les circonstances de l’accident se précisent

6 min read

Une agricultrice tuée sur un blocage en Ariège : les circonstances de l'accident se précisent

Une agricultrice est décédée lors d’un accident dans une mobilisation du secteur agricole à Pamiers, en Ariège, ce mardi 23 janvier. L’accident ne semble revêtir aucun caractère intentionnel.

Une manifestation d’agriculteurs a pris un tournant dramatique. Un accident mortel est survenu sur un point de blocage organisé à Pamiers, dans l’Ariège, très tôt ce mardi 23 janvier. “Trois adhérents” de la FNSEA ont été victimes de l’accident selon le président du syndicat agricole majoritaire. “Une femme est décédée, son mari et sa fille sont dans un état compliqué”, a précisé Arnaud Rousseau sur BFMTV-RMC. Le père et et la fille se trouvent dans un “situation grave  et critique”, selon le procureur général de la cour d’appel de Toulouse, Franck Rastoul, interrogé par France Bleu Occitanie. A la mi-journée, le parquet de Foix avait indiqué que l’enfant, une adolescente de 14 ans, avait succombé à ses blessures, mais cette information, reprise par Linternaute, était erronée.

La piste accidentelle privilégiée

Les circonstances exactes de l’accident commencent à s’éclaircir. Une enquête en flagrance a été ouverte pour les chefs d’homicide involontaire aggravé et de blessures aggravées et confiée au commissariat de Pamiers. D’après les premiers éléments, “les faits en cause ne paraissent pas revêtir un caractère intentionnel”, a indiqué dans un communiqué le tribunal judiciaire de Foix.

Selon le déroulé des faits présenté par le tribunal de Foix, le véhicule ayant forcé le barrage des agriculteurs arrivait de Toulouse et se dirigeait vers l’Andorre. Il a “emprunté la route nationale 20, malgré le dispositif mis en place pour en interdire l’accès”. “En circulant sur la double voie, le véhicule a percuté, en pleine nuit, et sans éclairage public à proximité, un mur de bottes de paille, érigé sur toute la hauteur jusqu’au pont, et alors que ce mur de paille était recouvert d’une grande bâche noire” poursuit le communiqué. Or c’est derrière ce mur de paille que les agriculteurs se restauraient, trois des manifestants ont été percutés avant que la voiture ne termine sa course contre la remorque d’un tracteur. Les enquêteurs n’expliquent pas encore comment ou pourquoi le véhicule a contourné les dispositifs pour sécuriser et interdire l’accès.

Les trois occupants du véhicule, un couple et une de leurs amies, tous de nationalité étrangère, ont été placés en garde à vue et doivent être rapidement entendus. Le conducteur âgé de 44 ans a été soumis à des tests de dépistage pour l’alcoolémie et les stupéfiants, tous se sont révélés négatifs.

Les témoignages des agriculteurs sur place ont décrit une voiture roulant à grande vitesse venue percuter le mur de paille érigé par les agriculteurs. “Ils sont passés à une vitesse folle, sur les bas-côtés en évitant les plots de béton”, a indiqué pour sa part le vice-président de la FDSEA d’Ariège, Sébastien Durand, auprès de France 3 Occitanie.

Qui sont les victimes ?

Les trois victimes de l’accident formaient une famille d’agriculteurs et participaient à la manifestation du le point de blocage de l’Ariège. La mère de famille et agricultrice, prénommée Alexandra et âgée d’une trentaine d’années, est décédée. Sa fille âgée de 14 ans et son mari sont également grièvement blessés et pris en charge. 

L’agricultrice était éleveuse de vaches et productrice de maïs dans le village de Saint-Felix-de-Tournegat, à quelques kilomètres de Pamiers, rapporte Le Parisien. Les trois membres de la famille étaient également adhérents à la FDSEA selon les informations de La Dépêche du Midi. “Alexandra était une personne vraie, impliquée dans énormément de choses, très passionnée par la chasse” a indiqué, très ému, l’exploitant agricole Jérôme Bayle, amie de la victime et figure du mouvement des agriculteurs auprès de l’AFP. L’agricultrice était également une élue de conseil municipal de sa commune.

Un drame qui “va renforcer notre détermination”

L’accident mortel dans l’Ariège est un “drame” que “nous bouleverse tous” a déclaré le président de la FNSEA sur BFMTV-RMC, ce mardi matin. Arnaud Rousseau a également enjoint “les agriculteurs à être vigilants sur les conditions de sécurité”. “Faire passer nos messages, c’est aussi assurer la sécurité de chacun […] Il y a une absolue nécessité à éviter ce genre d’accidents dramatiques qui nous endeuillent tous”, a-t-il ajouté.

Les Jeunes agriculteurs comme la FDSEA de l’Ariège ont annoncé la levée du blocage à proximité de la N20 et de la RD119, au niveau de Pamiers, quelques heures après l’accident. Les syndicats locaux “témoignent tout leur soutien aux proches et à la famille des victimes”. Ce drame bouleverse le mouvement au niveau national, mais il “va renforcer la détermination” du mouvement selon le vice-président de la FNSEA, Luc Smessaert, contacté par BFMTV : “Ça ne donne que du sens et des valeurs à notre combat. Si cette famille était sur ce barrage, c’est qu’il y a un mal-être.” Et le syndicaliste d’ajouter et d’insister : “Quand on est sur ces barrages, il a toujours beaucoup de dignité. Ces agriculteurs sont là bien malgré eux. […] Il y a besoin de changer.”

Le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau a également réagi, tenant à adresser ses condoléances à la famille des victimes. “C’est un drame pour nous tous”, a-t-il écrit sur X, assurant que son ministère est “en lien étroit avec la préfecture de l’Ariège pour connaître les circonstances exactes de l’accident”.

You May Also Like

More From Author