Les taux ne renoueront pas avec leur niveau prépandémique de sitôt, prévient Tiff Macklem

Il n’est pas question de mener une lutte contre l’inflation « timide », souligne Tiff Macklem. En entrevue au Devoir, le gouverneur de la Banque du Canada dit que le temps de la baisse des taux « viendra », mais qu’il est « encore trop tôt » pour s’avancer sur un horizon. Il veut laisser à la politique monétaire le temps de faire son oeuvre — elle qui n’a, jusqu’à maintenant, pas provoqué une situation de « crise ». 

« Les marchés financiers pensent que si on n’est pas en train de hausser les taux, on doit les baisser. Mais c’est aussi possible de les maintenir », fait valoir le dirigeant de l’institution responsable de la politique monétaire au pays. C’est justement dans cette phase de stabilisation que s’inscrivent aujourd’hui les taux d’intérêt. 

« Avec toutes les données qui sont sorties dans les derniers mois, avec nos nouvelles prévisions, nous sommes plus confiants que nous avons suffisamment monté le taux directeur. Et maintenant l’emphase est à savoir : pour combien de temps on doit le laisser à 5 % ? » explique M. Macklem. 

Mais pas question encore de « parler de réductions des taux d’intérêt », même si « ce temps viendra », dit-il. Pour le moment, il est « encore trop tôt » et il faut qu’il y ait « plus de progrès » sur le plan de l’inflation avant que les autorités puissent avoir cette discussion. 

« Ce n’est pas une période facile, mais on n’est pas dans une crise en ce moment », soutient Tiff Macklem, s’appuyant sur des données selon lesquelles les Canadiens sont encore en mesure de rembourser leur prêt hypothécaire.

Peu probable que les taux redescendent fortement 

Le gouverneur de la Banque du Canada se défend par ailleurs de faire évoluer la politique monétaire en regardant « dans le rétroviseur », c’est-à-dire en prenant des décisions sur la base des indicateurs des derniers mois, comme le lui a récemment reproché l’économiste en chef du Mouvement Desjardins, Jimmy Jean. 

« On ne pense pas qu’on va attendre jusqu’à ce que  l’inflation soit retournée à 2 % pour réduire le taux d’intérêt. On regarde vers  le futur et on regarde où s’en va l’inflation. Ce qu’on dit, en ce moment, c’est qu’on a besoin d’être plus confiants que l’inflation est en bonne voie », répond-il. 

De passage à Montréal, sa ville natale, Tiff Macklem a donné une allocution plus tôt en journée mardi à l’occasion d’une conférence organisée par le Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM).

Devant un parterre de gens d’affaires, il a fait savoir qu’il « n’anticipe pas que les taux d’intérêt vont retourner à leur niveau  pandémique, même probablement pas à leur niveau d’avant la pandémie », de sitôt. En d’autres mots, quand le taux directeur se mettra à fléchir, la baisse ne devrait pas être aussi vertigineuse qu’a été la hausse des dernières années.

Chose certaine, Tiff Macklem ne veut pas mener une lutte contre l’inflation « timide », comme cela a été le cas, selon lui, au courant des années 1970 à 1980. « Ce que nous avons appris de ces années-là, c’est que les autorités étaient trop timides. [Elles] ne voulaient pas d’inflation, mais [elles] ne gardaient pas le cap. Et donc les Canadiens ont eu besoin de vivre avec une inflation très haute, très volatile, pendant plus d’une décennie, qui s’est arrêtée avec une récession sévère », a-t-il exposé.

Interrogé sur la valeur du taux neutre — un niveau où le taux directeur ne ralentit ni ne stimule l’économie — au cours des prochaines années, le gouverneur de la Banque du Canada a dit qu’il existait « beaucoup d’incertitude » sur cette question. « Quand on utilise les modèles avec les données historiques, ça suggère quelque chose entre 2 % et 3 %. Quand on regarde le futur, c’est plus probable que ce sera plus haut que plus bas », a-t-il fait valoir.

Dans sa plus récente décision sur le taux directeur en janvier, la Banque du Canada a maintenu celui-ci inchangé à 5 % pour une quatrième fois d’affilée. La prochaine annonce sur le taux directeur aura lieu le 6 mars prochain.

Pas de pouvoir sur la pénurie de logements

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author