O’Brother provoque une euphorie légère et très agréable [critique]

Une confiance aveugle

Ce projet des frères Coen, George Clooney n’a pas hésité longtemps avant de le valider. Tellement séduit par le talent des deux frères, l’acteur a choisi d’embarquer pour ce film avant même de lire le scénario. Un script qui ne l’a d’ailleurs pas déçu lorsqu’il a enfin jeté un oeil dessus. 

L’origine du titre

Mais d’où vient le titre O’Brother ? Selon certains, il fait référence au film Les Voyages de Sullivan de Preston Sturges qui suit un cinéaste tentant de réaliser le film O’Brother, where art you ? Les frères Coen se seraient également inspirés des paroles de la chanson “Down in the river to pray” : Oh brother, let’s go down in the river to pray.” Une chanson entonnée dans l’une des scènes du film : celle dans laquelle des Chrétiens blancs sont lavés de leurs pêchés dans une rivière.

Une vraie Odyssée

Pour cette histoire, les frères Coen se sont inspirés d’une oeuvre universelle : L’Odyssée, d’Homère. Les deux cinéastes ont transposé cette histoire dans les années 30. Une inspiration qui transparaît dans certains détails du film notamment le surnom d’un des personnages principaux (Ulysse), le géant borgne Big Dan Teague qui est un clin d’oeil au Cyclope ou encore une statue d’Homère qui apparaît lors de la rencontre  Everett / Big Dan Teague.

Une pointe de réel

Certains personnages d’O’Brother ne sortent pas de l’imagination des frères Coen mais sont directement inspirés de personnages réels. Tommy Johnson (Chris Thomas King) était un musicien de blues qui a vécu entre 1896 et 1956. George “Babyface” Nelson (Michael Badalucco) est un véritable gangster, braqueur de banques et meurtrier qui a sévi dans les années 1930.

Une musique omniprésente

Si O’Brother marque tellement les esprits, c’est également par sa bande originale rassemblant des titres traditionnels de country, blues ou encore folk. Des chansons interprétées notamment par Chris Thomas King, Harry McClintock ou encore The Stanley Brothers. “La musique omniprésente s’inscrit si naturellement dans l’histoire qu’on ne se rend même pas compte qu’il s’agit d’une comédie musicale. L’ensemble provoque une euphorie légère et très agréable”, écrivions-nous dans Première.

John Turturro, un fidèle de l’univers Coen

Présent au casting du film, John Turturro n’en était pas à sa première collaboration avec Joel et Ethan Coen. Avant O’Brother, le génial comédien a déjà plongé dans l’univers noir et décalé des deux frères en tournant dans Miller’s Crossing, Barton Fink et l’inoubliable The Big Lebowski.

Le film culte des frères Coen est à revoir ce soir sur Arte.

Joel et Ethan Coen, reviennent ce soir sur le petit écran. Et ce grâce à la 7e chaîne qui propose de (re)découvrir O’Brother, une comédie portée par George Clooney, John Turturro, John Goodman et Tim Blake Nelson.

Dans le Mississippi, pendant la Grande Dépression, trois prisonniers en cavale, enchaînés les uns aux autres, décident de partir à la recherche du magot d’un braquage de banque, s’élevant à plus d’un million de dollars. George Clooney s’improvise chef de bande en incarnant Ulysse, suivi par ses acolytes John Turturro (alias Pete le râleur) et Tim Blake Nelson (Delmar le simplet).


Les cinq meilleures scènes de George Clooney

“O’Brother fonctionne comme une accumulation aléatoire d’événements picaresques, écrivait-on dans Première à sa sortie, durant l’été 2000. L’intérêt naît de la capacité des héros à s’adapter à la réalité. Tous se transforment, pour le meilleur et pour le pire. Les Coen eux-mêmes ont évolué.  L’ironie et le sarcasme ont disparu pour laisser place à une affection de plus en plus sentie pour des personnages qui n’en sont pas moins des naïfs ou des simplets. La cruauté de la vie n’est jamais ignorée non plus, même quand elle prend la forme fantastique et hallucinante des sirènes. (…) Les Coen ont visuellement atteint un sommet. Avec ses décors d’époque, ses costumes pittoresque et la photo bizarrement décolorée de Roger Deakins, l’image a le style et la force d’un dessin de Crumb. La musique omniprésente s’inscrit si naturellement dans l’histoire qu’on ne se rend même pas compte qu’il s’agit d’une comédie musicale. L’ensemble provoque une euphorie légère et très agréable.”

Avant de retrouver O’ Brother ce soir, voici quelques anecdotes sur une oeuvre devenue culte, illustrées par des images inoubliables du film.


Les frères Coen sont obsédés par les cercles

You May Also Like

More From Author