Les mesures de sécurité sont rehaussées dans certains palais de justice du Québec

De nouvelles mesures de sécurité ont été déployées dans certains palais de justice comme celui de Longueuil, à la suite de l’agression armée survenue dans cet édifice le 9 janvier dernier, a indiqué Québec mardi. 

Tout comme à Longueuil, les palais de justice de Laval et de Saint-Jérôme utiliseront désormais des moyens comme des bâtons détecteurs de métal et des fouilles à l’entrée. Cela vise à « rassurer » ceux qui doivent se rendre dans ces bâtiments, a précisé Louise Quintin, relationniste au ministère de la Sécurité publique. 

Un interprète judiciaire de 68 ans, Hai Thach, a été hospitalisé la semaine dernière après avoir été blessé au haut du corps par couteau au palais de justice de Longueuil. Alexandre Garcés, un homme de 44 ans qui a été arrêté sur place, fait face à quatre chefs d’accusation, soit tentative de meurtre, voies de fait graves, voies de fait armées et possession d’armes dans un dessein dangereux. 

« C’est d’une violence gratuite et inouïe », déplore Franck Perales, président du Syndicat des constables spéciaux du gouvernement du Québec. Il se réjouit cependant du fait que les nouvelles mesures instaurées permettront de « rehausser de façon sérieuse » la sécurité des usagers de ces édifices. 

Quand on entre dans un palais de justice comme dans un centre d’achat, une épicerie ou une pharmacie, je n’en reviens jamais

Des arches de sécurité réclamées

Tous les palais de justice québécois devraient être munis d’arches de détection de métal et d’appareils à rayon X à l’entrée, comme l’est celui de Montréal, selon M. Perales. « En faisant ça, on crée un environnement sécurisé et contrôlé. On sait que tous ceux qui sont rentrés dans le palais de justice ne possèdent pas d’armes sur eux. Ceux qui ne voudront pas se soumettre, c’est libre à eux, mais ils ne pourront pas pénétrer dans l’édifice. »

Des travaux d’analyse sont en cours « afin d’ajouter des arches dans certains palais de justice et d’autres mesures au besoin pour maintenir le sentiment de sécurité », ont assuré conjointement le cabinet du ministre de la Sécurité publique, François Bonnardel, et celui du ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette.

Ces deux derniers réitèrent que les « palais de justice sont sécuritaires ». Sans vouloir alarmer la population, Franck Perales met toutefois en doute cette affirmation. « Quand on entre dans un palais de justice comme dans un centre d’achat, une épicerie ou une pharmacie, je n’en reviens jamais », lance-t-il. 

Il demande donc au gouvernement de mettre à la disposition des constables spéciaux les moyens nécessaires pour qu’ils puissent bien veiller à la sécurité des citoyens qui fréquentent les palais de justice. « Est-ce qu’on doit vraiment attendre que quelqu’un y décède un jour pour dire qu’effectivement on va investir ? […] Pour sécuriser l’ensemble des palais de justice, oui, il y aura des travaux qui devront être réalisés, mais on peut y aller par séquence », avance le président du syndicat.

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author