quand Netflix se la joue Pixar (bande-annonce)

Être un enfant n’est pas chose aisée… Nos chères petites têtes blondes doivent composer avec des craintes et des phobies dès le plus jeune âge, la peur du noir en premier lieu. Dreamworks et Netflix pourraient tenir la production parfaite pour les aider à surmonter cette difficile étape. Avec La Nuit d’Orion, le studio d’animation plongera les spectateurs dans l’onirique monde de la nuit. Ici, chaque élément est incarné par un petit être, du silence au sommeil en passant par l’obscurité elle-même. Du haut de sa dizaine d’années, Orion est sans doute l’un des enfants qui craint le plus le noir. Lorsque Dark l’invite pour un voyage au tour du monde, le jeune garçon va découvrir qu’il n’y a pas de raison d’avoir peur et que l’obscurité peut être particulièrement belle.

Difficile à la lecture du synopsis — et à la découverte de la bande-annonce — de ne pas immédiatement penser à Monstre & Cie, sorti en 2002 chez Disney Pixar. Il y a aussi un peu de Vice Versa dans cette proposition animée, dans la manière de personnifier des idées et des concepts. L’on peut espérer que ce film soit à la hauteur de ses aînées, qu’ils ravissent petits et grands. Réalisé par Sean Charmatz, La Nuit d’Orion pourrait bien être le film d’animation de ce début d’année. Après avoir travaillé sur les storyboards de Trolls 2 : Tournée mondiale et à l’écriture d’Angry Birds : Copains comme cochons, Charmatz signe ici son premier long-métrage. Il s’associe à l’écriture avec Charlie Kaufman. L’auteur s’y connaît plutôt bien en récit onirique puisque c’est à lui que l’on doit le script d’Eternal Sunshine of the Spotless Mind. Ce dernier s’attaque cette fois-ci à un phénomène littéraire pour enfants, écrit par Emma Yarlett. Illustratrice et autrice, la britannique a fait naître bon nombre de succès chez les bambins, publiés en France chez Albin Michel. C’est elle qui avait imaginé Glouton, le petit monstre jaune qui dévore des livres.

Sur Netflix en février

C’est le 2 février prochain que les abonnés pourront poser les yeux sur cette collaboration du N rouge et de la maison de Shrek. Dans sa version originale, le long-métrage invitera Jacob Tremblay et Walter Paul Hauser pour incarner le duo principal. Le premier s’était illustré dans Room en 2016 aux côtés de Brie Larson tandis que le second a marqué les esprits avec sa performance dans Le Cas Richard Jewell chez Clint Eastwood. Werner Herzog vient compléter la liste, il incarnera Light, l’ennemi juré de Dark. Il est récemment apparu dans la série The Mandalorian sur Disney+. Le casting vocal français n’est pas encore connu.

La Nuit d’Orion marquera le début d’une année chargée pour Dreamworks. Après cette sortie sur Netflix, le studio reviendra dans les salles obscures pour le très attendu quatrième volet de la saga Kung Fu Panda. En France, il sera possible de le découvrir dès le 27 mars. Plus tard cette année, l’on attend aussi la sortie de Le Robot Sauvage réalisé par Chris Sanders. Pour rappel, c’est à lui que Dreamworks doit l’un de ses plus gros succès, il avait coréalisé le premier opus de Dragon avec Dean DeBlois.

🟣 Pour ne manquer aucune news sur le Journal du Geek, abonnez-vous sur Google Actualités. Et si vous nous adorez, on a une newsletter tous les matins.

You May Also Like

More From Author