«Nadiya Ukraine»: danser pour se battre

Du 15 au 20 janvier, le Ballet national d’Ukraine présentera d’abord son spectacle au Grand Théâtre de Québec, puis au théâtre St-Denis, à Montréal pour s’envoler ensuite pour Toronto, Regina, Winnipeg et Vancouver. Il mettra en avant plusieurs extraits de ballets de renom, tels que Don Quichotte, Giselle ou Le corsaire, mais soulignera aussi la culture ukrainienne. Une soirée artistique remplie de « Nadiya » (qui signifie « espoir ») visant aussi à récolter des fonds pour le peuple ukrainien. 

« Ce spectacle représente bien tous les styles de danse du Ballet national ukrainien, mais aussi notre culture, alors je pense que ça peut vraiment intéresser le public canadien », explique Mykyta Sukhorukov, un des danseurs principaux de la compagnie. 

Né à Donetsk, dans l’est de l’Ukraine, M. Sukhorukov travaille pour le ballet national depuis onze ans maintenant. Il s’estime chanceux de pouvoir continuer à danser, malgré la guerre, commencée il y a bientôt deux ans. « Les artistes de la compagnie ne peuvent pas se plaindre, car nous avons la possibilité de travailler et de danser, à Kiev notamment, explique l’interprète, diplômé du Collège chorégraphique de Kiev. C’est sûr que nous avons beaucoup de problèmes, mais, quand on regarde dehors, quand on voit les gens lutter pour leur vie, nos problèmes ne sont rien. On fait moins de spectacles qu’avant, mais ce n’est pas important parce qu’on peut continuer à travailler et à faire des tournées qui représentent notre pays et rappellent aux gens que la guerre continue. » En effet, composé de 150 danseurs, le Ballet national d’Ukraine présentait, avant la guerre, 16 productions par mois à l’Opéra national Taras Shevchenko de Kiev. Depuis, le nombre de représentations s’est considérablement réduit. 

L’art comme soutien

Le spectacle Nadiya Ukraine a été créé en août 2022, au Dr. Phillips Center for the Performing Arts à Orlando, en Floride. Les choix chorégraphiques ont beaucoup plu à Mykyta Sukhorukov. « Ça représente à la fois l’essence du Ballet national, mais aussi le ballet classique pur, la tradition. Enfin, on retrouve aussi notre propre ballet, dans le sens où il s’agit de ballet classique, mais avec l’histoire de l’Ukraine, avec des compositeurs de chez nous, des chorégraphes ukrainiens, etc. La danse plus folklorique est aussi présente, tout comme un travail davantage contemporain », ajoute M. Sukhorukov. 

Pour la danseuse étoile Natalia Matsak, cette tournée n’est pas seulement l’occasion de montrer la culture ukrainienne au monde. « Ce ballet doit nous rappeler que nous sommes une nation unie par bien plus qu’un ennemi commun. Nous partageons la langue, la culture, l’art, la beauté et l’histoire. Rappelons-nous que nous ne devons pas perdre notre humanité dans cette lutte pour la survie », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse en septembre dernier. 

En plus du côté artistique, l’interprète considère que cette soirée est très importante puisqu’elle est accompagnée d’une campagne de sociofinancement. Et c’est l’aspect « le plus important » pour M. Sukhorukov. « On espère que les performances vont pouvoir apporter de l’argent aux gens qui sont dans le besoin », dit-il. Une initiative qui a aussi beaucoup touché Natalia Matsak. « En vous joignant à nous, vous n’achetez pas simplement un billet pour assister à un spectacle de classe mondiale donné par certains des danseurs les plus accomplis d’Ukraine. En achetant un billet, vous soutenez les pères, les mères, les fils et les filles touchés par cette brutalité insensée. Se joindre à nous pour cette tournée, c’est soutenir la vie, les arts et toutes les personnes touchées par cette guerre », a-t-elle dit il y a quelques mois. 

Selon les Nations unies, au moins 6 millions d’Ukrainiens ont fui à l’étranger et 8 millions ont été déplacés à l’intérieur du pays, en raison des violences. Des millions d’Ukrainiens ont besoin d’aide humanitaire, d’eau, de nourriture, d’abris et de médicaments. C’est pourquoi le collectif mondial pour la paix HUMANITE, fondé par des réfugiés et des survivants de guerre, et la fondation Olena Zelenska se sont greffés à la tournée du Ballet national. En plus de travailler directement auprès des familles ukrainiennes, ils aident les réfugiés et lancent des projets pour reconstruire le pays une fois la paix revenue. « Les guerres ne se déroulent jamais uniquement pour le territoire. Les guerres se déroulent pour la langue, pour l’histoire et pour la culture. Ce à quoi nous assistons aujourd’hui en Ukraine est une tentative d’effacer une nation par la brutalisation de son peuple et la destruction de sa riche histoire culturelle. Cette compagnie de ballet ne se contente pas de présenter sa culture aux Canadiens, elle la célèbre et la préserve avec défi. Ces artistes ont un rôle à jouer dans ce conflit : ils utilisent l’art et la beauté pour aider les personnes qui font face à des souffrances inimaginables », conclut David Meffe, responsable du développement pour HUMANITE. 

Nadiya Ukraine

Ballet national d’Ukraine, au Grand Théâtre de Québec, les 15 et 16 janvier ; au théâtre St-Denis, à Montréal, 

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author