le mystérieux avion spatial de l’US Space Force reprend du service

SpaceX termine 2023 en beauté. Le dernier Falcon Heavy de l’année a décollé dans la nuit du 28 au 29 décembre afin de déployer le X-37B, un mystérieux avion spatial construit par Boeing pour le compte de l’US Space Force.

L’engin n’en est pas à son coup d’essai. L’US Space Force l’a déjà lancé à six reprises depuis 2010. Il est parti cinq fois à bord d’une fusée Atlas V, le fer de lance d’United Launch Alliance, et une fois à bord d’une fusée Falcon 9 de SpaceX. Il s’agissait à chaque fois de missions très longues qui ont duré plusieurs mois. Il est rentré de son premier voyage en orbite après 224. Sa dernière mission, qui s’est conclue en novembre 2022, a duré 908 jours, soit près de deux ans et demi.

Un engin particulièrement mystérieux

Les objectifs de ces missions, en revanche, restent particulièrement énigmatiques. En effet, le X-37B est un engin dont les activités sont classifiées secret défense. Le gouvernement américain n’a livré quasiment aucun détail sur ses opérations qui relèvent probablement du domaine militaire.

Le public a seulement eu accès à quelques informations sur des expériences comme Seeds-2. L’objectif de cette dernière est de tester les effets d’une exposition prolongée aux radiations spatiales sur des végétaux. Ce sont des travaux importants pour les futurs efforts de colonisation spatiale. En effet, les astronautes de demain devront impérativement être en mesure de produire leur propre nourriture lorsqu’ils s’aventurent à plusieurs centaines de milliers, voire millions de kilomètres de la Terre.

Cet engin entièrement autonome qui ressemble à une sorte de navette spatiale miniature est donc entouré d’une aura de mystère, et suscite une certaine fascination parmi les amoureux de l’espace qui ne se privent jamais de spéculer sur ses activités.

C’est encore plus vrai pour cette septième mission qui s’annonce encore plus intrigante que d’habitude. On ne sait pas pour quelle raison SpaceX a opté pour un Falcon Heavy — le véhicule le plus lourd de son armada. Cela signifie sans doute que le X-37B embarque des équipements plus lourds que lors de ses missions précédentes. Il pourrait s’agir de technologies de propulsion, d’imagerie ou de communication intéressante d’un point de vue militaire.

Mais le plus intéressant, c’est que contrairement à ses habitudes, le Pentagone a livré une bribe d’information assez croustillante : on sait que cette nouvelle mission impliquera “de nouveaux régimes orbitaux“. Cela a poussé certains experts à suggérer que l’engin va se parquer sur une orbite plus élevée qu’auparavant, voire même passer à proximité de la Lune. C’est une zone d’intérêt majeure pour le gouvernement américain, notamment parce que notre satellite commence à devenir un nouveau théâtre de la rivalité spatiale qu’entretiennent la Chine et les États-Unis.

Les avions spatiaux ont la cote

D’ailleurs, coïncidence ou pas, il convient aussi de mentionner que ce lancement survient à peine dix jours après le départ du Shenlong, un avion spatial chinois que l’on peut considérer comme le concurrent direct du X-37B. Comme son homologue américain, la mission de cet appareil reste secrète. Des chasseurs de satellites ont cependant remarqué qu’il avait déployé six objets inconnus en orbite de la Terre.

Cela a beaucoup intrigué le contingent américain, qui entretient une rivalité politique et économique de longue date avec le pays de Xi Jinping. Désormais, ces frictions sont en train de s’exporter jusque dans l’espace, comme nous l’avons constaté avec les déclarations de la NASA sur le thème de la colonisation lunaire. Il n’est pas impossible que ces avions spatiaux jouent un rôle substantiel dans le bras de fer entre les deux superpuissances à l’avenir.

Il conviendra donc de surveiller attentivement l’évolution de ces véhicules qui pourraient un jour embarquer des armes en bonne et due forme ou des systèmes d’espionnage très sophistiqués.

Un lancement retardé

En théorie, le X-37B aurait même dû devancer son homologue chinois ; il devrait déjà être de retour orbite depuis le 11 décembre. Mais SpaceX a rencontré quelques difficultés qui l’ont forcée à marquer un temps d’arrêt. Une situation assez inhabituelle, dans un contexte où le titan américain a enchaîné les tirs avec une cadence affolante et une régularité remarquable depuis le début de l’année.

Le premier tir a été annulé à cause de problèmes techniques au niveau de l’infrastructure au sol du célèbre Kennedy Space Center. SpaceX n’a pas non plus pu profiter de la fenêtre de lancement du lendemain, pour des raisons assez similaires si l’on se fie aux posts de l’entreprise sur X. Les opérateurs se sont donc rabattus sur la date du 28 décembre.

Heureusement, cette fois, tout s’est passé comme prévu. Il a enfin pu partir le 29 décembre peu après 2 heures du matin pour le public français. Le décollage a été retransmis en direct sur la chaîne YouTube SpaceflightNow. Pour les passionnés, c’était donc une dernière occasion d’observer le X-37b avant quelques années, vu la durée des dernières missions.

🟣 Pour ne manquer aucune news sur le Journal du Geek, abonnez-vous sur Google Actualités.

You May Also Like

More From Author