le secret derrière cette scène clé du grand final de la série Netflix

6 min read

Adaptée d’une saga à grande échelle, la série Netflix Le Problème à 3 corps se conclut presque sur un échec. À moins que…

Le Problème à 3 corps était très attendue, et ce pour… 3 raisons. Premièrement, il s’agit de la nouvelle série de David Benioff et D. B. Weiss, portés aux nues puis conspués pour leur travail sur Game of Thrones. Deuxièmement, la plateforme Netflix leur a donné des moyens qui excèdent même ceux d’HBO, en quête de son prochain gros phénomène télévisuel. Enfin, troisièmement, il s’agit de l’adaptation d’une saga de science-fiction littéraire à grand succès et d’une ambition assez vertigineuse.

À lire aussi : notre critique du Problème à 3 corps

Les nombreux lecteurs des romans sont donc en train de débattre sur les choix et approches de cette première saison, qui devrait bien sûr en précéder une deuxième, voire une troisième, du moins si l’on en croit les showrunners et la trilogie de Liu Cixin (Netflix n’a évidemment rien confirmé pour le moment). Et il est une scène qui interroge plus que d’autres, aussi bien chez les connaisseurs que chez les néophytes, puisqu’elle se situe dans la dernière partie et semble à première vue inutile. Voilà pourquoi il n’en est rien et pourquoi il s’agit d’une audace de la part des scénaristes.

ATTENTION, SPOILERS SUR TOUTE LA SAGA !

 

Le Problème à 3 corps : photoSe lancer dans la lecture du livre, allégorie

 

Du Problème à 3 corps à La Mort Immortelle

Le Problème à 3 corps est en réalité le premier tome d’une trilogie constituée également de La Forêt sombre (le meilleur) et La Mort Immortelle (le plus ambitieux). Étant donné la densité des péripéties et des idées scientifiques, parfois philosophiques, qui le constituent, il allait de soi que Benioff et Weiss allaient se contenter d’adapter ce premier volet, ce qui n’est déjà pas une mince affaire en 8 épisodes. Mais contre toute attente, dans les trois derniers, ils sont allés piocher non seulement dans le tome 2, mais aussi dans le tome 3 !

Cela concerne l’arc narratif autour de Will Downing, le personnage joué par Alex Sharp. Dans les livres, il s’appelle Yun Tianming et il n’apparait qu’au début de La Mort Immortelle. Pour rappel, il combat un cancer avancé au moment où l’humanité prend conscience que, non seulement, elle n’est pas seule dans l’univers, mais qu’une espèce extraterrestre, contactée par une scientifique misanthrope, est en route au mieux pour la coloniser, au pire pour l’exterminer. Amoureux de son amie scientifique et millionnaire, il décide de lui acheter une étoile et prendre part à son “projet escalier”, consistant à envoyer son cerveau aux San-Ti (trisolariens dans le roman).

 

Le Problème à 3 corps : Alex SharpFree Will

 

Pourquoi avoir avancé si loin dans la trilogie ? C’est à cause des deux grands défis imposés par l’adaptation de Liu Cixin. D’une part, la temporalité est difficile à restituer. Les tomes 2 et 3 font d’immenses bonds dans le temps, relatant l’évolution de l’humanité sur des siècles et abandonnant parfois certains personnages à leur sort. De toute évidence, les scénaristes ont voulu regrouper les époques en dépit de l’organisation narrative. Yun Tianming évoluant au XXIe siècle, ils lui ont fait côtoyer ses contemporains.

D’autre part, le récit carbure souvent au concept pur. Anticiper cette tragique histoire d’amour insuffle au récit la dose d’amourettes exigée par une superproduction populaire, qui plus est sous la houlette de Netflix.

 

Le Problème à 3 corps : photoCasting d’ensemble

 

Le lancement est-il vraiment raté ?

Le sacrifice de Will n’est donc pas à retrouver dans Le Problème à 3 corps. D’ailleurs, le déplacement de son histoire change complètement la façon dont elle est appréhendée. Dans le roman, les informations divulguées par le deuxième tome, telles que la théorisation de la Forêt sombre, donnent à sa décision un poids plus considérable encore. Mais surtout, dans la série, cette histoire s’achève sur un échec, en plein climax. Un choix qui lui donne des airs de cliffhanger géant, mais qui surprend dans le dernier acte d’une production aussi spectaculaire, qui ne connait pour ainsi dire aucune forme de conclusion.

Pour le spectateur n’ayant pas eu la chance de se plonger dans le texte, toute cette partie de l’intrigue pourrait même sembler complètement inutile, puisqu’après moult préparations, le fameux “projet escalier” (qui consiste donc à faire accélérer la capsule à coups d’explosions nucléaires) échoue et le cerveau de Will dévie dans l’espace, sans trop de chances d’accomplir son destin. Or, dans le roman, il y a bien une fin à cette histoire, une fin qui symbolise toute la trajectoire accomplie par l’humanité durant ces 400 ans, d’où sa présence dans le troisième tome, à laquelle elle confère d’ailleurs plus ou moins son nom, comme d’autres éléments.

 

Le Problème à 3 corps : photo, Alex SharpLa lecture de la fin du livre

 

Au sein de La Mort Immortelle donc, la capsule de Yun Tianming est également déviée par un incident technique. On le retrouve bien plus tard, après d’innombrables retournements de situation, de relations tantôt conflictuelles, tantôt collaboratives, de guerre tantôt froide, tantôt bouillante entre aliens et humains. Il a bien été intercepté par les trisolariens et s’est trouvé une place confortable dans leur société. Il est autorisé à rencontrer la femme à qui il a acheté une étoile, ici nommée Cheng Xi, et en profite pour lui délivrer des informations via une énigme archi-complexe. Difficile de plus rentrer dans les détails sans résumer sur plusieurs pages un récit imposant.

Un récit qui prend des proportions telles qu’on voit mal comment la série pourra garder le rythme. Le seul moyen de découvrir comment ils se débrouilleront ? Se mettre en hibernation et patienter jusqu’à la potentielle saison 2, dont l’existence (elle risque de coûter bonbon) dépendra probablement du succès de cette première salve. Et sinon, il reste toujours la trilogie romanesque, dont on ne peut que conseiller la lecture.

You May Also Like

More From Author