l’Europe a un problème avec une application incontournable

Pour Apple en Europe, il y a un avant et un après l’entrée en vigueur du DMA. Ce règlement sur les marchés numériques ne fait pas les affaires du géant américain, qui a pourtant dû faire des concessions pour se conformer à la nouvelle législation. Résultat, l’iPhone est plus « ouvert » que jamais sur le Vieux Continent. Son système d’exploitation iOS permet l’arrivée des boutiques d’applications tierces, une meilleure portabilité des données ou de choisir le navigateur web par défaut. Ce dernier changement est l’un des plus visibles pour les utilisateurs, avec la possibilité de télécharger une application depuis le web. La bêta d’iOS 17.5 apporte cette fonctionnalité qui a longtemps semblé inaccessible aux propriétaires d’iPhone.

Néanmoins, la firme de Cupertino n’a pas entièrement convaincu la Comission européenne avec ces changements. Dès l’entrée en application du DMA, une enquête a été ouverte contre trois GAFAM (Apple, Meta et Google) que l’Europe soupçonne de ne « pas se conformer entièrement au DMA ». Dans un discours, la vice-présidente exécutive de la Commission, Margrethe Vestager, a fait le point sur l’ouverture de ces enquêtes de non-conformité. Apple figure en première en ligne et la dirigeante européenne reproche à la marque à la pomme de « ne pas permettre la désinstallation facile des applications ». Elle vise surtout l’application Photos, présente sur les iPhone et que l’utilisateur ne peut pas désinstaller.

L’app Photos au cœur d’une nouvelle passe d’armes entre l’UE et Apple ?

« Les “gatekeepers” ont l’obligation de permettre la désinstallation facile des applications et la modification aisée des paramètres par défaut. Ils doivent également afficher un écran de choix. Le modèle de conformité d’Apple ne semble pas répondre aux objectifs de cette obligation. En particulier, nous craignons que la conception actuelle de l’écran de choix du navigateur web ne prive les utilisateurs finaux de la possibilité de prendre une décision en toute connaissance de cause. Exemple : ils ne favorisent pas l’engagement de l’utilisateur à l’égard de toutes les options disponibles », précise Margrethe Vestager. Elle ajoute qu’Apple « n’a pas non plus rendu plusieurs applications désinstallables (l’une d’entre elles serait Photos) et empêche les utilisateurs finaux de modifier leur statut par défaut (par exemple Cloud), comme l’exige le DMA ».

L’Europe pourrait rapidement demander des explications à Apple, afin d’obliger la firme à autoriser la désinstallation de l’application. La demande apparaît comme légitime dans le cadre du Digital Markets Act, mais rendre possible la désinstallation de Photos ne sera pas forcément aisée.

Est-il possible de désinstaller Photos ?

L’application Photos de l’iPhone n’est pas seulement une visionneuse d’images et s’inscrit au cœur du fonctionnement d’iOS. Elle gère notamment les permissions accordées aux applications pour accéder à vos photos et d’autres fonctions d’iOS. S’il est possible de masquer une telle application, Photos doit être assimilé à une application système qu’il sera difficile à désinstaller.

Dans le cas d’Apple, la firme devrait revoir une partie du fonctionnement de son système d’exploitation en profondeur. De plus, le fait d’autoriser une application concurrente à accéder aux photos soulèvera des problèmes de confidentialité. Pour le spécialiste John Gruber, cette demande n’est pas raisonnable tandis que le développeur Steve Troughton-Smith estime sur Mastodon que le changement est possible sans « réécrire iOS ». Outre Photos, les applications Paramètres, Appareil photo, App Store, Téléphone, Messages et Safari ne peuvent pas encore être désinstallées sur iOS.

Le cas rappelle un peu celui de Microsoft qui a attendu le DMA pour permettre la désinstallation d’applications intégrées par défaut dans Windows. Jusqu’à l’entrée en vigueur de ce texte, il n’était pas possible de les désinstaller complètement du système.

🟣 Pour ne manquer aucune news sur le Journal du Geek, abonnez-vous sur Google Actualités. Et si vous nous adorez, on a une newsletter tous les matins.

You May Also Like

More From Author