le réalisateur accusé de violences sexuelles

Estimated read time 4 min read

Philippe Garrel : le réalisateur accusé de violences sexuelles

Le réalisateur français de 75 ans est mis en cause par plusieurs femmes qui l’accusent de leur avoir fait des propositions sexuelles en échange de rôles.

Un nouveau réalisateur français est accusé de violences sexuelles. Dans une enquête de Médiapart, cinq comédiennes accusent le réalisateur Philippe Garrel d’avoir eu des comportements inappropriés à leur égard, notamment des propositions sexuelles en échange d’un rôle ou d’avoir tenté de les embrasser sans leur consentement. Le cinéaste de 75 ans nie la majorité de ce qui lui est reproché.

Parmi les accusatrices, on retrouve la comédienne Anna Mouglalis (Baron noirLa jalousie). Après avoir joué sous la direction de Philippe Garrel en 2013, ce dernier reprend contact avec elle pour un projet de film. L’actrice, de 30 ans sa cadette, l’invite chez elle pour une séance de travail, sans aucune ambigüité de sa part affirme-t-elle. Elle retrouve alors le cinéaste allongé sur son lit “alors qu’il y avait deux canapés à côté”, l’invitant à se joindre à lui pour une lecture. Elle refuse son comportement “insultant”, dont le réalisateur se défend en assurant avoir subi un malaise.

Une autre comédienne accuse Philippe Garrel de violences. Elle le rencontre en 2018, alors qu’il a 70 ans et qu’elle en a 28. Il lui aurait d’abord donné rendez-vous dans un hôtel pour discuter d’un rôle, ce que la comédienne refuse avant de le rencontrer à la terrasse d’un café. Là, elle l’accuse de lui avoir caressé la cuisse. Lorsqu’elle quitte le rendez-vous, il aurait “insisté pour la raccompagner” avant d’essayer de l’embrasser. Le réalisateur nie avoir tenté de l’embrasser sur la bouche et s’excuse si sa “tentative de séduction, déplacée ou maladroite, a pu la blesser”. Trois autres accusatrices disent avoir subi des gestes et tentatives de baisers non consentis.

Marie Vialle et Clotilde Hesme dénonce son comportement

De son côté, Marie Vialle, actrice française vue dans Les inséparables en 2008 et plus récemment au théâtre, affirme que Philippe Garrel lui avait proposé d’écrire un film pour elle alors qu’elle était élève au Conservatoire entre 1994 et 1997 et qu’il était son professeur. Lors d’un rendez-vous professionnel, il lui aurait dit être amoureux d’elle et ne “pas pouvoir faire le film si je ne couche pas avec toi”. Clotilde Hesme (Les chansons d’amour) affirme, elle, avoir été humiliée par Philippe Garrel sur le tournage des Amants réguliers (2005), qui la surnommait “L’inceste” puisque le film détaillait une histoire d’amour entre son fils [Louis Garrel] et l’actrice. Laurence Cordier (Une belle équipe) assure de son côté que le réalisateur lui aurait proposé de “payer l’hôtel” et de l’avoir prise par la taille malgré son refus.

Philippe Garrel se défend

Philippe Garrel nie la plupart des accusations qui sont formulées contre lui auprès de Médiapart, s’excusant toutefois auprès de certaines victimes d’avoir “mal interprété” leur ressenti ou de ses “tentatives de séduction”. éÀ la lecture de tous ces témoignages, je réalise la différence entre ce que j’imaginais alors et ce que je leur ai fait vivre, précise-t-il. J’avais déjà pris conscience de la culture qui m’a façonné, et cela a ouvert en moi une remise en question.” De son côté, Anna Mouglalis affirme avoir été contactée par le réalisateur pour qu’elle retire son témoignage, mais l’avocate de Philippe Garrel réfute les accusations de pression : “Il a fini par lui dire qu’elle devait faire ce que lui dictait sa conscience. Mon client me précise qu’il n’a exercé aucune pression sur cette actrice, et que sa démarche ne saurait être interprétée comme telle.”

You May Also Like

More From Author