Le mois de janvier a été plus chaud que jamais, et le Québec n’y a pas échappé

Si vous avez trouvé le début de l’année plutôt doux, les données vous donnent raison. Après une année de chaleur historique à travers la planète, la tendance se maintient : le mois de janvier 2024 est le mois de janvier le plus chaud jamais enregistré, selon des données de l’observatoire européen pour le climat Copernicus. Le Québec est une des régions où la chaleur s’est fait le plus sentir.

La Terre a enregistré une température moyenne de 13,14 °C en janvier 2024, soit 0,7 °C de plus que la moyenne des températures de 1991 à 2020, selon Copernicus. C’est 0,12 °C de plus que le dernier record établi pour ce mois, qui date de 2020.



 

Par rapport à l’ère préindustrielle, c’est une différence de 1,66 °C, soit au-dessus de la limite de 1,5 °C établie dans l’Accord de Paris, négocié en 2015. Avec ce nouveau record, la planète vient donc de passer les douze derniers mois (de février 2023 à janvier 2024) avec une anomalie moyenne à 1,52 °C, soit au-delà de cette limite symbolique. Pour rappel, en 2023, la température mondiale était en moyenne 1,48 °C au-delà des normes préindustrielles.



 

Des températures aux extrêmes au Canada

Copernicus note toutefois que certaines régions du monde ont enregistré des anomalies beaucoup plus importantes, notamment l’est du Canada. En effet, la région entourant la baie d’Hudson, en particulier le nord du Québec, a vu ses températures grimper jusqu’à près de 7 °C au-dessus des normes de la période 1981-2010. À Montréal, le mois dernier, la température était environ 4 °C au-dessus de la normale pour la même période de référence.

À l’inverse, à l’ouest du pays, les provinces des Prairies ont enregistré un mois de janvier beaucoup plus froid que la normale. Toutefois, Copernicus souligne que cette région a aussi vu énormément de variations de températures. Après un début du mois battant des records de froid, une vague de températures plus élevées que la normale a suivi.

Les océans plus chauds que jamais

 

Même si le phénomène El Niño s’affaiblit dans certaines zones du Pacifique, les températures des surfaces marines demeurent anormalement élevées. 

En janvier, la température moyenne de la surface des océans était de 20,97 °C. Il s’agit de la seconde plus haute valeur jamais enregistrée, seulement 0,01 °C en dessous du précédent record, établi en août 2023.



 

En termes de températures quotidiennes, toutefois, les océans ont battu, début février, leur précédent record. Le 1er février, la température moyenne atteignait 21,05 °C, dépassant la plus haute valeur jamais répertoriée du 24 août 2023, qui était de 21,02 °C.

La température des eaux est un facteur important du climat mondial. De telles hausses, que l’on remarquait déjà en 2023, peuvent engendrer des phénomènes climatiques extrêmes tels que des canicules, des feux de forêt, des inondations, ou encore des sécheresses.

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author