Pour Le Grinch, Jim Carrey a reçu un coup de main inattendu de… la CIA

4 min read

L’acteur a eu du mal à supporter le costume imposant du personnage du Dr Seuss, à retrouver ce soir à la télévision.

Dernière semaine de cours avant Noël, les vacances et les fêtes approchent… et Gulli pense déjà à ceux qui ont envie de se plonger dans la magie de cette péruide de fin d’année en rediffusant Le Grinch de Ron Howard.

Dans la peau du le croque-mitaine verdâtre qui souhaite voler l’esprit de la fête de Noël, inventé par le Dr Seuss, Jim Carrey a connu l’un de ses plus gros succès sur grand écran aux États-Unis, puisque cette comédie a franchi les 350 millions de dollars de recettes en 2000. Première écrivait à l’époque : “Si cette adaptation par Ron Howard ne rend pas totalement justice à son auteur (…), elle n’est pas moins vive, souvent drôle et incroyablement fertile en décors saugrenus“.


Le Grinch : le maquilleur de Jim Carrey a fini en thérapie

Bien que reprenant l’univers et les personnages du livre du Dr Seuss, Le Grinch est aussi avant tout un vrai Jim Carrey movie. Préféré pour le rôle à Eddy Murphy mais aussi à Jack Nicholson, Jim Carrey trouve dans cette histoire pour enfants un véhicule idéal pour mettre en valeur son corps élastique et son goût inné pour les grimaces en tout genre. Il décrocha même une nomination au Golden Globe pour sa prestation sous la peau poilue et toute verte du Grinch.

Cette peau fut cependant en partie le pire ennemi de Jim Carrey sur le tournage puisque celui-ci dût s’astreindre à d’interminables séances de maquillage pour les biens du rôle, des séances de maquillage supervisées par nul autre que Rick Baker, maquilleur de légende puisque c’est notamment lui qui fut le chef maquilleur de Star Wars : un nouvel espoir, du Loup Garou de Londres ou encore de Men in Black.

Universal Pictures France

Pour son premier jour de tournage, Jim Carrey passa pas moins de huit heures et demie en salle de maquillage pour trouver les réglages qui rendraient le plus honneur à son élasticité faciale. Sur le plateau de l’animateur Graham Norton, Jim Carrey se souvenait de ce moment particulièrement pénible : “C’était comme se sentir enterré vivant chaque jour. Je suis allé dans ma caravane et j’ai dit à Ron Howard que je ne pouvais pas faire le film“.

L’acteur avait donc failli abandonner le rôle avant que la production ne trouve finalement une solution assez originale pour régler le problème : “Brian Grazer est venu et a proposé l’idée brillante d’engager un spécialiste chargé d’entraîner l’état-major de la CIA à supporter la torture“. Autrement dit un visage auquel on ne s’attendrait absolument pas sur le tournage d’un film grand public pour les fêtes de Noël…

L’individu en question entraîna donc Jim Carrey à supporter son costume pendant les quelques cent jours pendant lesquels il dût se glisser dans la peau du Grinch, avec à chaque fois des conseils un peu incongrus : “Il me disait : ‘mange tout ce que tu vois. Si tu commences à paniquer et à partir en vrille, allume la télé, demande à quelqu’un que tu connais de te frapper derrière le crâne, fous-toi des coups de poing dans les jambes et fume, fume autant que tu peux.’ J’étais donc là sur le plateau, à fumer comme un pompier avec un porte-cigarettes pour que les poils de yack ne prennent pas feu !

C’est donc ainsi que Jim Carrey a pu mener le tournage du Grinch à son terme, ce dont il n’a sans doute pas eu à se plaindre vu le succès du film et la nomination au Golden Globe qui en a découlé. Pour son travail sur le film, Rick Baker décrocha quant à lui sa neuvième nomination aux Oscars et finalement la sixième de ses sept Oscars du meilleur maquillage, un record à Hollywood.

L’histoire du Grinch : Dans le petit village de Whoville, les gens ne vivent que pour faire la fête. De tempérament insouciant et d’humeur guillerette, ils redoublent d’activité à l’approche du 24 décembre. Car chacun à Whoville aime Noël, sauf le Grinch! Cette créature verte et velue vit en recluse dans une caverne au sommet du mont Crumpit avec son chien, Max. La petite Cindy Lou, fillette au cœur pur, veut en savoir plus sur lui et décide d’aller lui rendre visite. Le Grinch fait tout pour la terrifier mais sa sollicitude le touche et il accepte de redescendre avec elle à Whoville.

 


Les 7 vies du Grinch

You May Also Like

More From Author