les policiers peuvent l’être. Et ces policiers ne sont plus présents dans le métro, à part lorsqu’ils sont appelés à intervenir.

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author