Les traditions ouïgoures dans l’oeil de Valérian Mazataud

3 min read


Environ 200 000 Ouïgours vivent — en toute sécurité — dans le sud-est du Kazakhstan, à proximité de la région du Xinjiang, en Chine, où leurs confrères subissent une violente répression aux mains de Pékin. Ils y perpétuent avec fierté leur culture et leur langue. Incursion au mariage de Malika, célébré en grande pompe selon les rites traditionnels ouïgours dans le village de Besagash, en banlieue d’Almaty.

 

Ce reportage a été financé grâce au soutien du Fonds de journalisme international Transat-Le Devoir.

1
Un mariage ouïgour célébré dans le village de Besagash, en banlieue d’Almaty, au Kazakhstan. Les femmes sont réunies dans une salle tandis que les hommes sont rassemblés dans une autre. Ici, la mariée, Malika, entourée de ses dames d’honneur, attend de prendre part à un rite consistant à séparer un pain et à partager un bol d’eau, de sucre et de sel. Valérian Mazataud Le Devoir

2
À gauche : Yasmina Arziyeva étudie à Chypre, mais était de retour dans la région d’Almaty pour le mariage de Malika, son amie d’enfance. « Je suis très fière de nos magnifiques traditions ouïgoures et de nos plats traditionnels. J’adore le “laghman”. » À droite : Sitora Salikhova portait une robe traditionnelle tadjike pour le mariage de sa soeur. Sa mère est Ouïgoure, alors que son père est Tadjik. « Je parle parfois l’ouïgour avec ma grand-mère maternelle. » Valérian Mazataud Le Devoir

3
Une danseuse d’une troupe traditionnelle ouïgoure descend vers la salle de bal. « Ici, au Kazakhstan, on peut vivre notre culture librement, parce qu’on ne subit pas de répression comme en Chine », glisse Islam, un danseur et musicien ouïgour.  Valérian Mazataud Le Devoir

4
La jeune mariée observée par deux petites filles Valérian Mazataud Le Devoir

5
Les mariés font leur entrée sous une arche formée de «karnay», ces immenses trompettes traditionnelles d’Asie centrale, accompagnées de flûtes «surnay».  Valérian Mazataud Le Devoir

6
Dans la salle de bal aux allures de temple gréco-romain, une troupe de danseurs et de musiciens traditionnels ouïgours anime la soirée, sous les lumières stroboscopiques et les projections multimédias.  Valérian Mazataud Le Devoir

7
Des «manti», raviolis ouïgours cuits à la vapeur, au restaurant Ipar Valérian Mazataud Le Devoir

8
Un restaurateur cuit des brochettes de kébab dans le village ouïgour de Baïsseit. « Ici [au Kazakhstan], on ne subit pas de racisme », souligne Rizvangoul, une vendeuse du village.  Valérian Mazataud Le Devoir

9
Dans le village ouïgour de Baïsseit, au Kazakhstan, un cuisinier prépare des «laghman», plat le plus populaire de la cuisine ouïgoure, composé de nouilles étirées à la main, de légumes et de viande. Valérian Mazataud Le Devoir

10
À gauche : des piles de «tandyr nan», un pain plat typique de la cuisine ouïgoure. À droite : à quelques dizaines de kilomètres de la frontière chinoise, la ville kazakhe de Jarkent abrite une mosquée dessinée par un architecte chinois à la fin du XIXᵉ siècle.  Valérian Mazataud Le Devoir

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author