L’astuce illégale utilisée en France pour échapper aux radars automatiques

4 min read

L'astuce illégale utilisée en France pour échapper aux radars automatiques

Ces autocollants sont présentés comme l’arme ultime pour échapper aux radars. Voici comment ils fonctionnent.

Échapper aux radars est le souhait de nombreux conducteurs. Certains y parviennent de manière correcte, en respectant le code de la route, tandis que d’autres tentent des astuces et des stratagèmes pour éviter les amendes. En effet, sur les réseaux sociaux, de nombreux messages font la promotion d’autocollants d’un genre particulier qui empêchent la plaque d’immatriculation d’un véhicule d’être lue par un radar automatique.

De quoi s’agit-il ? Ces autocollants sont vendus sur Internet sous forme de paquets, comme un jeu de carte. Chaque autocollant représente une lettre ou un chiffre. Il faut reconstituer son numéro d’immatriculation et coller chaque autocollant sur la lettre ou le chiffre correspondant sur sa plaque. Les autocollants sont la plupart du temps fabriqués à partir d’un matériau réfléchissant, semblable à celui utilisé dans les panneaux de signalisation routière ou les vêtements de sécurité. Ces matériaux contiennent des microprismes ou des microbilles de verre qui réfléchissent la lumière vers sa source. Ainsi, lorsque le flash d’un radar se déclenche, la lumière est renvoyée directement vers le radar, empêchant la capture claire de l’image de la plaque d’immatriculation.

Ainsi, en situation normale, la manipulation de la plaque d’immatriculation est invisible à l’oeil nu. A quelques mètres, on ne voit rien de particulier. C’est lorsque la voiture va passer devant un radar et que celui-ci va déclencher son flash que la matière de l’autocollant entre en scène et oublie le radar. Si bien que la photo prise montre une plaque vide ou seulement les quelques lettres et numéros qui n’ont pas été remplacés par des autocollants.

Si cette méthode pourrait intéresser certains internautes, elle comporte d’énormes risques. Le premier est que ces autocollants ne fonctionnent que pour les radars à flash lumineux. Mais ces radars ont tendance à disparaître dernièrement. Ils sont remplacés par des radars à infrarouge. Les radars à flash lumineux et ceux à infrarouge diffèrent principalement dans leur méthode de détection et de signalisation des excès de vitesse. Les radars à flash lumineux utilisent une lumière visible pour photographier les véhicules en excès de vitesse, souvent la nuit, ce qui peut être éblouissant pour les conducteurs. En revanche, les radars à infrarouge emploient une technologie qui permet de capturer des images sans émettre de lumière visible, réduisant ainsi la gêne pour les conducteurs et permettant une détection plus discrète, de jour comme de nuit. Si bien que les autocollants sont totalement impuissants dans ce cas là. De même, les jumelles mobiles employées par les gendarmes ne sont pas éblouies par les autocollants.

Enfin, l’article R. 413-15 du code de la route est particulièrement sévère avec ceux qui voudraient tricher : “Le fait de détenir ou de transporter un produit de nature à perturber le fonctionnement d’appareils, instruments ou systèmes servant à la constatation des infractions à la législation ou à la réglementation de la circulation routière ou de permettre de se soustraire à la constatation desdites infractions est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la cinquième classe. ” Les sanctions suivantes sont prévues :  une amende de 1500 € (3000 € en cas de récidive), un retrait de 6 points du permis, une suspension du permis de conduire (3 ans maximum), la confiscation du véhicule.

Sachez de plus que les gendarmes sont bien au courant de cette astuce et qu’ils savent comment la déceler, même en plein jour. Il suffit en effet de braquer une lampe torche sur une plaque modifiée pour voir si les autocollants ont été appliqués. Le plus sûr reste donc de lever le pied….

You May Also Like

More From Author