Les secrets de l’enregistrement de « Fighter », la chanson gagnante du Luxembourg

4 min read

« Ça me donne des vibes de Shakira. Je ne sais pas si j’aime ou pas », « On réessaye, un peu plus épique. Pense : “stade” »… Début décembre, dans un studio d’enregistrement du cœur de Paris, le compositeur et producteur Silvio Lisbonne donne ses conseils à Tali Golergant. La chanteuse de 23 ans est en train d’enregistrer Fighter, la chanson avec laquelle elle a triomphé samedi à la sélection luxembourgeoise pour l’Eurovision.

« Cette partie est la plus technique vocalement. On peut faire plusieurs prises ou ça va te fatiguer ? », lui demande-t-il. Pas de problème pour la jeune artiste, studieuse et volontaire, qui est prête à tenter différentes intentions. « Cette partie-là, je me sentirais plus à l’aise de la chanter en falsetto », suggère-t-elle. Les compliments pleuvent.

« Je suis scotchée. Elle est hypertechnique vocalement, avec un feeling un peu oriental. Elle a vécu en Argentine et elle apporte aussi cette influence-là au morceau », glisse Manon Romiti, la coautrice de la chanson.

Au départ, la chanson était pensée pour un homme

Fighter dormait dans les tiroirs depuis trois bonnes années. « Avec Silvio et Ana Zimmer, on avait fait une session d’écriture en compagnie du producteur et compositeur italien Dardust. Il sortait de son succès avec Mahmood, qui s’était classé deuxième de l’Eurovision 2019 avec Soldi », explique Manon Romiti. « Fighter était bilingue, avec des paroles en français et en anglais, dès le départ. Elle est casse-gueule, avec des ambitus [des écarts de notes] de fous », poursuit-elle, confiant que l’objectif était de la proposer pour l’Eurovision. Le Luxembourg s’est montré intéressé. Que Silvio Lisbonne et Manon Romiti soient français n’est pas contraire au règlement de la sélection du Grand-Duché : si les interprètes doivent être luxembourgeois, les auteurs et compositeurs des chansons en lice peuvent être d’autres nationalités.

Encore fallait-il trouver l’artiste idéal – dans un premier temps, le titre était envisagé pour un chanteur. Tali est arrivée sur le projet seulement en novembre. La jeune femme, qui étudie à New York depuis quatre ans, s’était présentée à la fin de l’été aux auditions de la sélection du Luxembourg, poussée par des amis.

L’Eurovision lui évoque surtout son grand-père, décédé dans un accident quand elle avait 15 ans. « Cela me ramène à lui. C’est grâce à lui que je connais le concours. Chaque année, il m’envoyait toutes les infos sur l’Eurovision, j’en avais plein ma boîte mail », se remémore-t-elle amusée.

« Je me suis souvent demandé si j’étais suffisamment talentueuse »

Les chansons sur lesquelles elle avait d’abord travaillé n’ont pas été retenues par le comité de sélection. Une nouvelle chance lui est donnée lorsque, au milieu de l’automne, elle est mise en contact avec Silvio Lisbonne, car Fighter est dans les radars de la production. Depuis sa chambre new yorkaise, elle enregistre une démo, une version brute de la chanson. « Quand j’ai écouté ces mémos vocaux qu’elle nous a envoyés, je me suis dit : “C’est elle qu’il nous faut !” », raconte Manon Romiti.

Tali, qui se dit très « picky », très sélective, par rapport à ce qu’elle fait, avance avoir trouvé une « connexion » avec ce morceau. « Il me permet de montrer les différentes couleurs de ma voix. Et j’aime le message qui parle du fait de se sentir minable, rejetée… toutes ces choses que l’on peut vivre en tant que musicienne, mais de persévérer, trouver sa force, d’être a fighter, une combattante. A New York, je me suis souvent demandé si j’étais suffisamment talentueuse, si je pouvais faire carrière. »

Quand on lui demandait, en décembre, ce que cela lui ferait de réprésenter le Luxembourg à l’Eurovision 2024, Tali répondait : « Ce serait énorme. Mon amour pour la musique est né au Luxembourg. J’y ai fait le conservatoire, pris des cours de danse. Toutes les disciplines artistiques dans lesquelles je m’épanouis, je les ai apprises là. » Son rêve, samedi soir, est devenu réalité. En remportant les votes des jurys et du public au Luxembourg Song Contest, elle a décroché son ticket pour l’Eurovision à Malmö.

You May Also Like

More From Author