Plus de 21.000 morts à Gaza, accord de principe pour un corridor vers Chypre

4 min read

Pour mieux comprendre les derniers événements sur le conflit entre le mouvement islamiste palestinien du Hamas et Israël, 20 Minutes fait le point tous les soirs. Entre les déclarations fortes, les avancées diplomatiques ou le dramatique bilan des combats, voici l’essentiel de la journée.

Le fait du jour

Le kibboutz de Nir Oz en lisière de Gaza a annoncé qu’une otage israélo-américaine était morte lors de son enlèvement le 7 octobre pendant l’attaque du Hamas. Judith Weinstein Haggai, 70 ans, était présentée comme la femme la plus âgée retenue en otage dans la bande de Gaza. Selon le kibboutz, elle était « mère de quatre enfants et grand-mère de sept petits-enfants » et exerçait comme « enseignante d’anglais pour enfants à besoins éducatifs particuliers ou ayant des problèmes d’attention et de concentration ».

Le kibboutz de Nir Oz avait annoncé mercredi la mort de son mari Gadi Haggai, 73 ans, également otage à Gaza, dans les mêmes circonstances. Le président américain Joe Biden avait dit avoir « le cœur brisé par la nouvelle ». Les dépouilles du couple se trouvent toujours dans la bande de Gaza, selon le kibboutz.

Le chiffre du jour

21.320. C’est, selon le ministère de la Santé du Hamas palestinien, le nombre de morts recensés depuis le début de la guerre, le 7 octobre, dans la bande de Gaza. Le porte-parole du ministère, Ashraf al-Qudra, a également fait état de 55.603 blessés durant la même période. Selon lui, le dernier bilan comprend 210 personnes « dont des familles entières », tuées dans des frappes israéliennes lors des vingt-quatre dernières heures.

La phrase du jour

La population de la bande de Gaza est en grand danger. »

Tels sont les mots du chef de l’Organisation mondial de la santé (OMS). Tedros Adhanom Ghebreyesus a appelé la communauté internationale à prendre « des mesures urgentes pour atténuer le grave danger qui compromet les capacités des humanitaires à aider une population souffrant de terribles blessures, de faim aiguë, et d’un risque grave de maladies ».

La tendance du jour

L’armée israélienne a indiqué poursuivre ses opérations à Khan Younès, principale ville du sud de la bande de Gaza, mais aussi dans les camps de réfugiés du centre du territoire où des frappes nocturnes mortelles ont été signalées par le ministère de la Santé du Hamas. Le Croissant rouge palestinien a fait état d’au moins 10 morts dans des bombardements israéliens jeudi près de l’hôpital Al-Amal, à Khan Younès.

Parallèlement, Israël a donné son accord de principe à Chypre, distante d’à peine 400 km des côtes gazaouies, pour l’ouverture d’un corridor maritime entre l’île de Méditerranée orientale et la bande de Gaza pour acheminer directement de l’aide humanitaire dans le territoire palestinien, sous la supervision d’Israël. « Il y a encore quelques problèmes logistiques qui doivent être résolus », a précisé jeudi à l’AFP le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Lior Haiat. Ce projet doit contribuer à accroître significativement l’aide humanitaire pour les 2,4 millions d’habitants de la bande de Gaza, après vérification des cargaisons à Chypre « sous supervision israélienne », a-t-il rappelé.

La proposition a été formulée il y a déjà plusieurs semaines par Chypre, après que la guerre a éclaté le 7 octobre. Et, citées ce jeudi par l’agence de presse CNA, des sources officielles chypriotes ont affirmé que Nicosie avait accompli toutes les procédures en vue de l’instauration du corridor maritime. Mais des interrogations ont été soulevées quant à la sécurité des navires et de leurs équipages à l’approche des cotes gazaouies, ainsi que sur les modalités du déchargement.

En présentant son plan, Chypre, membre de l’Union européenne, avait expliqué que l’aide serait collectée puis stockée sur l’île, où elle serait inspectée par un comité mixte comprenant des représentants israéliens avant son acheminement par bateau.

You May Also Like

More From Author