L’affaire Depardieu, fracture ouverte dans le cinéma français

Deux camps qui s’invectivent après une vidéo qui fait scandale, une tribune de soutien qui alimente la polémique sur fond politique : l’affaire Depardieu fracture le cinéma français.

Tombé de son piédestal après la diffusion d’images où il multiplie les propos misogynes et à caractère sexuel y compris envers une fillette, l’acteur de 75 ans, visé aussi par trois plaintes pour agression sexuelle ou viol qu’il réfute, n’a pas fini de diviser.

La polémique a touché le plus haut sommet de l’État, puisque le président Emmanuel Macron a défendu la présomption d’innocence en faveur de l’acteur, estimant qu’il rendait « fière la France », au grand dam des féministes et de plusieurs personnalités dont son prédécesseur François Hollande qui ont tenu à souligner le « courage des victimes ». 

Parmi celles qui s’expriment, Anouk Grinberg et la « James bond girl » Sophie Marceau, qui avait dénoncé le comportement de « prédateur » de l’acteur en 2015 et est revenue sur le sujet dans Paris Match.

« La vulgarité et la provocation ont toujours été son fonds de commerce », a-t-elle dit.

Autre actrice, Isabelle Carré a appelé dans le magazine Elle à dire qu’il « est grand temps que [le sexisme], ça se termine ».

Charlotte Arnould, qui a porté plainte contre Depardieu, conduisant en 2020 à sa mise en examen pour viol et agression sexuelle, s’en tient elle à la discrétion. 

La jeune comédienne a remercié sur Instagram ses soutiens : « j’accuse les coups […] c’est pas la grande forme ». Et a répondu au malaise exprimé par l’actrice et ex-compagne de Depardieu, Carole Bouquet, après avoir signé la pétition : « Il fallait y penser avant non ? ! »

D’autres, comme Clotilde Hesme ou Judith Chemla, figurent parmi plus de 600 signataires d’une « contre-tribune » d’artistes publiée par le collectif Cerveaux non disponibles. 

Elle entend dénoncer une pétition signée par une soixantaine de personnalités connues du cinéma en France et au-delà, appelant à « ne pas effacer » Gérard Depardieu, parue le jour de Noël dans le Figaro.

Parmi ces personnalités, figurent l’actrice espagnole Victoria Abril, la Britannique Charlotte Rampling, le cinéaste Bertrand Blier, les actrices Nathalie Baye, Arielle Dombasle, les acteurs Jacques Weber et Pierre Richard…

« Nous ne pouvons plus rester muets face au lynchage qui s’abat sur [Depardieu] au mépris d’une présomption d’innocence dont il aurait bénéficié, comme tout un chacun, s’il n’était pas le géant du cinéma qu’il est », affirme ce texte.

« Malaise »

Mais certains signataires, comme Carole Bouquet ou Nadine Trintignant ont ensuite fait état de leur malaise.

 

« J’ai signé », a déclaré Carole Bouquet sur Instagram. « Cependant, je ne soutiens pas les idées et valeurs associées au journaliste porteur de cette tribune. Lui donner de la visibilité par l’entremise de Gérard me met, comme vous pouvez l’imaginer, profondément mal à l’aise ».

En cause, un comédien quasi-inconnu, Yannis Ezziadi, proche de Julie Depardieu, la fille de l’acteur. À l’initiative du texte, il est éditorialiste au magazine ultraconservateur Causeur et décrit dans une enquête du journal Le Monde comme « proche des sphères identitaires et réactionnaires ». Il n’était pas disponible pour réagir vendredi.

La réalisatrice Nadine Trintignant, dont la fille Marie a été tuée par le chanteur Bertrand Cantat en 2003, a dit à l’hebdomadaire Le Point n’avoir pas su qui l’avait écrite : « Je demande aux personnes que j’ai choquées de ne pas m’en vouloir de ma grave erreur ».

Ancien patron de la Cinémathèque française, Serge Toubiana assure aussi ne pas avoir su qui était à l’origine du texte. « J’ai signé parce que j’ai horreur de l’esprit de meute et que la présomption d’innocence doit être défendue ».

L’acteur Gérard Darmon, sur RTL, a pour sa part regretté la teneur du texte signé. « Attention de ne pas dire qu’en touchant Depardieu, on touche à l’art. […] C’est des conneries », a-t-il reconnu. Tout comme Yvan Attal, qui a admis « un malaise ». « Je n’ai pas signé […] contre les femmes », a-t-il précisé à BFMTV, mais Depardieu « a le droit de ne pas être lynché publiquement […] il faut laisser la justice parler ».

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author