L’alcool s’invite dans les salles de cinéma

Cineplex en sert dans certaines salles depuis une décennie. Le cinéma Moderne, depuis ses débuts en 2018. Au Beaubien, c’est apparu sur le menu en mai 2023. Le cinéma du Parc a suivi en juillet. Et si la santé financière de nos cinémas passait par la vente d’alcool ?

« Ç’a été un très gros travail d’obtenir un permis de bar à l’époque », explique Florence Julien-Gagnier, p.-d.g. du cinéma Moderne, à Montréal. C’est en présentant sa petite salle du boulevard Saint-Laurent comme un amphithéâtre — au même titre que le Centre Bell — que l’entreprise a pu obtenir l’autorisation de vendre de l’alcool.

Puis, en 2021, Québec a changé sa réglementation et assoupli les critères permettant aux salles obscures de vendre des produits alcoolisés. Un petit coup de pouce pour un milieu qui peine à se remettre de la pandémie.

Les recettes avant taxes des cinémas québécois ont chuté de 157 millions en 2019 à 35 millions en 2020, au plus fort de la COVID-19, pour ensuite remonter à 109 millions en 2022, révélait l’Observatoire de la culture et des communications du Québec dans un rapport paru en juin dernier. C’est donc dire qu’en 2022, les recettes étaient 31 % inférieures à la dernière année prépandémique.

Quant aux données sur l’assistance, elles relèvent plus de l’horreur que de la comédie. Entre 2019 et 2022, les entrées ont chuté de plus de 39 % dans les établissements de la province, pour s’établir à 11,3 millions.

Des marges intéressantes au comptoir

À l’échelle du pays, en 2022, les cinémas ont engrangé des recettes totales de 1249 millions, selon Statistique Canada. De ce montant, 670 millions provenaient des droits d’entrée et 474 millions de la vente d’aliments et de boissons. Le comptoir alimentaire était donc à l’origine de 38 % des recettes des cinémas.

Pas étonnant, alors, que les exploitants accordent beaucoup d’importance à l’alimentation. D’autant plus qu’elle offre une marge bénéficiaire très intéressante.

À Cineplex, le profit brut — les revenus moins les coûts — par client était de 6,76 $ en 2022, seulement au comptoir alimentaire, apprend-on dans le dernier rapport annuel de la chaîne. La marge de profit provenant de la vente de nourriture et de boisson était de 77,6 %. « C’est une contribution qui est quand même importante pour la profitabilité de l’entreprise », reconnaît Daniel Séguin, vice-président principal de l’exploitation nationale de la chaîne.

La réalité n’est pas la même pour les plus petits cinémas, selon la directrice générale des cinémas Beaubien, du Parc et du Musée, Roxanne Sayegh. « Oui, c’est une part de revenus quand même très intéressante pour nos trois cinémas », admet-elle, mais « la vente de billets reste significativement plus grande dans notre part de revenus ».

Du côté du Moderne, il faut traverser un café-bar en bonne et due forme pour accéder à la salle de projection. Le tout fait partie intégrante de l’entreprise Post-moderne, qui offre aussi des services de post-production et de location d’équipement de tournage. « On a aussi une ferme [et] on torréfie notre propre café », ajoute Mme Julien-Gagnier. Les produits de la ferme se retrouvent d’ailleurs dans les plats qui sont servis au café.

Post-moderne a, en quelque sorte, créé un écosystème qui se nourrit de lui-même. « Dans notre cas, le [cinéma] tout seul, il ne fonctionnerait pas financièrement sans Post-moderne », précise la p.-d.g. « Mais le bar non plus », complète Alexandre Domingue, fondateur de l’entreprise. « C’est l’achalandage du cinéma qui fait fonctionner le bar. »

Pour l’expérience avant tout

Pour tous les intervenants rencontrés, la vente d’alcool est aussi, voire surtout, une question d’expérience pour le client.

« Pour nous, c’est vraiment le côté vivant et événementiel du lieu, plus que de consommer comme tel. Il faut savoir que les gens ne sortent pas [durant le film] pour se servir un autre verre », indique Mme Julien-Gagnier.

Même son de cloche à Cineplex : « On pense que ça ajoute une plus-value » qui va au-delà de l’aspect financier, selon Daniel Séguin.

Aux cinémas du Parc et Beaubien, la directrice générale estime que la possibilité d’accompagner son pop-corn d’une bière « rend l’expérience encore plus agréable ». « Ce n’était pas tant une question de générer beaucoup de nouveaux revenus [qu’une manière] d’élargir notre offre. » Les deux cinémas vendent d’ailleurs des bières brassées spécialement pour eux par des microbrasseries locales.

Une nouvelle offre prisée par la clientèle, affirme Mme Sayegh, qui ne relève pas de débordements liés à la consommation excessive d’alcool, tout comme ses homologues.

« Il y a un décorum , soutient Alexandre Domingue.  Il y a plein de films qu’on joue qui sont disponibles sur Crave, Amazon, Netflix. Les gens viennent les voir [au cinéma Moderne] parce qu’ils veulent les voir en salle. Ils sont sérieux. »

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author