Maud Fontenoy prochaine ministre de l’Écologie ?

3 min read

Maud Fontenoy prochaine ministre de l'Écologie ?

Depuis l’annonce de la démission d’Élisabeth Borne lundi, les hypothèses quant à la composition du futur gouvernement vont bon train. Maud Fontenoy fait l’objet de l’une d’entre elles.

Maud Fontenoy pressentie pour intégrer le gouvernement de Gabriel Attal ? Dans ses colonnes, mercredi 10 janvier, l’hebdomadaire Valeurs Actuelles évoquait le nom de cette navigatrice et militante écologiste, un temps vice-présidente (LR) du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur chargée du Développement durable, de l’Énergie et de la Mer. Selon les informations de VA, deux options sont envisageables. Maud Fontenoy pourrait ainsi se voir offrir le poste de secrétaire d’État à la Mer, remplaçant Hervé Berville, en poste depuis le 4 juillet 2022, ou être promue au ministère de la Transition écologique.

Ce n’est toutefois pas la première fois que le nom de Maud Fontenoy est évoqué à l’occasion d’un remaniement. En 2007, comme le rappelle Le Parisien, la navigatrice alors âgée de 30 ans avait hésité à rejoindre le gouvernement en tant que secrétaire d’État chargée de la Jeunesse après l’élection de Nicolas Sarkozy. Si elle n’avait finalement pas franchi le pas, elle s’était dit, quelques années plus tard, en 2015, prête à intégrer le ministère de l’Environnement en 2017 si Nicolas Sarkozy était réélu président. “S’il souhaite mettre en place un vrai programme environnemental, ce que je crois ; s’il fait cette grande conférence sur l’environnement en début d’année comme c’est le projet, que mes propositions sont étudiées et qu’il repasse au pouvoir et me donne la possibilité d’agir, oui j’irais”, avait affirmé sur iTélé celle qui à l’époque avait rejoint Les Républicains quelques mois plus tôt, nous remémore le Journal du dimanche.

Qui est Maud Fontenoy ?

Icône de la mer, Maud Fontenoy s’est fait connaître à l’âge de 25 ans en devenant la première femme à traverser l’Atlantique Nord… à la rame. Si elle a d’autres exploits marins à son palmarès, la navigatrice est aussi connue pour avoir donc été une fidèle de Nicolas Sarkozy, pour qui elle a parfois joué le rôle de caution écologique. À la tête d’une fondation qui “s’engage en France et dans le monde pour préserver les océans”, elle a régulièrement mené des actions d’éducation à l’environnement marin en partenariat parfois avec le ministère de l’Éducation nationale. Mais sa publication, en 2013, de Ras-le-bol des écolos, ouvrage dans lequel elle n’hésite pas à défendre une écologie “pragmatique”, vantant même le gaz de schiste, “atout écologique”, la mettra au cœur de la polémique.

En 2014, ses prises de position pour la recherche scientifique portant sur le nucléaire, les OGM ou encore des pesticides lui valent également de nombreuses critiques de la part des écologistes. Pour autant, en 2019, Jean-Michel Blanquer, alors ministre de l’Éducation nationale, la nomme “Ambassadrice des classes de mer auprès du ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse”. Peut-on y voir un premier lien avec la Macronie, avant une arrivée imminente dans le gouvernement de Gabriel Attal ? Après avoir quitté la vice-présidence du conseil régional de la région PACA en 2021, Maud Fontenoy semblait pourtant vouloir tirer un trait sur sa vie politique. “Quand on s’implique en politique, même de loin, on déclenche la foudre. On vous fait dire n’importe quoi. Face à l’importance des enjeux, les guerres politiciennes m’ont écœurée”, affirmait-elle, comme le relatait en février 2022 Paris-Match

You May Also Like

More From Author