Les hôtesses de l’air révèlent la nourriture et les boissons qu’elles ne consommeraient jamais dans un avion

5 min read

Les hôtesses de l'air révèlent la nourriture et les boissons qu'elles ne consommeraient jamais dans un avion

Trois hôtesses de l’air ont révélé les repas qu’elles ne mangeraient jamais et les boissons que les passagers devraient absolument éviter à bord d’un avion.

Lorsqu’il s’agit de repas en plein vol, personne n’est mieux placé que les agents de bord des compagnies aériennes pour savoir quelle nourriture est préférable ou non de consommer. Le Huffington Post s’est entretenu avec trois hôtesses de l’air qui préparent au quotidien les plateaux repas. Bien que tous les aliments passent par un processus réglementaire approfondi avant d’être servis dans un avion, les conseils de ces membres d’équipage méritent d’être entendus… 

A bord d’un avion, consommer l’eau du robinet, le thé et le café avec prudence

Si l’eau en bouteille peut être consommée sans problème, l’eau du robinet, en revanche, est déconseillée à bord d’un avion en raison de sa qualité. Et par extension, le thé et le café servis à bord sont également contre-indiqués, tout comme les cubes de glace dans votre whisky. En effet, selon une hôtesse de l’air d’une compagnie aérienne américaine prénommée Whytney et interrogée par le Huffington Post, “tout dépend de la fréquence à laquelle les tuyaux sont nettoyés (…) Le problème n’est pas tellement aux États-Unis mais, dans d’autres pays, des réglementations similaires ne sont pas en place”.

La viande plutôt à éviter

D’autres membres d’équipage toujours interrogées par le Huffington Post mettent en garde contre la consommation de steaks et de filets. “Les fours ne sont pas si grands et il n’y a qu’une quantité limitée de nourriture qui peut y rentrer”, a confié Denis, un agent de bord de Delta Air Lines. Ce qui signifie que la viande est généralement mal cuite et difficile à manger. Un autre aliment à éviter, a déclaré un autre agent de bord prénommé King, ce sont les plateaux de fromages “car ils ne sont pas trop frais”. “Ils sont faits de fromage, bien sûr, mais ce sont essentiellement des produits de longue conservation”.

Enfin, notre hôtesse de l’air Whytney déconseille la consommation de tout aliment salé comme les pâtes, les soupes ou les sandwichs avec de la viande et certains plats indiens, car la nourriture trop transformée et trop riche en sodium peut entraîner des maux de tête, de la constipation ou de la fatigue liés à la déshydratation. Mais alors que peut-on manger sans risquer quoi que ce soit ? Vanessa Rissetto, diététicienne, conseille “l’eau de coco pour aider à l’hydratation” et “des aliments entiers comme des légumes et des fruits, ou des protéines maigres”.

Mauvaise nouvelle : l’avion augmente les effets de l’alcool, gare aux bulles !

“L’alcool affecte négativement votre corps en haute altitude”, prévient de but en blanc WhytneyA bord, on peut être tenter de se détendre, une fois le stress du décollage passé, avec une bonne bière ou une coupe de vin ou de champagne pour les plus chanceux. Or, boire de l’alcool “peut produire des étourdissements ou de l’hypoxie” à bord de l’avion, alerte la docteure Clare Morrison au Huffington Post, en raison de “la pression barométrique dans la cabine d’un avion” qui “est inférieure à la normale” ! En d’autres termes, le faible niveau d’oxygène absorbé dans vos tissus corporels, causé par la pression réduite, va engendrer une plus grande ivresse dans les airs qu’au sol après avoir consommé la même quantité d’alcool. 

“Les pires sont le champagne et les associations du type whisky-soda. Ce sont les bulles le problème”, détaille la médecin Maryse Dupré auprès de Madame Figaro. “Elles sont créées avec du gaz carbonique. Ce dernier dilate les vaisseaux sanguins, ce qui fait que les intestins absorbent plus vite l’alcool et, donc, l’ivresse atteint plus rapidement son paroxysme qu’au sol”. On l’admet, avec toutes ces recommandations, il ne sera pas facile de se réjouir de son plateau-repas en plein vol !

https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8814
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8815
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8816
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8817
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8818
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8819
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8820
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8821
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8822
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8823
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8824
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8825
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8826
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8827
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8828
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8829
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8830
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8831
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8832
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8833
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8834
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8835
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8836
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8837
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8838
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8839
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8840
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8841
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8842
https://gitlab.openmole.org/charlesbloom095/cloudme/-/issues/8843

You May Also Like

More From Author